Recherche

Paris 1 Panthéon-Sorbonne se penche sur l’intelligence artificielle

Dans le sillage des projets de recherche menés autour de l’intelligence artificielle, l’université lance la création de son Observatoire de l’intelligence artificielle qui fédérera l’ensemble des actions et initiatives liées à cette thématique. Célia Zolynski, professeure de droit et porteuse du projet, ainsi que Cécile Faliès, vice-présidente chargée de la Recherche, présentent sa genèse et ses missions.

Comment est né ce projet ? 

Célia Zolynski : Ce projet est né d’une volonté commune de faire dialoguer les enseignants-chercheurs de Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur une thématique par essence interdisciplinaire dont les impacts sociétaux sont annoncés comme majeurs : l'intelligence artificielle. Financé au titre du Dialogue stratégique de gestion sur une période allant de janvier 2022 à janvier 2024, l’Observatoire de l’intelligence artificielle de Paris 1 Panthéon-Sorbonne constituera un cadre propice à ces échanges. Il rejoint les autres initiatives de recherche lancées à la suite du rapport de la mission dite Villani en mars 2018 pour faire de la France un pays à la pointe de l’intelligence artificielle dans de nombreux domaines.

L’observatoire des enjeux sociétaux de l’IA a bénéficié d’un financement dans le cadre du dialogue stratégique de gestion. Quels étaient ses atouts ?

Cécile Faliès : La pluridisciplinarité, assurément ! Les trois porteurs représentant chacun une de nos familles disciplinaires : Celia Zolinsky est enseignante-chercheuse en droit, Stéphane Lamassé en histoire et Alain Célisse en informatique.

Concentré sur  les enjeux sociétaux de l’IA, l’observatoire a une visée pluridisciplinaire. Quelles sont les disciplines de l’université concernées et en quoi cette diversité de regards est-elle intéressante ?

Célia Zolynski : Au cours de plusieurs réunions et séminaires organisés depuis 2019 dans le cadre d’un précédent projet financé par l’université afin de promouvoir nos partenariats avec les universités membres de l’Alliance Una Europa (projet AISS), nous avons pu constater la grande richesse des recherches menées sur la science des données et l’intelligence artificielle au sein de notre université. Forts de cette richesse, nous souhaitons désormais encourager et développer divers projets interdisciplinaires au sein de l’Observatoire associant les enseignants-chercheurs en informatique, en mathématique, en histoire, en droit, en géographie, en philosophie, en économie, en gestion, ou encore en art de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cette diversité, qui constitue la force de notre Université, permettra de nourrir les réflexions relatives aux impacts sociétaux de l’intelligence artificielle et d’éclairer les projets de régulation actuellement en cours de négociation.

Quels sont les objectifs et missions de l’observatoire ?

Célia Zolynski : L’ambition de l’observatoire est de fédérer les actions menées par les équipes de recherche dans les différents champs disciplinaires de l’université sur le développement de l’intelligence artificielle afin d’en explorer l’impact social, le tout en privilégiant une approche réflexive et multidisciplinaire. L’observatoire a aussi pour objectif de constituer une passerelle avec les différentes chaires qui existent.

Les missions de l’observatoire peuvent être résumées en trois points :

  • Mettre en perspective et confronter les principaux concepts qui structurent la recherche interdisciplinaire sur l’IA au sein de l’université ;
  • Développer des outils de connaissance et de compréhension de l’IA ;
  • Éclairer les politiques publiques tant aux niveaux local et régional qu'aux niveaux national et européen et mener des actions de sensibilisation auprès de nos étudiants et du grand public.

Paris 1 Panthéon-Sorbonne n’est pas une université de “sciences dures”, que peut-elle apporter aux questions liées à l’IA ?

Cécile Faliès : Beaucoup d’enseignants-chercheurs et de chercheurs de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sont très actifs  sur cette question qu'ils traitent de façon thématique (ex : smart cities) ou parfois plus appliquée (méthodologie de traitement de données) mais sans jamais avoir été mis en réseau. C'est tout l’enjeu de l'observatoire des enjeux sociétaux de l'IA qui vient d'être lancé. C'est un projet ambitieux. 

Quels seront les temps forts des prochains mois ? Quels projets vont être lancés ?

Célia Zolynski : Le premier temps fort sera le lancement officiel de l’Observatoire lors d’un colloque interdisciplinaire organisé en amphithéâtre Richelieu le mercredi 22 juin prochain.

En parallèle, le site internet de l'Observatoire de l'intelligence artificielle de Paris 1 Panthéon-Sorbonne sera prochainement publié. Il représentera sa vitrine officielle et proposera notamment un annuaire des enseignants-chercheurs de l’université impliqués dans le domaine de l’IA ainsi qu’une présentation des formations en lien avec l’IA dispensées au sein de l’université. Sur le site, est aussi prévue la mise à disposition de ressources qui permettront de mieux comprendre l’intelligence artificielle tels que des articles d’actualités, des veilles informationnelles et des entretiens avec des chercheurs et des personnalités impliqués dans le domaine de l’IA.

Afin de permettre une compréhension active du sujet, les MOOCs constituent des outils intéressants et interactifs de connaissances. Nous travaillons sur un MOOC intitulé "Artificial Intelligence in Society”, co-élaboré avec nos partenaires dans le cadre de l’Alliance Una Europa. Il sera également mis en ligne début juin. Nous envisageons, à plus long terme, de réaliser un MOOC propre à Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur les impacts sociétaux de l’intelligence artificielle. 

L’Observatoire s’inscrit dans un écosystème riche, comment ces collaborations vont-elles être mises à profit ?

Célia Zolynski : L'Observatoire de l'intelligence artificielle de Paris 1 Panthéon-Sorbonne s’inscrit dans une dynamique française, mais également européenne et internationale. Le logo officiel de l’observatoire reflète cette dynamique dans la mesure où il a été pensé en anglais : Artificial Intelligence Observatory of Paris 1 Panthéon-Sorbonne University.

Nous collaborons activement à l’élaboration d’un MOOC, en langue anglaise, sur les enjeux sociétaux de l’intelligence artificielle avec les universités d’Helsinki, d’Édimbourg et la Complutense de Madrid au sein du self-steering committee “Data sciences and artificial intelligence” de l’Alliance Una Europa. Par ailleurs, nous ambitionnons de nouer de nouvelles collaborations dans le cadre du programme Alliance, et plus particulièrement avec l’université de Columbia, notamment afin de mener différentes recherches interdisciplinaires sur les impacts de l’IA sur la démocratie.

L’observatoire des enjeux sociétaux de l’IA est un projet ambitieux. Comment s’inscrit-il dans la stratégie de recherche de l’université ?

Cécile Faliès : Il vise à mettre en relation les collègues qui travaillent sur la question et partant, à s'étendre à des partenariats existants comme ceux au sein d’Una Europa dans une perspective internationale. Par ailleurs, la pluridisciplinarité est au cœur de la stratégie recherche de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et ce projet y participe de manière importante.