M. Christophe Genin

Professeur des universités "Philosophie, Esthétique, Arts, Herméneutique "

Architecture, arts appliqués, arts plastiques, arts du spectacle, épistémologie des enseignements art., esthétique, musicologie, musique, sc de l'art

Affectation(s)

ACTE : Arts, créations, théories, esthétique (EA 7539)

EAS : École des arts de la Sorbonne

Domaines d'expertise

philosophie de l'art et de la culture

À propos de moi

Note d’intention

 

 

         Initialement, ma réflexion portait sur la réflexivité phénoménologique, et plus particulièrement sur une réflexivité artistique que je voulais nommer poético-poématique, à l’instar de la réflexivité noético-noématique, avec le dessein - trop ambitieux – d’unifier logique et esthétique. D’où un intérêt porté à la validité du concept d’autoréférence dans le champ artistique, et la possibilité d’étendre un concept logique au domaine esthétique. Mon attention était étonnée par la réflexivité de l’artiste dans son œuvre, ayant divers degrés et modes de manifestation. Divers types d’incrustations réflexives font en partie de l’œuvre une image de soi ou une image d’elle-même, l’expression d’une identité artistique pouvant troubler la qualification reconnue ou réputée d’une œuvre.

         Dès lors, n’y a-t-il pas une dissonance, voire une dissociation entre ce que l’œuvre signifie (intentio operis) et le sens qu’on lui attribue ? Plus généralement, comment procéder à l’analyse des conditions d'une herméneutique de l'art : quels sont les problèmes, les réquisits et les limites de l'interprétation philosophique des œuvres d'art, en regard de la création artistique et des intentions d’auteurs comme référents régulateurs et critiques de cette lecture philosophique ? À quelles conditions peut-on dire qu'une interprétation est juste? Si on admet, selon les réquisits de la poïétique, qu’il y a une intention d’auteur (intentio auctoris), le sens de l’œuvre se réduit-il à celle-ci ? À quelles conditions l’instance réceptrice (intentio lectoris) des œuvres est-elle légitimée à en décider l’identification et le sens ? Ne faut-il pas alors distinguer le sens de la signification ?

Ces questions occupèrent ma thèse d’Etat, furent poursuivies lors de cours magistraux et m’incitèrent à vouloir organiser en 2005 un colloque ayant pour thème « Juger l’art ? ».

 

Ainsi, il s’agit de prendre au pied de la lettre la réflexion de Kant selon laquelle une idée esthétique « donne beaucoup à penser ». Ce qui exige une méthode pour saisir ce qui est donné à penser, et par là même dégager un sens immanent à l’œuvre même, sans la restreindre à une pensée déterminée, voire prédéterminée, dont elle ne serait que l’illustration. Ce « don » requiert donc une épochè des interprétations préconstituées, une observation, des comparaisons, des généalogies, tout comme l’inadéquation conceptuelle requiert de laisser l’œuvre dans la relative indétermination de son jeu de significations. Mais cette épochè elle-même est conditionnelle : une œuvre, une image n’est jamais une création ex nihilo. Elle est chargée de conventions représentatives liées à une histoire des formes et à des codes de significations.

De ces réflexions trois directions s’imposèrent :

  • Comprendre l’identité d’une œuvre exigeait d’entrer dans le détail, pour parler comme Leibniz. Réhabiliter l’étude de détail, le cas particulier devenant la pierre de touche de théories constituées, quitte à sacrifier à une certaine contingence pouvant relativiser un effort de généralisation. Je me suis systématiquement exercé à ces études de cas à diverses occasions (ouvrages collectifs, sites web, conférences) et dans divers domaines (peinture, sculpture, cinéma, etc.).
  • Une œuvre se situe par rapport à une généalogie des formes et des représentations, ce qui exige d’instruire l’étude philosophique par des échanges avec l’histoire de l’art ou la sémiotique, et donc de s’ouvrir à une interdisciplinarité.
  • Les interprétations philosophiques ou esthétiques peuvent elles-mêmes être occasionnellement comprises dans des formes de préjugés sur l’art, et n’échappent donc pas à une déconstruction des représentations.

 

          Cette réflexion m’avait amené à définir une ligne de recherche intitulée « identité de l’image ».

Ses centres d’application sont :

  • l’analyse d’éléments nous permettant d’identifier une image, en particulier les textes externe (titre, légende) ou interne (phylactère, inscription) qui la surdéterminent et en modifient la signification;
  • l’élucidation de l’image comme représentation d’un processus identitaire, ce qui relie pour partie l’esthétique aux études culturelles ; d’où, par exemple, du côté de l’analyse des œuvres une réflexion sur la femme artiste Anne Vallayer-Coster (peintre officiel de Marie-Antoinette), ou sur Belle d’Els Rijerse, et du côté théorique, une réflexion sur l’épistémologie des études culturelles ;
  • des surimpressions : une identité peut en cacher ou en subvertir une autre, c’est-à-dire que l’affirmation de l’identité de l’imagier (par exemple, dans des œuvres autoréférentielles) peut affecter l’identité de l’image par une série d’indices, d’accessoires faisant signe vers l’auteur, quitte à fragmenter le plan et l’espace de la représentation ; et plus encore ce morcellement de l’image induit des problèmes d’interprétation, de sorte qu’une telle figure devient polysémique avec, du coup, une identité ambiguë ;
  • une attention portée aux processus de reconnaissance de formes d’art ou de genres, soit à travers l’histoire de l’art (photographie, cinéma, kitsch, bande dessinée), soit depuis des formes émergentes (inscriptions urbaines).

 

Ainsi le rapport entre réflexivité et identité ne se posait pas en simples termes de constitution, comme si l’identité se constituait dans et par la réflexivité, dans une relation binaire d’objectivation (entre une conscience et sa réalisation), ou d’interlocution (entre une conscience et une autre de rang égal) , mais de reconnaissance par une autorité tierce, que ce soit le public, le politique, ou le monde de l’art. En termes hégéliens : la concrétisation de la conscience de soi a comme préalable une lutte pour la reconnaissance, dialectique de la maîtrise et de la servitude, c’est-à-dire un rang d’inégalité entre une instance majeure légitimant  les œuvres (le politique, le marché) et des pratiques artistiques tenues en minorité.

 

J’avais auparavant examiné des arts ou des genres mineurs, comme la peinture sur poterie avec Euphronios, ou la BD avec McCay, ou le statut du comique, parce que je voulais alors donner une extension maximale à l’autoréférence (faute d’en démontrer l’universalité). Ce concept me permettait de postuler une égale réflexivité pour des pratiques inégalement appréciées. Il devenait à présent un des modes de demande de légitimation, une réclamation de dignité pour des pratiques émergentes, donc soumises aux statuts des valeurs établies. Je revins ainsi sur mes pas. Par exemple, sur Euphronios, dans un article paru dans Plastik n°4 (revue du Cerap), pour relier l’expression plastique d’une affirmation de soi, au moment même où s’élabore ce qu’on appelle le réalisme pictural, à la fin du –VIe siècle, à des conditions matérielles, économiques et sociales de reconnaissance. De même, je revins sur l’œuvre de McCay dans MEI n° 26 (Poétiques de la bande dessinée) pour voir comment le démontage du cadre dans Little Nemo intégrait et surmontait les contraintes économiques et matérielles d’un quotidien américain dans l’horizon de l’entertainment. McCay met en abyme la topologie des bandes dessinées au moment où elles se constituent en art populaire par l’industrie de la presse, au début du XXe siècle.

 

« Comment allez-vous sortir de l’autoréférence ? » me demandait un jour, un peu dépité, Olivier Revault d’Allonnes. J’avais la sortie : l’émancipation ou l’accès à la majorité. Ce qui m’apparut prioritaire n’était plus d’établir l’extension maximale du concept d’autoréférence, en trouvant toujours plus d’exemples probants, mais d’examiner les hiérarchisations explicites ou implicites dans les arts entre les pratiques ou les classifications.

 

 

En outre réfléchir sur les conditions d’interprétation et de réception des œuvres d’art m’a conduit à travailler sur le rôle des nouveaux médias, en arts comme support ou matériaux plastiques et visuels, et en communication comme moyen de diffusion, avec les conséquences que cette culture émergente peut avoir sur les genres et les catégories établis.

D’où une réflexion sur le concept de culture et sur les médiations qui « filtrent » le rapport aux œuvres. En outre l’ouverture au « monde numérique » montre que la réception des œuvres s’effectue de plus en plus par le biais de musées virtuels. Ces conditions matérielles et sociales nouvelles affectent la réception des œuvres et du sens qu’on leur prête.

 

D’où une ouverture aux « études culturelles » comprises comme une théorie critique des arguments d’autorité et des sièges de pouvoir, examinées pour leur intérêt porté aux vecteurs des activités culturelles et à leurs conditions réelles de réception. Je coordonne ainsi le Master recherche, spécialité « esthétique et études culturelles », parcours « études culturelles », visant à mettre en place une conception tempérée et « continentale » de ce champ, afin de surmonter la polémique entre un multiculturalisme militant et un universalisme abstrait, voyant dans le détail des œuvres les ambiguïtés des rapports et effets de pouvoir. Cet abord des études culturelles, comme théorie critique des discours normatifs, me permet donc de ne pas rester cantonné au champ esthétique, mais d’en développer les liens avec les autres champs philosophiques, politiques et éthiques.

Depuis plusieurs années, j’étends donc mes travaux à la notion de culture, ses équivoques, ses considérations technologiques (la « culture interactive ») et ses implications politiques ou internationales (la Déclaration Universelle de la Diversité Culturelle). Ce qui est une prolongation de cette question de l’identité, non plus dans les rapports entre réflexivité et manifestation, mais depuis ses présupposés matériels ou sociaux. D’où une interrogation plus récente sur la notion de « populaire » qui m’a conduit à des travaux sur des représentations d’art ou de goût populaire (la bande dessinée, l’art urbain, le kitsch).

 

Ayant découvert que je faisais des études culturelles sans le savoir, j’ai donc essayé d’en faire en le sachant, en proposant une conception tempérée et « continentale », pour surmonter la polémique entre un multiculturalisme militant et un universalisme abstrait, voyant dans le détail des œuvres les ambiguïtés des rapports et effets de pouvoir. Cet abord des études culturelles, comme théorie critique des discours normatifs, me permet donc de ne pas rester cantonné au champ esthétique, mais d’en développer les liens avec les autres champs philosophiques, politiques, géopolitiques et éthiques.

 

Comment articuler esthétique et études culturelles ? L’affaire n’est pas simple. L’idée même des études culturelles suscite des résistances en France qui m’inspirèrent un article paru dans MEI n°24-25.

Pour simplifier les choses, et les brosser à grands traits, je dirai que, dans la relation aux pratiques artistiques, l’esthétique part des concepts pour examiner le rapport entre beauté et vérité, art et connaissance, perception et jugement. Ce qui, bien évidemment, n’exclut pas l’analyse des conditions matérielles et sociales des productions et réception des œuvres.  Elle a une très longue histoire et tout un Panthéon de penseurs.

En revanche, les études culturelles ne sont pas une discipline avérée, même si, de ci de là, une épistémologie s’élabore. Elles forment un faisceau de compétences, un carrefour de disciplines pour « rendre un autre futur possible » comme dit Lawrence Grossberg (making another future possible), ou pour « ouvrir le champ des possibles » selon Judith Butler (Trouble dans le genre, p.26) – ce qui permettrait d’ailleurs de concilier un matérialisme culturaliste avec un existentialisme.

 

Les études culturelles pourraient être envisagées comme une critique des arguments d’autorité et des sièges de pouvoir, une critique théorique et appliquée de l’ordre établi.

Cet ordre établi s’entend en quatre sens :

  • les relations d’ordre (taxis), toutes les relations de hiérarchies entre les hommes comme entre leurs représentations ou leurs connaissances ; au premier chef une critique de la relation d’ordre politique constituant ce que Gramsci nommait « hégémonie » ;
  • les principes de classification (génos) ou de rangement qui découlent des priorités ou supériorités définies par les relations d’ordre ; de sorte que s’ensuivent des genres majeurs et des pratiques mineures, des grands genres qu’il convient d’admirer et des mauvais genres qui ne méritent pas l’attention ;
  • les multiples formes  d’autorité sociales et politiques (arché) qui produisent des injonctions, des incitations, des inflexions affectant les connaissances et les actions ordonnées par ces hiérarchies et ces classifications ;
  • des relations d’appartenance ou d’exclusion (apokleisis), entre ces classes, découlant de cette hiérarchisation.

 

Mais identifier une hiérarchie, en comprendre la genèse, en discuter le bien-fondé, après tout, n’est-ce pas qu’un scepticisme de plus, voire un simple examen des préjugés, ce qui est l’ordinaire d’un travail universitaire ?

 

Qu’apportent donc les études culturelles par la notion de reconnaissance mis à part une relativisation des règles, des normes ou des canons ? D’abord, au plan de la théorie, l’examen de la validité de nos schémas heuristiques que constituent les dichotomies et les genres. Ensuite, au plan de l’éthique appliquée, établir une capacité d’agir par la mise en place des conditions de dire « je », par la mise en œuvre d’une dignité, c’est-à-dire permettre à des humains sœurs et frères en humanité de prendre place dans « la sphère publique de l’humain » (Judith Butler, Antigone). Le concept de reconnaissance ne pense pas seulement le désir de soi pour soi par l’accord de l’autre, dont l’œuvre d’art serait le beau faire-part en quelque sorte, mais bien une extension de la légitimité à divers modes d’existence possibles, dont l’art est l’exposition risquée, contre toute prédétermination. Reconnaître une légitimité c’est essayer de faire cesser une souffrance qui n’a pas lieu d’être pour une joie qui a lieu d’être.

 

Citons simplement le cas du blues dont le rythme dérive de la cadence des travaux aux champs, exprimant la tristesse des esclaves noirs par les dirty tones (notes sales), qui fut une musique de bricolage avec des bambous, des bidons et des planches, puis une musique de race records (1922), avant de devenir une des formes musicales les plus fécondes du XXe siècle.

 

Je revins également, dans Image et études culturelles (Publications de la Sorbonne, 2007), sur un de mes anciens et constants sujets de curiosité, à savoir les graffitis, ou inscriptions urbaines, réflexion commencée dès 1985, réduite à l’époque à la seule dimension de la réflexivité (cf. Tribu, 1985).

Miss.Tic, femme de l’être fut une étude de cas pour examiner un lent processus de légitimation en mettant en regard les intentions de l’artiste et les instances de valorisation (les achats de musées, les commandes publiques, les galeries, l’université, le fan-club). Cette monographie a d’ailleurs  elle-même été légitimée en étant inscrite sur la bibliographie de l’agrégation d’arts plastiques (histoire de l’art, BO spécial n°6 du 25 juin 2009). Ce travail sur le pochoir de rue se développe dans un livre sur le Street artparu aux Impressions Nouvelles.

 

L’analyse du cas d’espèce qu’est le Kitsch comme évaluation ambiguë (Vrin, 2010) m’a permis d’examiner, en sens inverse, une crise de la légitimation, puisqu’une parodie d’authenticité finit par avoir droit de cité.

 

D’où une interrogation plus récente sur la notion de « populaire » qui m’a conduit à des travaux sur ces représentations d’art ou de goût populaire (la bande dessinée, les pochoirs urbains, le kitsch, l’art modeste).

 

Elargissant mes recherches au concept de culture, avec ses équivoques et ses considérations technologiques, j’en viens à trois considérations :

  • une attention aux vecteurs des activités culturelles inclut nécessairement aujourd’hui le « monde numérique » et la « culture interactive » si tant est que la réception des œuvres s’effectue de plus en plus par le biais de musées virtuels. D’où un intérêt pour les nouveaux médias, en arts comme support ou matériaux plastiques et visuels, et en communication comme moyen de diffusion, comme aux médiations qui « filtrent » le rapport aux œuvres, avec les conséquences que cette culture émergente peut avoir sur les genres et les catégories établis.
  • Ces conditions matérielles et sociales nouvelles affectent le sens qu’on leur prête. La culture de l’âme (cultura animi), chère aux humanistes, ne saurait donc exclure la culture matérielle, c’est-à-dire ce en quoi les matériaux et les supports d’expression de la vie sociale font sens et communiquent des représentations. Ce qui prolonge cette question de l’identité, non plus dans les rapports entre réflexivité et manifestation, mais depuis ses présupposés matériels ou sociaux. Par exemple, dans le champ du design de produits, voir le rapport entre être gaucher et manier des objets dans un monde de droitiers. MEI n° 30-31.
  • La diversité culturelle, et ses implications politiques ou internationales (la Déclaration Universelle de la Diversité Culturelle), semblant se décider pour une créolisation des cultures (Hall / Glissant)

 

Enfin, estimant que le savoir vaut quand il est appliqué et vit au cœur de la Cité, quand bien même ce vœu serait déprécié, j’essaye de faire en sorte que penser porte à conséquence et de contribuer à une instruction populaire sans vulgarisation. Depuis le début de mon enseignement, j’essaye de transmettre, à toutes sortes d’interlocuteurs (Cned, universités du troisième âge, associations humanistes, cinéphiles, etc.), les acquis de la recherche par des voies multiples, comme des sites Internet.

 

Recherche

Direction(s) de thèse

douze doctorants en esthétique et études culturelles

Thèmes de recherche

Réflexivité et identité: processus culturels de reconnaissance.
Les identités réfractaires. Les oeuvres d'art n'ont pas pour seules finalités d'être un motif de contemplation ou un objet de divertissement, une libération de l'âme ou un agrément des sens. Elles sont également autant de moyens pour signifier une affirmation de soi par delà toutes sortes de contraintes. Nous nommons identités réfractaires ces processus de sauvegarde de soi par micro-résistances au contraintes qui, sous des allures d'intégration des normes d'établissement, font émerger des marques d'altérité qui, à terme, finissent par être reconnues. Ici l'art est un des processus culturels englobants également des dimensions politiques, géopolitiques et éthiques des processus de dignité et d'égalité.

Objets d'étude privilégiés: le street art, le kitsch, la bande dessinée, le cinéma, les arts martiaux japonais.

Responsabilités scientifiques

-  2022-2019 : professeur délégué aux thèses et aux HDR en sciences humaines à Paris 1 (examen des candidatures HDR pour six Ecoles Doctorales en SH) 

- 2022-2010 : Directeur de la mention de master Esthétique-Arts-Cultures

- 2019-2016 : directeur de l’école doctorale 279, Arts plastiques, Esthétique et Sciences de l’Art (APESA) ; membre actif du Collège des Écoles doctorales de Paris 1

- 2019-2017 : Professeur référent du partenariat UP1/ Institut français de la Mode (IFM)

- Responsable du Master études culturelles (M1-M2 : parcours esthétique-études culturelles)

- 2020-2006 : Membre du conseil d’UFR 04

 

 

Expertises et réseaux nationaux

- 2021 :  expert HCERES, sous la présidence de Christophe Bardin (UR de Rennes)

- 2020 :  expert pour l’université Unarte de Bucarest : rapport externe sur une candidature pour la direction de l’ED ;

           : expert HCERES, sous la présidence de Laurent Gautier (ED de Montpellier et Nîmes)

- 2020-2019 coresponsable du réseau Création-Arts-Médias (CAM) regroupant dix-huit ED d’arts et sciences de l’art : arts plastiques, arts visuels, cinéma, danse, design, esthétique, lettres, musique, théâtre.

- 2019-2015 : expert pour l’A.N.R.

- 2018 : expert externe pour le conseil scientifique de l’Université Aix-Marseille.

           : évaluateur pour les Presses du Septentrion

- 2012 : Expert pour le LABEX Création Art Patrimoine (CAP)

- Expert-ressource pour le comité scientifique de la Société française d’accompagnement et de sons palliatifs (SFAP).

- Membre du Réseau Thématique Pluridisciplinaire "Visual Studies" (CNRS/ Lille 3) 

- Membre de la Société Française d’Esthétique

 

Expertises et réseaux internationaux

- 2020 : expert pour le QS Intelligence Unit Ranking (conseil international d’évaluation des universités et écoles au niveau mondial)

- 2019 : expert pour le programme Actions de Recherche Concertées de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique) ;

           : évaluateur pour le Nineteenth-Century French Studies (revue scientifique de l’University of Nebraska Press)

- 2021-2011 : expert pour le FNRS (Belgique)

- 2016 : expert pour les Presses Universitaires de Montréal (Canada)

- 2015 : expert pour le BEIPD (Université de Liège)

- 2014-2013 : Expert pour le Fonds de Recherche sur la Société et la Culture (FRSC) du Québec (Canada). Programme HexagramCIAM.

- 2009-2007 : Expert évaluateur des candidatures Comenius, Erasmus, Leonardo pour l’Agence Europe-Education-Formation.

- Membre du réseau EAM  (European network for Avant-garde and Modernism studies)

Sujet de thèse

Doctorat ès Lettres et Sciences humaines: "Logique et esthétique. L'autoréférence paradoxale dans les discours formels et les oeuvres d'art.".

Directeur de Thèse

Olivier Revault d'Allonnes

Enseignements

2021-2022 :

L3 : philosophie de l’art : les grands classiques de la philosophie de l’art, le tournant culturel, les industries culturelles et les enjeux de l'émancipation.

M1: théorie de la culture : crises et paradoxes actuels de la culture (la kitschification du monde,  le soft-power, etc.)

M2 : méthodologie du mémoire : éléments de logique prédicative ; probabilités et degrés de véracité ; les modalités d’enquête ; détection des biais.

D : séminaires doctoraux : éléments de logique ; ateliers de réflexion.

Publications

- Le street art en question(s), Toulouse, UPPR Editions, 2016  https://www.uppreditions.fr/livre/978-2-37168-056-2_le-street-art-en-question-s/  (édition papier en 2017)

- Le street art au tournant, Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2013, édition refondue et augmentée en 2016

- Kitsch dans l'âme, Paris, Vrin, 2010.

- Miss.Tic, femme de l?être (étude sur les pochoirs urbains), Paris/Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2008, réédité 2009 (ouvrage mis sur la bibliographie officielle de l?agrégation d?arts plastiques).

- Images et études culturelles, dir. Bernard Darras, Publications de la Sorbonne, 2008. « Tag et graff », pp. 65-79.

- Dictionnaire d?esthétique et de philosophie de l?art , dir. Jacques Morizot et Roger Pouivet, Paris, Colin, 2007. Articles : artiste / artisan, expérience (esthétique), sublime.

- L'image entre sens et signification, dir. Anne Beyaert-Geslin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007. « Homo bulla est », pp. 123-149.

- L'image à la lettre , dir. Joëlle Raineau, Paris, Editions des Cendres, 2005. « La lettre et l?image à la même enseigne », pp. 59-81.

- Penser la vue, penser l'audition, dir. Catherine Kintzler, Lille, Presses du Septentrion, 2002. « L?autoréférence dans la peinture : réplications et implications », pp. 75-88

- Vocabulaire d'esthétique, dir. Anne Souriau, Paris, P.U.F., 1990, rééd. 2010. Rédaction d?une douzaine d?articles. 

- Réflexions de l'art , Paris, Kimé, 1998, 360 p.

Curriculum Vitae (format texte)

Christophe Genin

Professeur des Universités  

(classe exceptionnelle, 2-2)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

UFR 04 – École des Arts de la Sorbonne

47 rue des Bergers

75015 Paris

tél : 06-21-79-35-44

 

/var/folders/g7/0pbsp9vx6gl59y4krglyf93h0000gq/T/com.microsoft.Word/WebArchiveCopyPasteTempFiles/ADea4I77270SCpnTk5lg7FxyHGS7B_uW_61rtKzok3NGcg=s83-c-mo

                      christophe.genin@univ-paris1

 

 

 

 

CURRICULUM VITAE

 

 

Né le 14 juillet 1958 à Fort-Dauphin / Tolanaro, à Madagascar (99/République malgache),

De nationalité française

 

Admissible puis admis en qualité d’auditeur libre à l’ENS de Saint-Cloud (1979)

Agrégé de philosophie (1980, 6e)

Docteur d’université (1982)

Docteur d’État ès Lettres et Sciences Humaines (1996)

Professeur à Paris 1- Panthéon-Sorbonne, UFR 04, École des Arts de la Sorbonne

Président du Comité Consultatif Scientifique de l’UFR 04, UP1 (2011-2018)

Directeur de l’équipe de recherches Études de la Culture (2012-2018)

Directeur de l’École Doctorale 279 Arts plastiques, Esthétique et Sciences de l’art (2016-2019)

Professeur délégué aux thèses et aux HDR en sciences humaines (2019-2022)

Membre de l’Institut ACTE Paris 1 (2012-2022)

Directeur de master, mention Esthétique-Arts-Cultures (2015-2022)

Coresponsable du réseau Création Arts Médias (2019-2021)

http://www.institut-acte.cnrs.fr/etudes-culture/

http://mucri.univ-paris1.fr/

http://imagesanalyses.univ-paris1.fr

http://univ-paris1.academia.edu/ChristopheGenin/Papers

 

http://www.institut-acte.cnrs.fr/etudes-culture/

http://mucri.univ-paris1.fr/

http://imagesanalyses.univ-paris1.fr

http://univ-paris1.academia.edu/ChristopheGenin/Papers

 

1

 

Formation

 

1979: - Après avoir été en khâgne au lycée Henri IV (Pr Jean-Louis Poirier), admis à l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud comme auditeur libre parlant, option philosophie.

         - Maîtrise de philosophie, option Esthétique, à Paris I Panthéon-Sorbonne, dirigée par Olivier Revault d'Allonnes. Poésie et vérité: les poètes français face à la tradition philosophique (Mention très bien).

 

1980: - D.E.A. de philosophie, option Ethique et politique, à Paris I, dirigée par Olivier Revault d'Allonnes. Annonciations de la Renaissance, ou comment l'inspiration vient aux peintres (Mention TB).

         - Admis à l'Agrégation de philosophie (6è) et au Capes de philosophie (7è).

 

1982: - Doctorat de 3e cycle de l'Université de Paris I, dirigé par Olivier Revault d'Allonnes. Le porte parole. Essai sur le médiateur en art: le poète, l'interprète, le réalisateur. Mention très honorable à l'unanimité, accordée par MM. Cohen, Miereanu, Revault d'Allonnes.

 

1997: - Doctorat d'État ès Lettres et Sciences humaines, dirigé par Olivier Revault d'Allonnes. Essai sur l'autoréférence en art. Logique de la réflexivité esthétique. Mention très honorable, accordée à l'unanimité avec les félicitations du jury composé de Mmes Catherine Kintzler et Anne Moeglin-Delcroix, MM. François Dagognet, Jean-Pierre Mourey et Olivier Revault d'Allonnes.

2

 

Activités d’enseignement et de recherche

 

Enseignement en classes terminales et préparatoires aux grandes écoles (CPGE)

 

-1999-1995 : lycée Molière (Paris 16è), en classes préparatoires aux grandes écoles littéraires (Ulm)

-1995-1985 : lycée Janson de Sailly (Paris 16è) et Henri IV (Paris 5è), en classes préparatoires aux grandes écoles commerciales (HEC) et scientifiques M', P' (Ulm, Polytechnique).

-1985 à 1982 :  lycée Jules Renard, à Nevers (58), et classes préparatoires aux écoles de commerce à la Chambre de Commerce de Nevers.

-1982-1981 : professeur du Contingent, dans le cadre du S.N.A, au Collège militaire de Saint-Cyr l'École (caporal).

-1981-1980 : stagiaire au lycée Marie Curie, Sceaux (92) ; colleur de CPGE au lycée Lakanal.

 

Enseignement en université :

 

2022-2017 : Paris 1, UFR 04 : Professeur classe exceptionnelle (2e échelon, 2e chevron), titulaire de la PEDR (renouvelée pour 2021-2025)

2016-2010 : Paris 1, UFR 04 : Professeur 1ère classe,

    1. : maître de conférences à Paris 1, UFR 04, Arts plastiques et sciences de l’art

1999-1995 : chargé de cours à Paris IV (philosophie de l'art, UFR de philosophie) et à Paris III (esthétique générale, UFR de cinéma)

 

Enseignement actuel :

L3 : section Métiers des arts et de la culture : CM de philosophie de l’art

M1 : cours mutualisé Esthétique/Projets culturels : CM de théorie de la culture

M1-M2 : soutien méthodologique aux étudiants étrangers (environ une trentaine de nationalités)

M2 section Esthétique/Études culturelles : CM de méthodologie de la recherche ; direction de mémoires

D : direction de thèses, séminaires, colloques en esthétique et études culturelles

 

 

Thèmes de recherches développés (ligne de recherche Études de la Culture) :

  • les identités réfractaires
  • les conditions d’interprétation et processus de reconnaissance des arts et des œuvres
  • les évolutions de la culture, en compréhension et en extension, et de ses moyens de diffusion

 

 

responsabilités scientifiques, administratives, pedagogiques:

 

Activités administratives et pédagogiques :

-  2021-2019 : professeur délégué aux thèses et aux HDR en sciences humaines à Paris 1 (examen des candidatures HDR pour six Ecoles Doctorales en SH) 

- 2019-2016 : directeur de l’école doctorale 279, Arts plastiques, Esthétique et Sciences de l’Art (APESA) ; membre actif du Collège des Écoles doctorales de Paris 1

- 2019-2017 : Professeur référent du partenariat UP1/ Institut français de la Mode (IFM)

- 2020-2010 : Directeur de la mention de master Esthétique-Arts-Cultures

- Responsable du Master études culturelles (M1-M2 : parcours esthétique-études culturelles)

- 2020-2006 : Membre du conseil d’UFR 04

- 2018-2012 : Président du Comité consultatif scientifique (CCS) de l’UFR 04 et membre des commissions de sélection (CS) de la 18è section, présidences de CS d’esthétique.

- 2016-2014 : Membre du Conseil Académique restreint de Paris 1

- 2016 -2012 : Membre de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU), et évaluateur de dossiers et promotions internes à UP1.

- 2016-2014 : Directeur adjoint de d’École doctorale 279

- 2006-2002 : Délégué aux relations internationales de l'UFR 04. Contrats d’échanges avec les universités de Brighton, Bayreuth, Iéna, Rome, Bologne, Venise, Nabeul, Curutiba.

 

 

Responsabilités scientifiques et éditoriales :

- Direction actuelle d’une douzaine de thèses ; participation à une trentaine de jurys de thèses et de HDR nationaux et internationaux, et nombreuses présidences de jury.

- Membre de l’Institut ACTE et du Conseil de Laboratoire depuis 2012

- Directeur de la ligne de recherches Études de la Culture (2012-2018).

 

2019-2011 : Co-directeur, avec Richard Conte et Bernard Darras, du site Wikicréation, projet du LABEX d’une encyclopédie en ligne de la création.

Février 2013 : contribution : « Création absolue et création relative »

2019 : membre du comité scientifique du colloque Tours, université François Rabelais

2018-2013 :  rapporteur pour la revue Atlantide (université de Nantes)

                    rapporteur pour Mémoires du Livre (université de Sherbrooke, Québec)

                    lecteur et rapporteur pour Les Cahiers de Narratologie (université de Nice)

                   comité de lecture de la Web-revue des industries culturelles et numériques  (dir. D. Buxton, Paris X))

                   comité de lecture de la revue M.E.I., Paris, L’Harmattan (dir. B. Darras, Paris 1)

                   comité de lecture de la revue Etudes et Recherches Philologiques (dir. A.-M. Tomescu, Université de Piteşti,   Roumanie)

                   comité scientifique de la revue Sciences du Design (dir. S. Vial), Paris, Presses Universitaires de France (2015, 2016, 2017). 

 

2019-2001 : Co-fondateur et co-directeur, avec Bernard Darras, de la série Images Analyses dans la collection Esthétique des Publications de la Sorbonne, et du site Internet Images Analyses, site d’éducation à l’image http://imagesanalyses.univ-paris1.fr/, référencé par l’AERES comme revue pour le domaine Arts, rubrique esthétique, sciences de l’art.

Rédaction d’une dizaine d’analyses en ligne.

2020-2008: Directeur éditorial du Mucri, revue en ligne d’analyses iconologiques, hébergée par Paris 1 la Sorbonne, http://mucri.univ-paris1.fr/mucri11/  . Sur ce site en ligne d'éducation à l'image, je suis l’auteur d’une vingtaine d'analyses d’œuvres, de l'Antiquité grecque aux arts présents. Ce site, qui publie des universitaires français et étrangers, est référencé par l’AERES comme revue pour le domaine Arts, rubrique esthétique, sciences de l’art.

- Co-directeur des Cahiers de l’image, e-publication attachée au LETA/CRICC

- 2009-2007 : Organisateur du cycle de conférences « Les lundis de l’image », Paris 1, LETA/CRICC, qui accueillit des Professeurs français et étrangers

 

Concours et conseils pédagogiques:

  • 2018-2011 : président du CCS de Paris 1/ UFR 04 pour le recrutement des ATER, Prag, PAST-MAST et chargés de cours,
  • Comités de Sélection (Pr ou MCF):
    • pour UP1, président de CS en philosophie de l’art (2018), esthétique (2013), médiation culturelle (2020, 2016),  membre d’une dizaine de comités de recrutement de PR et MCF en arts plastiques, cinéma, design, esthétique, métiers des arts et de la culture.
    • juré de CoS externes en philosophie de l’art, esthétique et cinéma (Aix, Bordeaux, Brest, Saint Etienne, UP8, UP4). Auparavant : membre des commissions de spécialistes.
  • 2015-2010 : préparateur à l’Agrégation d’Arts (option A), épreuve d’esthétique, et au CAPES d’arts plastiques, épreuve de culture artistique.
  • 2003-2000 : Vice-président du jury du Capes interne de philosophie (rapporteur des sessions 2000, 2002, 2003).
  • 1997, 1998, 1999 : Membre du jury du Capes externe de philosophie.
  • 1998 – 1995 : Membre du jury d'Agrégation d'Arts (option B: arts appliqués) ,: concepteur de sujets et des programmes d'Esthétique, correcteur de l'épreuve d'Esthétique, (rapporteur de la session 1995).
  • 1987 – 1997 : Conseiller pédagogique de stagiaires d'Agrégation, de Capes, d'IUFM,
  • 1986-1991 : Correcteur des épreuves de culture et sciences humaines de l'Ecole supérieure de commerce de Lyon,
  • 1983-1985 : Correcteur des épreuves de culture et sciences humaines de l'Escae de Dijon

 

Expertises / réseaux :

Expertises et réseaux nationaux

- 2021 : : expert HCERES, sous la présidence de Christophe Bardin (UR de Rennes)

- 2020 :  expert pour l’université Unarte de Bucarest : rapport externe sur une candidature pour la direction de l’ED ;

           : expert HCERES, sous la présidence de Laurent Gautier (ED de Montpellier et Nîmes)

- 2020-2019 coresponsable du réseau Création-Arts-Médias (CAM) regroupant dix-huit ED d’arts et sciences de l’art : arts plastiques, arts visuels, cinéma, danse, design, esthétique, lettres, musique, théâtre.

- 2019-2015 : expert pour l’A.N.R.

- 2018 : expert externe pour le conseil scientifique de l’Université Aix-Marseille.

           : évaluateur pour les Presses du Septentrion

- 2012 : Expert pour le LABEX Création Art Patrimoine (CAP)

- Expert-ressource pour le comité scientifique de la Société française d’accompagnement et de sons palliatifs (SFAP).

- Membre du Réseau Thématique Pluridisciplinaire "Visual Studies" (CNRS/ Lille 3) 

- Membre de la Société Française d’Esthétique

 

Expertises et réseaux internationaux

- 2020 : expert pour le QS Intelligence Unit Ranking (conseil international d’évaluation des universités et écoles au niveau mondial)

- 2019 : expert pour le programme Actions de Recherche Concertées de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique) ;

           : évaluateur pour le Nineteenth-Century French Studies (revue scientifique de l’University of Nebraska Press)

- 2021-2011 : expert pour le FNRS (Belgique)

- 2016 : expert pour les Presses Universitaires de Montréal (Canada)

- 2015 : expert pour le BEIPD (Université de Liège)

- 2014-2013 : Expert pour le Fonds de Recherche sur la Société et la Culture (FRSC) du Québec (Canada). Programme HexagramCIAM.

- 2009-2007 : Expert évaluateur des candidatures Comenius, Erasmus, Leonardo pour l’Agence Europe-Education-Formation.

- Membre du réseau EAM  (European network for Avant-garde and Modernism studies)

 

 

4

 

Activités internationales :

 

Professeur invité :

- 2020, mai : professeur invité par l’université normale de Pékin, département de philosophie. Thème : l’esthétique marxiste (ajourné pour cause de Covid 19).

- 2017, novembre : professeur invité par l’université de Fudan (département de philosophie), à Shangaï (Chine). Communications, tables rondes dans un colloque, discussions en vue de partenariats.

- 2014, 16-28 novembre : professeur invité par la Chinese Academy of Fine Arts de Pékin ; rencontres avec des artistes chinois à Pékin et Shangaï, Chine. Cours magistraux à des étudiants de master et de doctorat.

- 2013 : 3-9 juillet : professeur invité à l’Université de Guadalajara et l’Université de Lagos, Mexique. Conférences sur l’artiste Miss.Tic. Traduit et publié en espagnol.

- 2005, décembre : Tunisie : professeur invité, cours d’esthétique générale à l’Institut des Beaux Arts de Nabeul (ISBAN),

 

Conférencier invité (national et international):

Allemagne :

- 2020-2005 : Allemagne : voyages d’études à Karlsruhe ou Berlin avec des étudiants de M1 Métiers des arts et de la Culture (rencontres avec des conservateurs, des collectionneurs, des artistes, des diplomates et des universitaires).

- 2004, septembre : Berlin, conférencier invité au Congrès ICHIM. Communication : « Culture numérique : une contradiction dans les termes ? ». Publié en français et en anglais.

Belgique :

- 2014, 10-11 juin, conférencier invité au colloque « Sémiotique des médiations » à l’Université de Liège (Belgique). Communication : « Le street art, un indicateur d’intégrations urbaines ? »

France :

- 2021, juin : conférencier d’ouverture au colloque Graff-City (Bordeaux III).

- 2017, août : conférencier d’ouverture au colloque Kitsch, Cerisy la Salle.

- 2014, 26 mars, conférencier invité à l’UNESCO (Paris) devant la délégation culturelle et artistique de Chine Populaire. Communication : « La peinture à l’huile chinoise, un regard iconographique français ».

Italie :

- 2014, 24-28 juin, partenaire du Congrès International d’Esthétique, Florence (Italie), Villa Finaly, modérateur de la journée du 26 juin.

Luxembourg :

- 2015, 16-17 janvier : conférencier invité, colloque « Sonder l’abyme », Université de Luxembourg, Luxembourg. Communication : « Sortir de l’abyme ».

- 2014, 20 juin, conférencier invité par la Kultur Fabrik de Esch/Alzette (Luxembourg). Communication sur le street art et table ronde avec les artistes Van Ray et Sanctobin.

Royaume Uni :

- 2012, septembre : conférence au colloque Material Meanings, University of Canterbury, Kent.

 

Autre :

- 2018-2005 : Organisateur de colloques internationaux à Paris 1, Centre Saint-Charles:

- 2018, 9 mars : Journée d’étude et Journée doctorale Quelle place pour le street art ?, à Paris 1/ École des Arts de la Sorbonne, en partenariat avec les universités de Nice et Heidelberg.

- 2014, décembre :  Journée d’étude Kitsch et Antiquité, à Paris 1/ Centre Saint-Charles, en partenariat avec l’U.B.O. de Brest.

- 2014, juin : membre du comité scientifique et partenaire du VIe Congrès méditerranéen d’Esthétique, Florence, Villa Finaly.

2013 : 9 novembre, organisateur du colloque international Le street art au féminin pluriel, à la Sorbonne (UFR 04), avec Madame Moustache, Kashink, Thom Thom ; conférence sur Street art et genre. Invitées : Claudia Attimonelli (Italie), Georgiana Nicorea (Roumanie), Anna Waclavek (Canada).

- 2012 : A côté du genre, hommage international à la philosophe Geneviève Fraisse

- 2008 : Sémiologie et iconologie, hommage international à Pierre Fresnault-Deruelle, UP1/Centre Saint-Charles

- 2005 : Juger l’art ?, colloque international sur le jugement esthétique, UP1/ Centre Saint-Charles.

 

Articles traduits en allemand, anglais, chinois, coréen, espagnol.

 

 

TRAVAUX, PUBLICATIONS, CONFÉRENCES

 

ACL : Articles dans des revues internationales ou nationales avec comité de lecture répertoriées dans les bases de données internationales  

  1. 2021, janvier : “L’esthétique des polarités réversibles”, in (Dé)plaisirs, dir. Dominique Berthet, Schoelcher, revue du CEREAP, université des Antilles, pp.69-80.
  2. 2020 : “In-Flight Entertainment or the Emptying Process of Art in the Air”, in Post-cinema. Cinema in the Post-art Era, dir. D. Chateau et J. Moure, Amsterdam University Press / The Key Debates n°8, 2020, pp.143-157.
  3. 2019 : « Éloge de la trouvaille », in Les formes de l’enquête, dir. Danièle Méaux, Revue des Sciences Humaines n°334, 2/2019, Presses universitaires du Septentrion, pp.39-49.
  4. 2019, : « Le détournement : de l’accidentel au principal », in Recherches en esthétique n°24, Art et détournement, dir. Dominique Berthet, Schoelcher, revue du CEREAP, université des Antilles, pp.65-74.
  5. 2019, janvier : « Prendre place », in Place n°1, janvier 2019, revue universitaire numérique et internationale, http://www.place-plateforme.com/genin.html
  6. 2018, 1er février : « Urbanités numériques » in Pratiques picturales n°4/2017, Paris, revue numérique de l’Institut ACTE, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, http://pratiques-picturales.net/article45.html
  7. 2018, janvier : « Le temps de l’action », in Recherches en esthétique 23, Schoelcher, revue du CEREAP, université des Antilles.
  8. 2017, janvier : « Science de l’art : science de l’indétermination ? », in Recherches en esthétique 22 Schoelcher, revue du CEREAP.
  9. 2016 : « Des griffes dans le décor urbain », in L’art des villes, dir. Cécile Croce, Revue d’Etudes Esthétiques, Figures de l’art n°31, Pau, PUPPA, 2016, pp. 259-270.
  10. 2016 : « ‘Je suis Charlie’ versus ‘Oui mais’ », in Recherches en esthétique n°21, Schoelcher, revue du CEREAP, janvier 2016, pp. 13-28.
  11. 2015: « Les arts martiaux japonais comme art de la concorde », in Nouvelle Revue d’Esthétique, P.U.F. , 2015/2 n°16, pp. 65-81. http://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-d-esthetique-2015-2.htm>
  12. 2015 : « Le street art : de nouveaux principes ? », in Cahiers de Narratologie n°29, Nice, LIRCES, http://narratologie.revues.org/7396#authors
  13. 2015 : « La street fashion : de la rue au design ? », in Le design dans l’art contemporain, dir. Bernard Lafarge, Revue d’Etudes Esthétiques, Figures de l’art n°29, Pau, PUPPA, pp. 151-170.
  14. 2015 : « Du monde fait le Tour du monde. L’expérience esthétique à l’ère du tourisme de masse », in Proteus n°8, avril 2015, pp. 4-13.
  15. 2014 : « Art et engagement : une histoire de gages », in Recherches en esthétique, n°19, Schoelcher, janvier 2014, pp.17-24.
  16. 2014 : « Penser par couples », in Revue de Psychiatrie Française, XXXIV 3/13, juin 2014, pp.57-72.
  17. 2013 : « Entre l’industrie de l’Internet et la solitude des graffiti », in Proteus, n°5, mai 2013, pp.7-14.
  18. 2013 : « Création absolue et création relative », Wikicreation, encyclopédie en ligne, http://www.wikicreation.fr/readArticle.php?articleId=17
  19. 2012 : « L’Anthropogénie de Van Lier : joindre le geste à la parole », in Synergies Monde Méditerranéen n°2, éditions du GERFLINT, pp.175-183
  20. 2011 : « Des identités troubles : griffonnage, gribouillis, graffiti d’hier et d’aujourd’hui », in Recherches en Esthétique, n°17, Schoelcher, décembre 2011, pp.143-150.
  21. 2011 : « Culture numérique : une contradiction dans les termes ? » , (version actualisée), in Epistémè n°5, Center for Applied Cultural Studies, co-dirigé par Pascal Lardellier, Dijon, et Sung-do Kim, Séoul, Korea, 2011, pp.191-215.
  22. 2010 : « Le gaucher contrariant : critique de l’objet polarisé », in Culture matérielle, MEI n° 30 (Paris, L’Harmattan, 2010).
  23.  2010: « L’autobiographie dans les études culturelles : parler de soi a-t-il une valeur méthodologique ? », in The powers of the unsayable desires, Filozofski Vestnik, vol. XXI, n°2, Ljubljana, 2010, pp. 7-25.
  24. 2009 : « Caractères et signes : à quoi reconnaît-on la valeur éthique des représentations artistiques ? Lecture de la Poétiqued’Aristote », in RS.SI, vol.29, n°1, Concordia, Canada, pp.141-160.
  25. 2007 : « Les études culturelles : une résistance française ? », in Etudes culturelles et cultural studies, MEI n°24-25 (Paris, L’Harmattan, 2007, pp.43-56).
  26.          : « Cadre et démesure. Little Nemo sans repères », in Poétiques de la bande dessinée, MEI n°26 (Paris, L’Harmattan, 2007).
  27. 2004 : « Une archéologie du collectif », in [Plastik ] n°4 (Cerap/ Publications de la Sorbonne, automne 2004).
  28. 2001 : « Contre Internet, l'inquiétante extase de Finkielkraut et Soriano », in MEI, n°15 (Paris, L’Harmattan, 2001, pp.181-192).
  29. 2000 : « L'angoisse de la mort : crédible ou risible? », étude sur I. Bergman, in CinémAction, n°94 (Paris, Corlet, 2000, pp.124-138).
  30. 1999 : « Qui dit vrai ? Interpréter l'œuvre d'art. », in Rue Descartes, n°24, (Paris, P.U.F., 1999, pp.41-70). 
  31. 1996 : « Le restaurateur comme opérateur » , in Recherches poïétiques, n°3 (Valenciennes, P.U.V., 1996, pp.66-75).
  32. 1992 : « L'œil et l'oreille : l'analogie esthético-logique chez Baumgarten », Philosophie, n°36 (Paris, Editions de Minuit, 1992, pp.71-90).
  33. 1985 : « Le grafitte, phénoménologie de la réflexivité », Tribu, n°10 ( Toulouse,  Centre de Promotion culturelle de l’Université Toulouse Le Mirail, 1985, pp.9-15).

 

 

ACLN : Articles dans des revues avec comité de lecture non répertoriées dans des bases de données internationales.

  1. 2000 : « Archéologie de la mimésis », in Rencontres philosophiques (Paris, CNDP, 2000, pp.32-36).
  2. 2000 : « Heidegger et les tournants de l'art », in Rencontres philosophiques (Paris, CNDP, 2000, pp.111-123).
  3. 1997 : « Rationalité et cinéma : la Caverne et la lanterne. », in Rencontres philosophiques (Paris, CNDP, 1997, pp.21-35).
  4. 1996 : « L'ambivalence schématique, ou des natures mixtes chez Platon », in Rencontres philosophiques (Paris, CNDP, 1996, pp.50-53).
  5. 1995 : « Vizlipuzli ou harmonie secrète », in Philosophie et musique (Paris, CNDP, 1995, pp.17-30).
  6.  1995 : « Y a-t-il encore un héros dans l'art? », in Actes des journées académiques (Paris, CNDP, 1995, pp.109-115).
  7. 1994 : « Le géomètre et le poète: vérité et ambiguïté dans l'esthétique frégéenne », in Rapport des journées académiques (Paris, CRDP, 1994, pp.84-93).
  8. 1993 : « Esthétique des arts appliqués : défense et illustration de la bande dessinée. », in Rapport des journées académiques (Paris, CRDP, 1993, pp.99-115).
  9. 1994 : « Du spéculaire au spéculatif : l'anamorphose chez Leibniz », in Cahiers philosophiques, n°59 (Paris, CNDP, juin 1994, pp.7-33).
  10. 1992 : « Qu'est-ce qu'un texte philosophique ? », Cahiers philosophiques, n°51, (Paris, CNDP, juin 1992, pp.7-38).
  11. 1989 : « Logique et sophistique : la dictature du paradoxe », in Rapport des journées académiques (Paris, CRDP, 1989, pp.13-34).

 

 

ASCL : Articles dans des revues sans comité de lecture

ACT : Communications avec Actes dans un congrès international ou national

  1. 2021, 1er octobre : Colloque La perception de la Chine dans la caricature occidentale, dirigé par Jean-Claude Gardes et Yue Yue ; Université de Brest Ouest. Communication : « La réception et l’introduction de la pensée chinoise en Europe au début du XVIIIe siècle. La caricature de cette pensée dans l’œuvre de Malebranche et Leibniz. » Actes à paraître.
  2. 2021, 24 juin : colloque GraffCity, org. Anne Bayaert-Geslin, université de Bordeaux III ; conférence inaugurale « Etat d’urgence ». Publication des Actes prévue en 2022.
  3. 2020, février: « Humanisme et postcolonialisme des lieux perdus », in colloque Indianocéanie, partenariat entre les universités de Tananarive (Madagascar), des Antilles, de Paris et de La Réunion. Actes publiés aux Impressions Nouvelles, 2022.
  4. 2019, 13 décembre: « Les images sont-elles toujours sémiotiques », in colloque international Anthropogénie, de la technique à la sémiotique, Paris, Sorbonne Université http://www.anthropogenie.com/events/2019_Sorbonne_09_Genin_Conf_video_MP4.mp4
  5. 2018, 29 novembre: « De "l'art bâtard" à l'art urbain: une esthétique policée », colloque international De la subversion à la subvention, Université Libre de Bruxelles, Belgique. Actes publiés : (R)évoltions du street artCFC-Éditions, Bruxelles, 2021, PP.130-137.
  6. 2018, 24 novembre, colloque national Art et détournement, Université des Antilles, Gosier.
  7. 2018, 16 novembre : «  Corps en acte, corps représenté dans l’interventionnisme urbain » colloque national (org. Jacque Mateu) Le corps transformé, Montpellier. Actes publié en ligne sur les Assises du corps transformé. http://www.assisesducorpstransforme.fr/2019/03/04/christophe-genin-corps-en-acte-corps-represente-dans-linterventionnisme-urbain-street-art/
  8. 2018, 13 avril, colloque international Street art Europe, université de Nice; communication: „Street art versus art urbain: une singularité française?“. 
  9. 2017, 21 août, Cerisy la Salle, colloque international Kitsch (dir. F. Johansson et M. Vallespir), conférence d’ouverture « Le devenir kitsch : un modèle global pour nos sociétés ? ». Mis en ligne sur La forge numérique de la Maison de la Recherche en Sciences humaines de l’université de Caen Normandie (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4790 ), et sur France Culture (https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/le-devenir-kitsch-un-modele-global-pour-nos-societes ).
  10. 2017, juin, colloque international Framing Street Art , université de Nice; communication « Murs blancs = peuple muet » in Actes du colloque, Éditions Universitaires de Dijon.
  11. 2017, 6 avril, Saint-Etienne, colloque Les formes de l’enquête (dir. D. Méaux), communication « Eloge de la trouvaille ». Membre du comité d’organisation et du conseil scientifique.
  12. 2016, 15 janvier, Paris, CNAM, colloque Archéologie des Innovations; communication sur «  de la bombe à la bombe - C215 et le CEA ». Mis en ligne : http://www.ariadr.fr/les-webdocs/chambre-a-fils/
  13. 2015, 14 décembre : Paris, ENSAD, colloque Kitsch et art contemporain ; communication « La kitschification du street art . Du post-graffiti au street pop ou pop urbain ». Membre du conseil scientifique.
  14. 2015, 26 septembre : Nice, colloque, organisé par l’Université de Nice ; communication « Le street art : un changement de principes ? ». in Cahiers de Narratologie, n°29, janvier 2016. Membre du conseil scientifique.
  15. 2015, juin : Paris, colloque L’extension de l’art, organisé par l’Association française d’esthétique ; communication « Les arts martiaux japonais comme arts de la concorde ».
  16. 2015, 31 janvier : Bordeaux, colloque L’art des villes, organisé par l’université de Bordeaux III ; communication « Des griffes dans le décor urbain ».
  17. 2015, 17 janvier : Luxembourg, colloque Sonder l’abyme organisé par l’université du Luxembourg,  communication « Sortir de l’abyme ».
  18. 2014, 12 décembre : Paris 1, UFR 04, organisateur de la Journée d’étude Kitsch et Antiquité ; communication « Kitsch et antiquité:  historicité et intemporalité » (publication prévue courant 2017 aux P.U.R.).
  19. 2014, 10 juin, colloque à l’université de Liège (en partenariat avec l’université de Limoges) : Le street art, un indicateur d’intégrations urbaines ?
  20. 2014, juin : membre du comité scientifique et partenaire du VIe Congrès méditerranéen d’Esthétique, Florence, Villa Finaly.
  21. 2013, 24 novembre : Bordeaux 3, colloque international Le design dans l’art contemporain. Communication : « Street art et design ».
  22. 2013, 9 novembre : organisateur du colloque international Le street art au féminin pluriel, en partenariat avec l’Institut du Genre, Paris, Centre Saint-Charles. Communication : « Résistances et résiliences ».
  23. 2013, 21 juin : Paris, Association Française de Psychiatrie, colloque sur Masculin, féminin. Communication : « Penser par couples ».
  24. 2013, 17 juin : Brest, U.B.O, faculté Victor Segalen, laboratoire HCTI, Journée d’étude sur « Le kitsch, une affaire de goût ? ». Communication : « Modélisme et kitschisation ». Publication en ligne prévue pour 2016.
  25. 2012, 7 décembre : Paris 1, colloque international Esthétique et déconstruction. Communication : « Heidegger et les tournants de l’art ». A paraître aux Publications de la Sorbonne en 2016.
  26. 2012, 24 novembre : Organisateur du colloque international A côté du genre, Paris 1, Centre Saint-Charles, communication « L’ange et l’androgyne ». Publication chez L’Harmattan en 2014.
  27. 2012,  7-9 septembre : colloque international Material meanings, Université de Kent , Canterbury. Communication « Street art, un art bâtard au croisement des expressions ». Publication par l’E.A.M, de Gruyter.
  28. 2010, avril : Journée internationale sur Henri Van Lier : « L’Anthropogénie : joindre le geste à la parole », Délégation générale Wallonie-Bruxelles.  Publié.
  29. 2008 : Organisateur du colloque international Iconologie et sémiologie, centre Saint-Charles, Paris1, avril 2008. Directeur de la publication en 2011, sous le titre Déconstruire l’image aux Publications de la Sorbonne.
  30. 2007 : Université Paris IV/ Université de Limoges, Paris, 2007 : « Caractères et signes : à quoi reconnaît-on la valeur éthique des représentations artistiques ? Une lecture contemporaine de la Poétique d'Aristote ». Paru dans RS.SI, revue canadienne de sémiotique, 2011.
  31. 2006 : Colloque international à l’université de Limoges, 2006: « Le kitsch, une histoire de parvenus ». Paru en ligne dans la revue numérique Nouveaux actes sémiotiques http://revues.unilim.fr/nas/document.php?id=356 ; puis http://epublications.unilim.fr/revues/as/3268 ; traduction prévue en espagnol chez Ediciones Sequitur.
  32. 2006 : Paris, ENS Ulm, Paris, 2006 : « L’œuvre en décomposition ». Paru dans L’art contemporain à l’épreuve de ses mémoires, Le Manuscrit, 2007, pp. 29-47.
  33. 2005 : Organisateur du colloque international Juger l’art ? , Centre Saint-Charles, Paris1, novembre 2005. Directeur de la publication aux Publications de la Sorbonne en 2009 sous le titre Juger l’art ? .
  34. 2005 : Nantes, Colloque international à l’Ecole supérieure des Beaux Arts: « La culture numérique : entre sens et information ». Paru en ligne sur http://www.on-the-move.org/documents/OTM2.3_Training_Reader_2005.pdf , 2005
  35. 2004 : Berlin, Colloque international ICHIM: « Culture numérique : une contradiction dans les termes ? », paru en ligne sur http://www.ichim.org/ichim04/contenu/PDF/0461_Genin.pdf ou http://www.archimuse.com/publishing/ichim04/0461_Genin.pdf
  36. 2003 : Paris, « Photographie de commande, photographie de création », Actes électroniques 2003 des Jeudis de la Sorbonne, http://www.univ-paris1.fr/index.php?id=222256
  37. 1998 : Lille, Université Lille III, Centre d’étude des arts contemporains :   « L’autoréférence dans la peinture : réplications et implications ». Paru dans Penser la vue, penser l'audition, dir. Catherine Kintzler, Lille, Presses du Septentrion, 2002, pp. 75-88.

 

COM : Communications orales sans actes dans un congrès international ou national

  1. 2021 : JORRESCAM, colloque « Risque et sécurité dans les sports de combat et les arts martiaux ». Université de Lille. Communication : « De l’hostilité à l’accueil : l’exemple du kinomichi ».
  2. 2020, 5 mars : communication dans le cadre du Plan Académique de Formation de Lille, au LAM de Villeneuve d’Ascq sur « L’interprétation ».
  3. 2019, 17 juin : colloque international La mode : mémoires du transitoire, modération de la table ronde sur « Reconstruire les modes disparues », Paris, Institut français de la mode.
  4. 2018, 28 mars : Séminaire Paris Pariétal (dir. Fr. Jeune), communication « Un street art pariétal ? », université Paris 8, Saint-Denis.
  5. 2018, 9 mars : Journée doctorale Quelle place pour le street art ?, communication « dérives, parcours, trajectoires », Paris 1, Centre Saint Charles
  6. 2017, 28 septembre, colloque ADAGP La traçabilité de l’œuvre d’art, à l’INHA ; communication « L’illusion de la gratuité ».
  7. 2015, 15-17 octobre : Paris/Bruxelles, communications sur l’urbanité à Bruxelles sur Seine,  Délégation générale Wallonie-Bruxelles.
  8. 2014, 23 juin, conférence sur Kitsch et Baroque, in Journées d’études sur le kitsch, Université de Bretagne Occidentale.
  9. 2014, 20 juin, table ronde à la Kultur Fabrik au Luxembourg, avec les artistes Levalet, Van Ray, Sanctobin.
  10. 2014, 13 mars, présentation du livre Le street art au tournant à La Maison du Livre de Bruxelles, en partenariat avec l’association Lézarts urbains, avec l’artiste Baro.
  11. 2014, 12 mars : Université Paris Dauphine : « La marketisation du street art » ; conférence, et table ronde avec l’artiste Kashink.
  12. 2013, 25 février : DAFOR de Paris, en Sorbonne : « Kitsch et imitation ».
  13. 2013, 7 février : Paris, Musée de la Poste, conférence « Street art : destinataire inconnu », avec l’artiste Ernest Pignon-Ernest.
  14. 2012, 6 novembre : Paris, Centre Mabillon, Rencontres Urbaines, n°1, table ronde avec l’artiste Thom-Thom sur « Graffiti, art urbain, street art : la rue est-elle de nouveau à la mode ? »
  15. 2012, février : Paris, INHA, « street art et cinéma ». « Le graffiti movie : du décor urbain au film à clés »
  16. 2011, 24 juillet : Festival Ap’Art, Maussane les Alpilles : « Les artistes contemporains dans l’espace public ».
  17. 2011, 26 mai : Paris, espace multiculturel La Bellevilloise : « Street art contemporain : définition et enjeux ».
  18. 2011-2008 : collaboration, dans le cadre de l’art thérapie, au partenariat entre l’Ecole nationale des Beaux-arts de Bourges (ENBA) et le Centre hospitalier George Sand de Bourges (psychiatrie juvénile) :
    1. février 2008 : « La catharsis : la purification des passions, entre le cadavre et le singe » ;
    2. avril 2009 : « Expression et expressivité » ;
    3. avril 2011 : « Purgation des passions : art et deuil »
  19. 2010, octobre : « Multiculturalisme et universalisme », colloque organisé par le Grand Orient de France, Paris, Cercle des Armées.
  20. 2009, 19 février : « Circonscriptions du street art » : in Journée d’études Street art, le parti priX de l’indépendance, Paris 1, Centre Saint-Charles.
  21. 2009 : DAFOR de Paris pour collègues philosophes, novembre 2009 : « L’insensible ».
  22. 2006 : MAFPEN de Paris pour collègues philosophes du secondaire: « L’interprétation des œuvres ».
  23. 2005 : ENS Ulm, Paris : « Le code théologique et plastique des Annonciations »; résumé paru en ligne http://www.eleves.ens.fr/home/mlabbe/LSI/CR/26.10.html
  24. 2003 : Université Paris 1, Rencontres sur Les arts savants, arts populaires et industries culturelles : « Photographie de commande, photographie de création » 
  25. 2002, 5 avril : ENS Ulm / Paris VIII, Paris, colloque Résistance du texte. Communication : « Tourner en ridicule ou le rire insurrectionnel ».
  26. 2002 : La Maison de l'Homme / Université de Ljubljana, Paris : « S’en prendre à soi-même : Œdipe dans tous ses états ».
  27. -2002: IUFM de Saint-Germain en Laye: « Art et technique ».
  28. 2000 : Ecole Duperré, Paris, 2000 : « Art nouveau et techniques nouvelles : l’art à l’âge de l’ électron ».
  29. 1999-1990 : Co-responsable, de, de stages et conférences de formation pour professeurs des classes terminales lors des Journées académiques de philosophie de Paris, dans le cadre de la MAFPEN, puis de l'IUFM de Paris (invités : Jacques Bouveresse, François Dagognet, Alain de Libera, Vincent Descombes, Jean-Pierre Dupuy, Anne Fagot-Largeau, Yves Michaud, Jacques Morizot, Joëlle Proust, Paul Ricoeur, Myriam Revault d’Allonnes, Danièle Sallenave)
  30. 1998 : Collège International de Philosophie, Paris, séminaire de Jacob Rogozinski : « le sujet en art : l’identité de soi dans la peinture ».
  31. 1993 : Collège International de Philosophie, Paris, séminaire de Jean-Pierre Marcos : « L’invisible à visage découvert : étude de l’appel dans les Annonciations » 
  32. 1986 : Collège International de Philosophie, Paris, séminaire de Hadi Rizk : « Les conditions du tiers » 

 

DO : Directions d’ouvrages

  1. 2022 : Christophe Genin, Rafolo Anrianaivoarivony, Pensées en archipel, Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2021.
  2. 2014 : Genre, sexe et égalité, Paris, L’Harmattan,  2014 ;  « Présentation générale », pp.7-9,  « L’ange et l’androgyne : le neutre ou l’épicène », pp.60-78.
  3. 2011 : Déconstruire l’image, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011 ; « Présentation », pp.7-10, « L’oubli de l’être féminin », pp.11-28.
  4. 2009 : Juger l’art ? , Paris, Publications de la Sorbonne,  2009 ; « Juger l’art ? Perspectives et prospective », pp.7-14.
  5. 2007 : Images et esthétique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007. « L’esthétique », pp.5-15 ; « L’illusion désillusionnée », pp.115-125 ; « Voir une femme en peinture », pp.159-170.

 

OS : Ouvrages scientifiques (ou chapitres de ces ouvrages)

Ouvrages personnels :

  1. 2016 : Le street art au tournant : de la révolte aux enchères. Bruxelles, Impressions Nouvelles, 275p.
  2. 2016 : Le street art en question(s), Toulouse, UPPR Editions,  40p., http://www.uppreditions.fr/livre/978-2-37168-056-2_le-street-art-en-question-s/ édition papier en 2017.
  3. 2014 : Miss.Tic, femme de l’être, Bruxelles, Impressions Nouvelles, réédition revue et augmentée.
  4. 2013: Le street art au tournant. Reconnaissances d’un genre, Bruxelles, Impressions Nouvelles, 271p.
  5. 2010 : Kitsch dans l’âme, Paris, Vrin. Rééd. en 2016.
  6. 2008 : Miss.Tic, femme de l’être (étude sur les pochoirs urbains), Paris/Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2008, 2009 (ouvrage inscrit dans la bibliographie de l’agrégation d’arts plastiques).
  7. 1998 : Réflexions de l'art, Paris, Kimé, 360 p.

 

Chapitres d’ouvrages

  1. 2021 : Enfermements, dir. D. Watteau, Editions Janninck. Chapitre « Ne pas être enfermé dehors ou la résilience du street art », pp.73-95.
  2. 2021 : ®évolutions du street art, dir E. van Essche, Bruxelles, Editions CFC. Chapitre « De "l'art bâtard" à l'art urbain: une esthétique policée ».
  3. 2020 : “Series of time : lapse of time and order of time. Timeline and timerule”, in Journal of History and Philosophy of Art , vol. 1 (dir. Shen Yubing), Fudan University, Shangaï, pp.3-20.
  4. 2020 : « Qu’entendre par ‘recherche-création’ », in Le doctorat et la recherche en création, dir. Catherine Naugrette, Monique Martinez Thomas, Paris, L’Harmattan, pp.69-87.
  5. 2020: “In-Flight Entertainment or the Emptying Process of Art in the Air”, in Post-Cinema, Cinema in the Post-Art Era, dir. Dominique Chateau, José Moure, Amsterdam, Amsterdam University Press, coll. The Key Debates, pp.143-156.
  6. 2020 : « Sortir de l’abyme », in Comprendre la mise en abyme. Arts et médias au second degré, dir. T. Raus et G.M. Tore, Presses Universitaires de Rennes, pp.121-134.
  7. 2019 : « Le dessin et le discours se valent bien », in Les discours syncrétiques, dir. S. Badir, M.G. Dondero, Fr. Provenzano, Presses Universitaires de Liège, pp.127-136.
  8. 2019 : « Bond, my name is Bond », in Esthétique de la Recréation , dir. Dominique Chateau et José Moure, Presses Universitaires de Rennes,  pp.27-37.
  9. 2019 : « Murs blancs=peuple muet », in Street art, récit et poésie, dir. Edwige Comoy-Fusaro et Hélène Gaillard, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, pp.93-104.
  10. 2018 : « Miss.Tic, una mujer contestaria », in Feminismos Visuales, dir. Cristina Castellano, trad. Andrea Leiva Espitia, Editions de l’Université de Guadalajara, Mexique, pp.89-102.
  11. 2018 : « Présupposé et interprétation. Une image peut-elle s’entendre sans prérequis ? » in La présupposition entre théorisation et mise en discours, dir. Amir Biglari, Marc Bonhomme, Paris, Garnier, pp.479-494.
  12. 2017 : « Le street art, un indicateur d’intégrations urbaines ? », in Pratiques émergentes et pensée du médium, dir. Sémir Badir et François Provenzano, Academia, Louvain la Neuve, pp. 45-65.
  13. 2016 : La pensée comme expérience, dir. Evangelos Athanassopoulos, Marc Jimenez, Paris, Publication de la Sorbonne, « Heidegger et les tournants de l’art » pp.101-115.
  14. 2016 : Djiang Dahai, « Peintre moderne de la fugitive permanence », Editions de Dilecta, pp.36-47. Chapitre traduit en anglais.
  15. 2014 : Rero, Erreur sur le titre, Gallimard, 2014, article « Hors de », pp.74-77.
  16. 2013 : « L’art comme produit d’appel à l’ère du tourisme planétaire » in L’art, l’argent et la mondialisation, dir. Jean-Noël Bret et Nathalie Moureau, Paris, L’Harmattan, pp.145-162.
  17. 2012 : « Culture en quête de repères », in Regarding the popular. Modernism, the Avant-garde, and high and low culture, dir. Sascha Bru, Berlin, Walter de Gruyter, pp.84-95.
  18. 2011 : « Le philtre comme ruse de la passion : une lecture de Tristan et Iseut », in Figures de la passion et de l'amour ; dir. D. Chateau, P. Salabert. Paris, L'Harmattan , pp.131-148.
  19. 2008 : « Tag et graff », pp. 65-79, in Images et études culturelles, dir. Bernard Darras, Publications de la Sorbonne, 2008.
  20. 2007 : Articles : « artiste / artisan », « expérience (esthétique) », « sublime » in Dictionnaire d’esthétique et de philosophie de l’art , dir. Jacques Morizot et Roger Pouivet, Paris, Colin, 2007.
  21. 2007 : « Homo bulla est » in L’image entre sens et signification, dir. Anne Beyaert-Geslin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, pp. 123-149.
  22. 2005 : « La lettre et l’image à la même enseigne », in L’image à la lettre , direction Joëlle Raineau, Paris, Editions des Cendres, pp. 59-81.
  23. 2002 : « L’autoréférence dans la peinture : réplications et implications », in Penser la vue, penser l'audition, dir. Catherine Kintzler, Lille, Presses du Septentrion, pp.75-88.
  24. 1992 : Le corps, dir. François Noudelmann, Paris, S.T.H., 1992. « Le corps tombeau (Platon) », pp. 15-29.
  25. 1991 : La nature, dir. François Noudelmann, Paris, S.T.H., 1991. « La nature comme réflexivité chez Aristote », pp. 17-26 ; « L’atomisme antique comme science de la nature : de Leucippe à Démocrite », pp. 49-67.
  26. 1990 : Vocabulaire d'esthétique, dir. Anne Souriau, Paris, P.U.F., 1990, rééd. 2010. Rédaction d’une douzaine d’articles. 

 

OV : Ouvrages de vulgarisation (ou chapitres de ces ouvrages

  1. : pour le Louvre (Service éducation et formation) : https://www.louvre.fr/dialogueraveclestreetart/analyses?active=170194#tabs

« Entre subversion et intégration, quel parcours de reconnaissance pour le street art ? » analyses de sept œuvres de street art dans le cadre d’un dossier éducatif à destination des jeunes publics du Louvre.

2000-2009 : pour le Centre National d’Enseignement à Distance (Cned) : rédaction du Cours de philosophie de l’art (niveau L3).

2000 : Lecteur et contributeur pour les manuels de philosophie dans les classes terminales, Paris, Hachette.

 

E-publications :

Comme contributeur :

  • 2002 : « Mourir et grandir », contributions vidéos au CD-Rom Vieillir, grandir conçu par l'Office National de Gérontologie

 

Comme directeur ou co-directeur de sites adossés au Centre de Recherches Images Cultures et Cognition puis à l’UMR ACTE:

- 2018-2002 : http://mucri.univ-paris1.fr/mucri11/  Analyses d’œuvres

  • Barrué (Claude) : Faille
  • Canonici (Jacques) : Vladimir Jankélévitch
  • Cohl (Emile) : Renan
  • Crumb (Robert) : Confessions
  • Denner (Ethel) : Ma Kolyma
  • Euphronios : cratère en calice 
  • Jiang (Dahai) : Le mur dans la Cité des Arts
  • Kyllénios : La naissance d’Athéna
  • Lapie (Christian) : Le pupitre des étoiles
  • Le Voyer (Robert): Le Jugement Dernier (d’après Michel-Ange)
  • Méot (Yan) : Calligraphe
  • Mille (Marcel) : Vaches interdites
  • Moreau (Max) : Le joueur de musique
  • Pérez-Hornborg (Pablo) : Accouchement
  • Prévost (Benoît-Louis): Le Géova des Français
  • Rijerse (Els) : Belle
  • Saudek (Kaja):  Kometa
  • Tilt : Voyage retour
  • Timsit (Jean) : La borgne
  • Timsit (Jean) : Van et dévidoirs
  • Vallayer-Coster (Anne): Les attributs des arts (version courte)
  • Varella (Adriana) et Walz  (Nilton): Digital DNA
  • Zénatti  (Anne): Toi et moi
  • Zénatti  (Anne): Aphrodite enceinte
  • Zénatti (Anne): Le service japonais

 

2014-2010 : site L’Annonciation (adresse URL en cours de changement) :

  • Anonyme: Annonciation au puits (église Christ-in-Chora), mosaïque, 1315, musée Kariye, Istanbul.
  • Al-Bîrûnî : Annonciation persane, in Al-Atâr al-bâqiya 'an al-qurûn al-hâliya (Traces des siècles passés), manuscrit perse sur papier (171 feuillets, 30 x 20,5 cm), Iran, copie du XIVe siècle, BNF, Manuscrits (Arabe 1489 fol. 162v)
  • Anonyme : Annonciation, peinture sur bois, XVIe s., église de Loquirec, Finistère.
  • Picasso : Variation sur le thème de l'annonciation, avec deux bergers, estampe, 5 Décembre 1966, 32,2 x 22,3 cm, Strasbourg, musée d'Art moderne et contemporain.
  • Zenatti (Anne) : Annonciation, h/t, 2012, coll.part.
  • Symbolique de l’Annonciation

 

 

- http://imagesanalyses.univ-Paris1.fr: créateur, avec Bernard Darras, du site Images analyses, réactualisé chaque année, et responsable des sections Esthétique et Poïétique ; j’ai rédigé les introductions des rubriques et les contributions suivantes:

- Méliès : Les cartes vivantes

- Magritte : La durée poignardée  de Magritte

- Vallayer-Coster : Les attributs des arts  (version longue)

- « Tags et graffs »

- L’hydrie de Caere (étude pédagogique pour la jeunesse)

 

- http://cri-image.univ-paris1.fr/genin.html :

- 2005 : « Miss.Tic: une poétique de la rencontre »

-2006 :  Lire l’image: projet SCHENE du Ministère de l’Education Nationale, destiné au Kiosque Numérique de l’Education, sur le site Internet de Hachette Multimédia Education Référence (MER) : http://www.kiosque-edu.com/catalogue/FicheRessourceEditeur.aspx :

  • « L’image dans la rue » : analyse d’un pochoir urbain contemporain ;
  • « Affiche nazie » : analyse d’un placard politique du XXe siècle ;
  • « Emblèmes d’un Compagnon : attributs, insignes, symboles » : analyse d’un tablier compagnonnique du XIXe siècle ;
  • « Analyse d’une Annonciation » : étude d’un vitrail du XVIIe siècle ;
  • « Les Floridiens » : analyse d’une gravure du XVIe siècle.
  • « Les orphelins de la guerre » : analyse d’un dessin de Poulbot

 

- 2010 : http://www.museedelaphoto.fr/ « La façade de la Sorbonne » : analyse d’une photographie d’Atget

- http://imagescognitions.univ-paris1.fr/ : directeur des Cahiers de l’image, e-publication  (anciennement les Cahiers du CRICC, en cours de validation):

- « La publicité est-elle un art mineur ? »,  2007

 

- Direction éditoriale :

 - de la borne numérique « Histoire de Saint-Brice : du paléolithique à 1918 », pour la commune de Saint-Brice-sous-forêt (2004).

- du site du Musée du Montparnasse, Paris, 2005 : http://www.museedumontparnasse.net/

- du CD-Rom Mettre au monde : rédaction d’une trentaine articles dans le cadre d’une analyse des représentations de la naissance dans l’histoire de l’art (déesses antiques, Klimt, Courbet, Chagall, César, Crumb, etc.) et des cultures (Asie, Afrique, Europe), en collaboration avec le Syndicat des Gynécologues Obstétriciens de France (Syngof), CD-Rom, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, 2006.

- Histoires singulières, 2007 : la mémoire de l’immigration en France, partenariat avec la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) :

 http://www.histoire-immigration.fr/index.php?lg=fr&nav=1&flash=0

- du site Géographie-cités, 2008 : site commun à trois équipes de géographes, CNRS, Paris 1, Paris1 :http://www.parisgeo.cnrs.fr/

- du site L’école de droit de la Sorbonne, 2009 : http://www.univ-paris1.fr/ufr/eds/qui-sommes-nous/presentation-de-lecole-de-droit-de-la-sorbonne/

- du site L’Annonciation, 2012 : http://imageslectures.univ-paris1.fr 

 

- La communication « Le kitsch, une histoire de parvenus » est  référencée dans Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Kitsch, et « Le guichet du savoir », site en ligne de la Bibliothèque municipale de Lyon, http://www.guichetdusavoir.org/ipb/index.php?showtopic=26382

 - 2004 : la borne numérique «Histoire de Saint-Brice 2004) 

 -2005 : le Musée du Montparnasse, Paris (2005) http://www.museedumontparnasse.net/ ;

- 2007 : la mémoire de l’immigration en France, partenariat avec la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) :

 http://www.histoire-immigration.fr/index.php?lg=fr&nav=1&flash=0

-2008 : Luquet, partie Histoire et Franc-Maçonnerie : luquet-archives.univ-paris1.fr/

          : Géographie-cités : site commun à trois équipes de géographes, CNRS, Paris 1, Paris 7 : http://www.parisgeo.cnrs.fr/ ;

Des représentations culturelles :

  • 2005 : DVD du film franco-sénégalais Bul Déconné.
  • 2006 : CD-Rom Mettre au monde, collaboration entre le Syndicat des Gynécologues Obstétriciens de France (Syngof) et l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne. Rédaction d’une trentaine articles dans le cadre d’une analyse des représentations de la naissance dans l’histoire de l’art (déesses antiques, Klimt, Courbet, Chagall, César, Crumb, etc.) et des cultures (Asie, Afrique, Europe), 2006 ; ou Histoires singulières,
  •  

 

AP : Autres : publications et éducation populaire

Conférences d’éducation populaire :

 

  1. 2019, 17 janvier : conférence « Le street art : pour une ville meilleure », Ecole d’Art(s) de Fresnes.
  2. 2018, 4 décembre : conférence « L’intention d’auteur » aux Ateliers, Association des peintres scéens, Sceaux.
  3. 2017, 5 décembre : conférence « Street art : histoires, styles, techniques » aux Ateliers, Association des peintres scéens, Sceaux.
  4. 2016, 29 juin : conférence « Communication et street art », entreprise Orange, Arcueil
  5. 2016, 8 juin : conférence au Musée des Abattoirs, Toulouse
  6. 2016, 1er juin : conférence, festival K-Live à Sète
  7. 2016, 23 mai : conférence « Art urbain contemporain, quel sens pour quelle évolution ? », Musée Henri Martin, Cahors.
  8. 2016, 31 mars : lycée international de Sèvres, conférence sur Kitsch dans l’âme, ouvrage retenu pour le premier Prix du Livre de Philosophie des Lycéens.
  9. 2016, 11 février : conférence sur « Kitsch et philosophie », lycée Janson de Sailly, Paris
  10. 2016, 5 février, conférence sur « Genèse, devenir et diversité d’une culture urbaine », à la Maison des Savoirs, Agde
  11. 2016, 16 janvier, conférence sur L’art urbain au Musée des Beaux-Arts de Nancy
  12. 2015, 6 juillet, conférence sur Le street art : l’invasion créative, dans l’entreprise Orange, à Montrouge.
  13. 2014, 21 mai, conférence sur La patrimonialisation du street art à l’Espace culturel et social Aimé Césaire, à Gennevilliers.
  14. 2014-2008 : organisation et présentation d’un Ciné-philo, cinémas Le Trianon à Sceaux, et à Malakoff Analyse des films : Séraphine, La vague, Home, Taking off, Potiche, Lebanon, Women are heroes, Exit through the gift shop, Hitler à Hollywood.
  15. 2012, 22 mai : conférence « Le parti pris de l’indépendance : le street art », Conférences Agora, Mâcon.
  16. 2009 : CAPC de Bordeaux : « Kitsch et art modeste » dans le cycle de conférences « Les dessous de l’œuvre ».
  17. 1985 : « la pensée de Kant », Université du troisième âge, Nevers
  18. 1984 : « La pensée de Platon », Université du troisième âge, Nevers
  19. 1983 : « L’autoréférence en art », Nevers, Maison de la culture.

 

 

Poésie :

- Collaboration à la revue Artère. Poésie-Peinture (Paris, Artère) et publication de poèmes dans les n°9 (printemps 1983), n°11 (automne 1983), n°15 (automne 1984), n°19 (automne 1985)

 

Arts martiaux :

- 2019 : « Le legs d’un maître », in Dragon, spécial Aïkido n°26, octobre 2019, pp. 70-74.

- 2010 : « Portrait de Noro senseï », in Energies (H.S. n°5, Aïkido, avril/mai 2010). Traduit en allemand par Andreas Lange-Böhm.

- 2006 : « Kinomichi : une culture de l’accueil », in Aïkido, décembre 2006, pp.14-16.

- 1989 : « Rencontre de deux hommes remarquables », entretien avec Masamichi Noro, hommage à Graf Durkheim in Gespräch zwischen einem Japaner und einem Fragenden Berlin, 1989, traduit en allemand par Andreas Lange-Böhm.

- 1988 : conférencier invité, « Le dualisme dans les pensées occidentale et asiatique », Journée Ozawa, Paris, Centre Ozawa.

- 1986 : conférencier invité, « Le corps et le sport dans la culture occidentale », Paris, Korindo Dojo.

- 1985 : « Corps et spiritualité en Occident », Dojo Noro-Kinomichi, Paris, plaquette interne.

 

Pratiquant, depuis 1970, de judo (katas 1er dan), aïkido, jodo, iaïdo et kinomichi ( 4e dan et brevet fédéral). Enseignant pour le personnel de Paris 1.

 

Préfaces

  1. 2013 : préface du livre de Charles Leval, Levalet, scènes de rue, Paris, Critères Editions.
  2. 2012-2010 : préface des livres de Hoang Liên Nguyen, La cuisine vietnamienne, Orphie, 2010, et La cuisine savoyarde, Orphie, 2012.

 

Critique d’art

  1.  2019, mai : « Je serai ta gueuse », in Miss.Tic, histoires de rencontres, Éditions Lélia Mordoch, Paris, pp.30-31.
  2. 2019, mars : « Miss.Tic en Sorbonne », in Miss.Tic, le masculin l’emporte mais où ?, Éditions de la Sorbonne, Paris, pp.13-17.
  3. 2018, 6-28 mars : commissaire de l’exposition d’art contemporain urbain « Quelle place pour le street art ? », à la Galerie Journiac, École des Arts de la Sorbonne.
  4. 2016, juin : expert invité au K-live, festival de street art à Sète : conférence et rencontres avec des artistes internationaux (Baudelocque, Maye) ;
  5.                  : expert invité à Rose Béton, festival de cultures urbaines à Toulouse : conférence et rencontres avec des artistes internationaux (Futura 2000, KR, Tilt).
  6. 2015, 3-4 juin : expert invité au K-live, festival de street art à Sète, rencontres artistiques dans la cadre du Musée A Ciel Ouvert (MACO).
  7. 2015, mars : Jacques Canonici, « Luxuriance », in Ici, là bas et ailleurs, édition Marie Amélie Anquetil, Paris, 2e année, mars 2015, n°13, pp.1-2.
  8. 2009 : Présentation des photographies du Bhoutan de Jean Timsit, Paris, Musée National des Arts Asiatiques-Guimet
  9. 2006 : Présentation de l’œuvre du peintre Pablo Pérez-Hornborg, Suresnes, Artcad.

 

Interviews :

2021 : 8 juin : entretien à la RTBF, avec Geoffroy Fabré sur l’exposition Banksy à Bruxelles.

2020, février : journal « Paris vous aime », art urbain, par Sandra Fanfrenet

2020, janvier : journal The Economist, “Walls have eyes” (p.68), entretien avec Alizée Jean-Baptiste sur Itvan Kebadian

2019, décembre : Le Journal des Arts, spécial Street Art, par Stéphanie Lemoine.

  1. novembre : La RTBF, La Prem1ère, émission « Débats » de Geoffroy Fabré « De la subversion à la subvention ».
  2. 8 novembre : entretien avec Stéphanie Lemoine pour Le Journal des Arts.
  3. août : La Tribune de Genève, Cécile Deynarouse : entretien sur le kitsch actuel
  4.  : RTBF
  5. par Diane Zorzi pour un dossier street art  dans Arts magazine.
  6. 6 mai : entretien avec Hédia Khadar (PRe de l’université de Tunis), « Gender et street art », prod. Farah Khadar https://www.youtube.com/watch?v=up3yhMSUZsQ
  7.  : entretien par Stéphanie Lemoine, colloque Ministère de la culture.

2016 : entretien avec Laure de Hesselle pour Imagine-Magazine ((www.imagine-magazine.com)

2015 : entretien avec Samuel Boujnah et Jim Gabaret pour la chaîne de télévision Arte, pour une série sur le street art (sortie en 2017)

  1. février 2013, par Maïa Morgenstern pour commenter l’exposition « Au-delà du street art » (musée de la Poste, Paris), pour Radio French London, émission "Culture".
  •  5 mai 2012, par Julien Burri pour le magazine culturel suisse L’Hebdo, http://www.hebdo.ch/ , sur « Koons et le kitsch ».
  1. 20 octobre : entretien avec Eric Bietry-Rivière pour Le Figaro sur le kitsch à l’époque contemporaine.
  2. 13 décembre : entretien avec Gabrielle Stefanski pour présenter Miss.Tic, femme de l’être  sur La Prem1ère (RTBF).

 

 

 

Encadrement doctoral et post-doctoral

 

2019 : Professeur délégué aux thèses SHS pour les ED d’archéologie, d’arts et sciences de l’art, de géographie, d’histoire, d’histoire de l’art et de philosophie.

2019-2016 : directeur de l’Ecole doctorale 279 Arts Plastiques Et Sciences de l’Art (APESA)

 

Habilitation à diriger des recherches par un doctorat d’Etat en janvier 1997.

 

Garant de HDR :

Caillet Aline, septembre 2018

 

Direction de doctorats

Soutenus

Coville Marion

Datry Pierre

Digy Delphine

Fedozzi Gabriele

Le Gouez Guillaume

Nah Ilmin

Parisi Vittorio

Pavoulskova Nelly

Retrepo César

Wu Shui-Jou

 

En cours : douze doctorants

 

Direction de mémoires de maîtrise et de M2 :

Soutenus :  une quarantaine

En cours : six

 

 

 

Participation à des jurys

 

HDR :

  • Rekow Lydie, garante Danièle Méaux, université de Saint-Etienne, novembre 2015
  • Semet Marie-Noëlle, garant Miguel Egana, université Paris 1, décembre 2016
  • Caillet Aline, garant Christophe Genin, université Paris 1, décembre 2018
  • Vallespir Mathilde, garant Jacques Dürrenmatt, université Paris 4, décembre 2019

 

Doctorats :

très nombreuses présidences et participations à des jurys de soutenance (Bordeaux, Brest, Paris1, Paris 4, Paris 8, Paris X, Metz, Rennes II, Saint Etienne)

 

Nombreuses participations, depuis 2005, à des comités de sélection à Paris (Paris 1, Paris 4, Paris 8) et en régions (Aix-Marseille, Bordeaux, Brest, Corte, Saint Etienne)

 

Présidences de comités de sélection en esthétique, de jury de soutenance.

Vice-présidence au CAPES de philosophie

 

Membre de jurys d’agrégation d’arts appliqués (pendant quatre ans), de CAPES externe et interne de philosophie (pendant quatre ans), de VAE, de doctorats