Si les images ne s'affichent pas correctement : http://www.pantheonsorbonne.fr/ufr/eds/lettre/n11/

FOCUS

 

n°11

 

Mot de la Direction

 

 

 

L’EDS au premier rang !

 

Opens external link in new windowUn classement international récent, QS s’avère particulièrement positif pour l’Ecole de Droit de la Sorbonne. Elle en ressort premier établissement d’enseignement du Droit en France et premier non anglo-saxon au niveau européen.

 

Quoi que l’on puisse penser de ces classements qui produisent des biais considérables, sont parfois élaborés sur des bases incertaines, traduisent les priorités de ceux qui les conçoivent parfois davantage qu’ils ne révèlent la qualité de ce qui est classé… nous nous réjouissons sans fard de ce résultat qui ne peut qu’être intéressant pour nos diplômés, nos étudiants et ceux qui souhaitent nous rejoindre.

 

D’autres classements nous placent dans une position parfois moins avantageuse que celle à laquelle nous pourrions légitimement prétendre (Opens external link in new windowhttps://www.meilleurs-masters.com). Là aussi, il faut assumer les biais et notamment des champ parfois plus étroits que notre domaine d’activités.

 

Enfin, puisqu’il est question de classement, nous allons voir très bientôt, avec Parcoursup, si le taux de demandes des bacheliers se confirme. C’est une autre forme de classement !

 

Il nous faut aller plus loin que de constater les résultats, ceux-là comme tant d’autres. Il nous faut nous servir de ces éléments pour travailler en profondeur sur ce phénomène.

 

Comme pour les dispositifs d’évaluation, nous ne pouvons échapper aux classements et, tout au contraire, devons en faire des instruments de progrès. Il ne suffit pas de dispenser des enseignements de qualité à des étudiants motivés et sérieux. Il faut assumer l’évolution des attentes et des exigences, opérée il y a déjà bien longtemps et qui nous impose de faire davantage.

 

Nous devons, et le classement est l’occasion de le redire, travailler les données, les fiabiliser et les suivre ; nous devons surtout développer nos réseaux institutionnels. Ils dépassent les réseaux individuels, qu’ils relayent, et conduisent à tisser tout autour du monde, avec une intensité variable en fonction des régions, des liens dont l’importance est essentielle.

 

Les Universités avec lesquelles nous travaillons, avec lesquelles la reconnaissance mutuelle s’est opérée, sont des alliées. Nous devons toujours davantage œuvrer ensemble. C’est bien sûr nécessaire à l’offre de mobilités de qualité. C’est également nécessaire à l’internationalisation de la recherche. Cela l’est encore pour faire exister un rayonnement vivant et bien réel, ancré.

 

Les institutions professionnelles, organisations et administrations, praticiens partenaires… font également partie de ces réseaux qu’il nous faut identifier et avec lesquels nous devons approfondir nos échanges.

 

Bien sûr, à nouveau, ils nous connaissent, interviennent dans nos formations, nos colloques et séminaires, recrutent des stagiaires issus de nos bancs et nos diplômés.

 

Nous devons plus encore, à l’image de ce qui se pratique grâce aux membres extérieurs du Conseil de l’EDS notamment (voici une occasion de les remercier chaleureusement de la qualité de leurs contributions), les associer plus étroitement à ce que nous faisons ; construire ensemble les nouvelles formations, les nouvelles démarches.

 

L’intégration de l’EDS dans le tissus professionnel est l’un de ses atouts ; elle pourrait être plus grande et nous nous employons à la faire croître.

 

Nous devons aussi insister sur la place des étudiants dans ce rayonnement.

 

Ils sont la raison d’être de notre action et il est important qu’ils en soient toujours plus conscients. L’EDS n’existe et n’agit, n’a de sens, que pour ses étudiants, d’aujourd’hui et de demain. Acteurs de ce rayonnement par leur travail personnel et collectif, ils le sont aussi comme ambassadeurs dans les échanges internationaux, les stages, les emplois occupés… ils le sont également par la mise en place et l’animation d’associations attachées notamment à des formations spécifiques. Certains l’assument magnifiquement. Liées à des formations parmi nos plus anciennes ou nées en même temps que les plus récentes, des associations agissent, organisent des manifestations, colloques, conférences… renforcent les liens. Nous devons les en remercier et les encourager à poursuivre.

 

Nous devons aussi, avec eux comme avec tous nos partenaires, sans cesse retravailler à tenir notre rang et demeurer conscients que loin d’être un privilège il nous oblige !

 

 


L'Ecole de Droit de la Sorbonne en chiffres 2018-2019

Cliquez sur le dépliant
L'EDS en chiffres

Les actualités du Pôle Insertion professionnelle

 


Institués en 2018, les ateliers-métiers organisés par le Pôle Insertion professionnelle sont l'occasion pour les étudiants de découvrir ou d'approfondir leur connaissance d'un secteur d'activités et d'apprécier les perspectives de carrière des juristes dans ce secteur.

 

C'est ainsi que l'atelier de janvier 2019 portait sur les métiers du numérique. Il a permis de croiser deux expériences professionnelles distinctes mais toutes deux particulièrement intéressantes: celle, d'une part, de M. Mathieu Rhée, magistrat administratif, chef du bureau "Données personnelles, surveillance et protection" à la Direction des affaires juridiques du Ministère des Armées et celle, d'autre part, de Me Jean-Baptiste Soufron, avocat au barreau de Paris, associé du cabinet FWPA, spécialisé dans le droit du numérique.  Il en est ressorti que la demande en juristes formés et motivés dans le droit du numérique est particulièrement forte et que cette tendance s'installe pour au moins les 5 à 10 ans à venir. On retiendra également que la détention d'une formation parallèle dans un domaine technique (traitement des systèmes d'information, ingénierie informatique, etc.) n'est pas nécessairement exigée ni même souhaitable. On précisera enfin que l'atelier était animé par Mme Judith Rochefeld, professeur à l'Ecole de droit de la Sorbonne, directrice du Master 2 "Droit du commerce électronique et de l'économie numérique" et codirectrice du D.U. "Sorbonne IT"; deux formations qui ont été reconnues par les intervenants comme tout à fait appropriées pour répondre aux besoins du marché du travail dans le secteur en question.

 

 

       

 

 

L'atelier du mois de février 2019 était consacré aux métiers de l'assurance. Il a été animé par M. Norbert Girard, secrétaire général de l'Observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance. M. Girard a mis en exergue le changement de modèle économique que connaît le secteur des assurances depuis quelques années et qui fait évoluer ce dernier d'une culture de l'offre à une culture de la demande. Il ne s'agit plus vraiment de gérer un dossier (un "sinistre") mais de prendre en charge la situation du client/ assuré pour lui apporter des solutions individualisées. Le nouveau modèle s'apparente ainsi à du sur-mesure ou à un service type conciergerie. Cela implique une recomposition des compétences autour de trois axes: des compétences expertes liées aux nouvelles technologies digitales (à l'instar de l'intelligence artificielle); des compétences techniques (non digitales) nouvelles dans leur contenu ou le niveau de maîtrise (gestion RH, règlementation-conformité, etc.) et enfin des compétences dites transversales (relationnelles, pédagogiques, cognitives, situationnelles, etc.). La bonne nouvelle est qu'une telle évolution fait que le secteur des assurances est en pleine phase de recrutement, de l'ordre de 10% par an, tous profils confondus, y inclus donc celui de juristes dans des spécialisations de plus en plus variées (contentieux, contrats, etc.), au-delà donc des formations axées sur le droit des assurances, comme celles proposées par l'EDS, même si celles-ci restent appréciées et privilégiées par les recruteurs. Pour en savoir plus: www.metiers-assurance.org

 

Le saviez-vous? Une permanence "CV" vous est proposée chaque jeudi par le Pôle Insertion professionnelle pour relire/réécrire votre CV et/ou lettre de motivation.

Inscription préalable obligatoire à l'adresse suivante: DIP.eds@univ-paris1.fr 

 

Stéphane Rodrigues, Directeur du Pôle


Les Masters professionnels en apprentissage de Droit social encore primés 

Le Master 2 professionnel en apprentissage juriste de droit social (master JDS) de l’Ecole de droit de la Sorbonne est classé, comme en 2018,  2ème au classement 2019  des meilleurs masters de droit social réalisé par Eduniversal

Le Master 2 en apprentissage droit de la protection sociale d’entreprise  (master DPSE) est classé, comme en 2018,  3ème à ce même classement.

Le Classement Eduniversal des Meilleurs Masters, MS et MBA est aujourd’hui le seul « ranking » qui évalue des formations, et non pas des établissements, grâce à une approche par secteur et selon des critères de marché uniquement.

 

 

Opens external link in new windowFrancis Kessler


Les actualités du Pôle Relations Extérieures

 

 

L'Ecole de droit de la Sorbonne vous présente trois de ses nouveaux partenariats offrant dès la rentrée des mobilités aux étudiants des licence 3 et master 1 :

 

- l'Université Japonaise de Tohoku, située dans la ville de Sendai, devenue depuis 1907 l'une des principales institutions académiques du Japon. Les étudiants en échange pourront y prendre tous les cours de l'école de droit dispensés en anglais (http://www.law.tohoku.ac.jp/english/) et japonais, y compris une variété d'enseignements complémentaires en "arts libéraux" (https://www.insc.tohoku.ac.jp/english/exchange/ipla/).

 

 

 

- l'Università de la Bocconi, Italie, reconnue comme l'une des premières institutions italiennes de l'enseignement supérieur à délivrer un diplôme en économie. En droit, la Bocconi offre aux étudiants et doctorants des programmes en droit (https://www.unibocconi.eu/wps/wcm/connect/Bocconi/SitoPubblico_EN/Navigation+Tree/Home/Campus+and+Services/Services/International+Relations/International+Students/International+Student+Desk/), et des possibilités de suivi de cours en économie, finance, gestion et sciences politiques. Son campus est situé au coeur de Milan, une ville cosmopolite et au nord de l'Italie.

                                                    

- l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako - USJPB (http://www.usjpb.edu.ml/), la capitale du Mali, accueillera les étudiants, doctorants et post-doctorants en droits africains et de l'OHADA.

 

 

Joan Divol, Directrice du Pôle

 


Le Sorbonne LL.M. Business Law

 

 

Opens external link in new windowConsultez la présentation

 

 

Cliquez sur la plaquette
Plaquette LL.M Sorbonne Business Law

Les doctoriales franco-roumaines 2019

 

L’appel à candidatures pour les Doctoriales franco-romaines 2019 est lancé !

 

Les Doctoriales franco-roumaines offrent un cadre d’échange entre les doctorants francophones en droit et la possibilité d’obtenir des retours des milieux académique et professionnel sur les travaux du parcours doctoral. Ces ateliers pratiques permettent aux participants de s’entraîner à la communication de leur recherche dans un contexte pluridisciplinaire, de créer de nouveaux liens, de partager leurs défis et de découvrir des méthodes de recherche. La première édition des Doctoriales (2018) a rassemblé 19 doctorants et 12 professeurs issus des universités françaises du consortium d’appui et de la Faculté de Droit de l’Université de Bucarest.

 

Les billets d’avion et l’hébergement seront pris en charge pour un nombre limité de participants dans les conditions notifiées aux candidats sélectionnés pour présenter leur contribution. Les candidats sélectionnés sur liste d’attente peuvent se voir proposés de participer aux Doctoriales à leurs frais ou par le biais d’une autre source de financement s’ils l’obtiennent par leurs propres démarches (ex : programme de mobilité doctorale de leur établissement d’origine).

 

Qui peut postuler ?

Niveau d’études et établissement d’origine des candidats : doctorants francophones inscrits en doctorat en droit au sein d’une université française du consortium d’appui ou de la Faculté de Droit de l’Université de Bucarest.

Niveau de langue française requis : avancé.

 

Comment et quand postuler ?

1) Un CV à jour indiquant notamment le parcours et les travaux académiques, ainsi que le niveau de langues (maximum 2 pages, document pdf intitulé selon le format [NOM]_[Etablissement]_Cv).

2) Les informations requises dans la « Fiche de renseignements » (document pdf intitulé selon le format [NOM]_[Etablissement]_FicheDoctoriales2019).

 

Transmission des dossiers : par voie électronique, au plus tard le vendredi 15 mars 2019 à 12h (midi) heure de Paris (UTC+1) à l’adresse doctoriales@collegejuridique.ro.

 

Quel est le calendrier prévisionnel ?

Date limite d’envoi des candidatures : 15 mars 2019 à 12h (midi) heure de Paris (UTC+1) ; 

Notification des résultats : 18-22 mars 2019 ;

Confirmation de leur participation par les doctorants sélectionnés : 25 mars-1 avril 2019 ;

Dates des Doctoriales : 24-26 juin 2019.

 

Questions ?

Merci de contacter :

Catalina AVASILENCEI

catalina.avasilencei@collegejuridique.ro

doctoriales@collegejuridique.ro

 

Consultez la présentation

fileadmin/EDS/newsletter-EDS/numero_11/Doctoriales_fr_ro_2019.pdf


Comité de pilotage de l'Université franco-tunisienne pour l'Afrique et la Méditerranée (U.F.T.A.M.)

 

Au cours de deux journées de travail, les établissements français (Université de Paris I Panthéon Sorbonne, Université Paris Dauphine, Aix-Marseille Université, E.N.S. Paris-Saclay, Université de Côte d’Azur et ENSTA Paris Tech) et Tunisiens (Université Al Manar, Université de Carthage, SUPCOM, Faculté de Droit et des Sciences Politiques I.H.E.C. et ENIT.) engagés dans cette première phase du projet ont pu finaliser le catalogue des formations de grades de Licence et de Master proposées dans les domaines du droit, de la gestion, des sciences de l’ingénieur et des sciences environnementales avec une forte emprunte euro- meditéraneenne et euro-africaine.

 

M. Habib Sidhom, Président de l’Université de Tunis et de M. Gilles Pécout, Recteur de l’Académie de Paris et Chancelier des universités de Paris ont été désignés pour présider la phase préparatoire au lancement de l’U.F.T.A.M en lien avec les partenaires parties prenantes au projet.

Les gouvernements français et tunisiens ont pris l’engagement d’accompagner et de soutenir le lancement de l’U.F.T.A.M dont la mise en place s’inscrit dans le cadre de la politique de projection à l’étranger des établissements d’enseignement supérieur français à l’étranger et dans la politique tunisienne de développement de son paysage universitaire et de recherche.

Un protocole d’accord reprenant les principales conclusions de ce comité de pilotage sera signé par les deux Ministres lors du Haut Conseil de Coopération franco-Tunisien en présence des Premiers Ministres des deux pays.


Opens external link in new windowInformations supplémentaires

 

 


Les actualités de l'Opens external link in new windowIREDIES

 

 

 


Les actualités de l'Opens external link in new windowISJPS

 

Signature de la convention QPC 2020 par l’ISJPS et le Conseil constitutionnel

Le Président Haddad a signé le mois dernier une convention de recherche entre l'Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (ISJPS -UMR 8103) et le Conseil constitutionnel. Cette convention a pour objet le soutien d'un travail de recherche permettant de dresser un bilan d'étape de la procédure QPC, accessible à un large public et visant à éclairer des aspects encore insuffisamment documentés de celle-ci".

 

Le programme scientifique de 18 mois est placé sous la responsabilité de Mme Agnès Roblot-Troizier (Professeur ISJPS) et Marie-Caroline Arreto (post-doctorante ISJPS), et s'inscrit dans l'axe démocratie de l'ISJPS (https://www.pantheonsorbonne.fr/unites-de-recherche/isjps/axes-de-recherche/axe-democratie/). Les différents documents, rapport d'étape, rapport final et note de synthèse seront mis en ligne sur le site de l'ISJPS.

 

 


Initiates file downloadTélécharger l'AAPG 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revue Cahiers, Droit, Sciences et Technologies

 

Christine Noiville co-directrice de l’ISJPS et de Florence Bellivier (associée à l’ISJPS ) prennent la direction de la publication de la revue cahier droit, Sciences et technologie (https://www.openedition.org/13300)

 

Les Cahiers, Droit, Sciences et Technologies ont été conçus comme l’instrument d’une rencontre entre les chercheurs qui s’intéressent à la régulation des activités scientifiques et technologiques. Il y est question de Droit, mais aussi d’éthique et de déontologie. La perspective juridique y est complétée par des regards économiques, sociologiques ou politiques.

 


 

Les colloques à venir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

 



mars
2019

Contact : ecole-droit-sorbonne@univ-paris1.fr