International

Una Europa : deux nouveaux visages à la tête du Student Board de l’alliance

En novembre dernier, Elvire Da Cruz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Febe Piccinin (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna) ont été élues en tant que co-chairs au sein du Student Board (Conseil étudiant) d’Una Europa. Dans cet entretien, Elvire et Febe partagent leurs points de vue sur le rôle joué par le Student Board dans la construction d’une université – et d’une Europe – du futur. 

Cet entretien fait partie de la série “Faces of our CommUNAty”, qui met en lumière les nombreuses personnes derrière l’alliance Una Europa.

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous investir au sein du Student Board d’Una Europa en tant que co-chairs ?

Elvire : Même si nous en sommes les co-chairs, nous restons au même niveau que les autres membres du Student Board. Néanmoins, ce rôle nous permet de transmettre les idées des étudiants au Board of Directors et au Project Steering Committee (Comité de pilotage autonome). C’est également un moyen pour nous d’échanger directement avec celles et ceux ayant un pouvoir décisionnaire sur le futur de l’alliance Una Europa et la création de nouveaux diplômes.

Febe : Quand j’étais plus jeune, j’ai eu l’occasion de collaborer avec le ministère de l’Éducation [ndlr : italien] en tant que présidente du Conseil étudiant de ma région. J’ai pu y développer mes compétences pour représenter et appuyer les besoins d’un public étudiant. Comme l’a dit Elvire, notre rôle de co-chairs nous permet d’exprimer précisément la vision portée par le Student Board. Mettre mes compétences au service de mes pairs et d’un demi-million d’étudiants est ce qui m’a poussée à intégrer le Student Board.

Quelles sont les perspectives et objectifs du Student Board cette année ? 

Elvire : Je pense que Febe et moi sommes d’accord sur le fait de vouloir représenter tous les étudiants du mieux possible. En intégrant les groupes de travail d’Una Europa, nous voulons faire en sorte que les étudiants soient représentés et entendus. Nous souhaitons, en particulier, participer au développement de nouveaux diplômes Una Europa et à la construction d’une université du futur.

Febe : Une synergie entre le Student Board et les différents groupes de travail est également nécessaire. Nous souhaiterions que ces derniers nous accompagnent dans la mise en œuvre de nos projets. De plus, nous voulons nous assurer d’échanger régulièrement avec les conseils étudiants de nos propres universités, pour garder un lien constant avec eux et faire en sorte qu’ils se sentent représentés. Le Student Board a pour mission de représenter tous les étudiants, même ceux qui ignorent encore l’existence d’Una Europa.

Quelles sont les principales inquiétudes émanant du Student Board ?

Elvire : Actuellement, notre plus grand défi est la communication. Il est difficile de se faire connaître de tous les étudiants des universités membres d’Una Europa… Une alliance d’onze université, c’est énorme. Beaucoup de ces étudiants ne connaissent pas l’existence de l’alliance et ne savent pas ce qu’ils pourraient en tirer, c’est dommage. Nous devons travailler sur ce point-là, ainsi que sur les questions de représentation. Les étudiants doivent faire partie du processus de création des nouveaux diplômes et programmes Una Europa.

Febe : Nous pensons également que des événements tels que le Student Congress (Congrès étudiant), qui génèrent de l’envie au sein de la communauté sont trop souvent limités à un nombre restreint de participants. Les étudiants doivent avoir l’opportunité de s’investir plus souvent dans l’alliance.

Évidemment, tout le monde ne peut pas se déplacer aux quatre coins de l’Europe, mais d’autres pistes sont envisageables, telles que la mobilité virtuelle.

Le Student Board d’Una Europa a-t-il un rôle à jouer dans la construction d’une coopération européenne ?

Elvire : En prenant part à l’alliance et en nous investissant dans ses divers groupes de travail, nous ne participons pas seulement au développement des diplômes Una Europa, mais également à sa croissance en tant que réseau européen collaboratif. En tant que Student Board, nous pouvons offrir une perspective différente des enseignants, des directeurs et du personnel. Il est important que cette collaboration soit vue par les personnes qui y seront impliquées dans les prochaines décennie, et pas seulement par les personnes plus “âgées”.

Febe : Ce qu’il y a de plus important dans notre travail, c’est le dialogue. Dans quelques années, il nous incombera de répondre aux questions européennes de coopération et de collaboration. Nous devons constamment échanger avec les différentes institutions pour connaître leur fonctionnement actuel. En échangeant, en apprenant, nous savons quelles erreurs ne plus commettre. Nous savons comment nous améliorer. Faciliter les échanges intergénérationnels est l’une de nos grandes responsabilités en tant que co-chairs, c’est également une opportunité magnifique.

Lire l’entretien en anglais sur le site d’Una Europa