Formation

Le diplôme universitaire PEPS : un défi d’un an pour relever celui d’une nouvelle vie

Le 13 juin 2022, dans l’appartement Décanal, les étudiants de la première promotion du diplôme d’université Passerelle étudiants en exil Panthéon-Sorbonne se sont vu remettre leurs diplômes en présence de leurs professeurs, tuteurs et de leur directeur Emmanuel Charrier. Avec un taux de réussite de 100 %, cette cérémonie symbolise la consécration des objectifs phares de la formation pour ses étudiants : maîtriser la langue française en un an et pouvoir poursuivre leurs études dans une université française.

Créée il y a un an, les étudiants de cette année ont constitué la première promotion à se lancer dans ce défi et à suivre cette formation. Partis de presque rien avec seulement une faible maîtrise de la langue française, les étudiants du nouveau diplôme d’université PEPS ont tout d’abord réussi à franchir la barrière d’une langue française complexe à maîtriser. D’un niveau A2 initial à un niveau proche de B2 en fin d’année, les étudiants sont parvenus en quelques mois à apprivoiser la langue et ont été en mesure de passer le Test de compréhension française (TCF) équivalent du TOEIC en anglais. 

À l’heure du bilan de cette première année, Emmanuel Charrier, directeur du DU PEPS est satisfait de l’implication et de l’assiduité des étudiants. Il revient sur le besoin de la création  de ce diplôme et l’enrichissement personnel et collectif qu’offre la création d’une telle formation. “C’est très enrichissant. Je me suis occupé en 2015 des étudiants réfugiés qui étaient arrivés ici mais il n’y avait pas de programme de DU spécifique pour eux. Après deux ans de flottement, je me suis dit qu’il fallait créer un diplôme comme d’autres universités le font. Cela a été une belle victoire de pouvoir créer ce diplôme. Il mélange des cultures différentes, avec des étudiants qui ont parfois vécu dans des conditions terribles ou chassés de chez eux. J’ai l’impression d’avoir retrouvé du sens à ce que je fais dans ma mission. C’est le principe même de la fonction publique, d’aider des gens dans le besoin à apprendre le français et parvenir à les intégrer dans un nouvel environnement.

Au-delà de l’apprentissage concret du français, au sein de ce diplôme, les étudiants ont aussi pu bâtir un projet professionnel. “On demande aux étudiants qui postulent au diplôme de se projeter vers une future formation présente au sein de l’université dans laquelle ils peuvent potentiellement s’insérer à l'issue de l’année”, ajoute Emmanuel Charrier. À partir de ce projet, chaque vendredi, les étudiants étaient encadrés par un tuteur étudiant en master et à l’aise avec la grammaire et la langue française. Ensemble, ils revoyaient les cours étudiés durant la semaine du lundi au jeudi de 9 h à 12 h 30 et peaufinaient un projet professionnel prenant forme pas à pas. Les après-midi, des cours d’anglais facultatifs étaient proposés aux étudiants. Leur permettant de perfectionner une langue déjà parlée ou de développer une seconde langue plus universelle. 

Merichell et Moundir sont deux étudiants issus de cette première promotion. Pour Merichell, originaire du Vénézuela, ce diplôme lui a permis de se lancer dans un projet professionnel et d’intégrer un environnement plus sain : “Je ne savais pas du tout quoi faire en arrivant ici. J’ai étudié la comptabilité au Vénézuela mais je n’ai pas continué en raison de la situation compliquée de mon pays. Je compte désormais poursuivre mes études dans cette université puisque j’ai été acceptée en L1 de gestion. Il faut s'accrocher mais je suis contente d’avoir la chance d’étudier, d’essayer, mais je pense sincèrement qu’en travaillant sérieusement on peut tout réussir.” Pour Moundir, originaire de Libye, ce diplôme lui a permis de joindre les deux bouts entre ses envies de marketing et ses compétences commerciales : “J’ai réfléchi et pensé un projet autour du marketing online. Ayant déjà des connaissances dans le commercial, je vais suivre une licence de gestion avec Merichell pour avoir un profil plus complet.

Pour des étudiants comme Merichell, ce diplôme, au-delà de son fond et de sa forme, permet d’obtenir un des meilleurs atouts, celui de la confiance en soi : “J’avais très peu confiance en moi avant d’arriver ici, pour prendre la parole, prendre des initiatives. Et ici j’ai pris confiance en moi, grâce à des professeurs bienveillants, en me faisant des amis que je considère aujourd’hui comme ma famille. Cela a été une super opportunité pour moi.” 

Plus d’informations sur la page de présentation du DU PEPS