Si les images ne s'affichent pas correctement : http://www.pantheonsorbonne.fr/ufr/eds/lettre/n10/

FOCUS

 

n°10

 

Mot de la Direction

 

La période des vœux tire à sa fin mais ce n’est pas une raison pour se priver de l’occasion de redire combien nous en avons formé et formons encore pour tous ceux qui sont liés à l’École de Droit de la Sorbonne. Étudiants et anciens étudiants, personnels administratifs, enseignants chercheurs, partenaires extérieurs, chaque année est porteuse individuellement et collectivement de nouveaux enjeux, de belles surprises ou d’épreuves… nous souhaitons à tous le meilleur possible.

 

Souhaitons aussi que chacun ait soin des autres et puisse recevoir à son tour l’attention qui lui est nécessaire. L’importance numérique de nos communautés ne doit pas nous conduire à renoncer à l’attention aux personnes. Tout au contraire, elle rend encore plus nécessaire une grande vigilance dans ce domaine.

 

Cette nouvelle année civile sera le cadre de bien des évolutions à l’EDS et à l’Université ; nouveau Conseil élu à l’EDS au printemps, nouvelles fonctions pour certains, continuité pour d’autres… nouveau Campus Port-Royal dont l’inauguration aura lieu à la rentrée prochaine, nouvelles maquettes…

 

Cette nouvelle année civile nous verra poursuivre les efforts déjà fait pour l’accueil des bacheliers avec la poursuite de la mise en œuvre de la réforme de l’accès à l’Université ; elle nous verra poursuivre nos efforts d’internationalisation de nos formations et de déploiement de nos réseaux partout dans le monde ; elle nous verra poursuivre les efforts d’ouverture sur les mondes professionnels avec, notamment, la possibilité reconnue – et encouragée – de faire davantage de stages au cours du cursus.

 

Certaines évolutions votées ont été reportées, c’est le cas de la réforme des modalités d’accès en Master. La prochaine rentrée 2019-2020 sera la dernière où l’EDS bénéficiera de la dérogation qui conduit les étudiants à n’être sélectionnés qu’à l’issue du M1. En 2020, l’EDS passera, comme les autres UFR de l’Université l’ont déjà fait, à la sélection à l’entrée en Master et, corrélativement, à la suppression de la sélection entre les deux années de Master, à l’intérieur d’une même mention.

 

D’autres évolutions sont en préparation pour répondre le mieux possible aux enjeux qui s’offrent à nos institutions et aux attentes vis-à-vis de nos formations.

 

Cette aptitude à percevoir ce qui doit changer et ce qui doit être maintenu, renforcé, est une condition de l’excellence qui est attendue et de l’espérance de ceux qui nous ont fait confiance et dont les attentes ne peuvent pas être déçues.

 

Que ce soit dans la mise en place des nouveautés, dans l’accompagnement des projets ou dans l’attention aux besoins de chacun, soyez sûrs que toutes les équipes de l’EDS seront extrêmement mobilisées.

 

 

 


Les 40 ans du Master Droit international privé et du commerce international (DIPCI)

 

Le Master 2 Recherche de Droit International Privé et Droit du Commerce International de l'Université Paris I a succédé au DEA du même nom. Celui-ci avait déjà plus de vingt-cinq ans d'existence et une très forte réputation dans le monde universitaire et dans le monde professionnel.

L'ambition du Master, qui ne recrute aujourd'hui que des étudiants titulaires d'un Master 1 avec mention, est de dispenser une formation théorique de haut niveau à des étudiants en droit déjà spécialisés dans l'étude des relations privées internationales et de les initier à la recherche.

Depuis sa fondation, la palette des séminaires offerts aux étudiants s'est sensiblement élargie. Les enseignements portant sur le droit du commerce international, le droit fiscal international, le droit européen et l'arbitrage ont été renforcés et font désormais jeu égal avec les enseignements de base du droit international privé (théorie générale, personnes et famille, contrats, conflits de juridictions). Le mémoire de fin d'année, rédigé sous la direction d'un professeur, est un authentique travail de recherche.

Dix pourcent des candidats reçus aux trois derniers concours d'agrégation de droit privé étaient issus du Master 2, ce qui est un résultat véritablement unique. Mais la finalité professionnelle de la formation ne doit pas être sous-estimée : la grande majorité des diplômés intègrent les grands cabinets parisiens d'avocats internationaux.

 

Pascal De Vareilles-Sommieres, Directeur du Master DIPCI

 

 

Discours de Pierre Mayer, en présence (de gauche à droite) de M. Pierre Feng, M. Pascal de Vareilles-Sommières, M. Paul Lagarde et M. Vincent Heuzé
Discours de Pierre Mayer
Le fondateur du M2 DIPCI, M. Paul Lagarde, avec trois étudiantes de la promotion en cours
M. Paul Lagarde
Les membres du Bureau de l'association Lex, organisatrice de l'évènement
Les membres du Bureau de l'association Lex

Le Master DPSE, une formation à bac + 5

Le Master DPSE, un master 2 professionnel en apprentissage Droit de la Protection Sociale d'Entreprise va bientôt fêter ses 10 ans.

Une des principales spécificités de ce diplôme est qu'il est centré tous les efforts fournis par les entreprises pour appliquer les règles de sécurité sociale et compléter les régimes de base.

Ce master est donc nécessairement" pluridisciplinaire " en ce que différentes branches du droit sont étudiées : le droit de la sécurité sociale, de l'assurance, le droit fiscal, des cotisations sociales, mise en place d'une complémentaire santé, gestion juridique des accidents du travail, etc..

La formule de l'apprentissage s'est imposée tout naturellement. " Elle favorise l'acquisition rapide de compétences opérationnelles ". D'importantes entreprises et de grands cabinets d'avocat leader dans le domaine, sont partenaires de la formation et s'y impliquent fortement notamment en accueillant des étudiants en apprentissage pendant un an.

Le Master DPSE recrute ses étudiants, de l'ordre d'une vingtaine par an, sélectionnés sur des critères rigoureux tant académiques que personnels.

Le programme du Master DPSE est conçu pour favoriser au maximum la construction et le développement des compétences professionnelles. Sont mis en avant des analyses de problèmes, études de cas; le recours à l'e-learning est facilité.

La Master DPSE développe avec l'association Master DPSE alumni un " programme M pour mentor " destiné à facilité l'insertion dans la vie professionnelle de juin de l'année N+ 1 à décembre de l'année n+1.

 

Suivez le Master DPSE sur twitter@M2proDPSE

 

Francis Kessler, Directeur du Master DPSE


Les actualités du Pôle Insertion professionnelle : retour sur la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel

 

La loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel présente de multiples facettes. Nous insisterons ici sur le volet "apprentissage".  On retiendra tout d'abord que le législateur entend libéraliser le marché de l'apprentissage. Les universités pourront désormais devenir directement des organismes de formation au titre de l'apprentissage, sans avoir à conventionner un centre de formation des apprentis (comme actuellement par exemple CFA FORMASUP, partenaire de Paris 1). Elles viendront donc s'ajouter aux quelques 94 000 organismes de formation répertoriés à ce jour.

On insistera ensuite sur quelques incidences pédagogiques de la réforme, telles qu'elles ont été exposées par CFA Formasup lors d'un atelier le 6 décembre 2018.

 

1. Des possibilités élargies de recourir à l'apprentissage

 

Le public cible est ainsi étendu, en visant désormais les jeunes de 16 à 29 ans.

Les procédures sont simplifiées: le régime de l'autorisation préalable de la Région est supprimé, même si un des critères demeure l'identification d'un "besoin économique territorial" lors de la présentation du dossier. De même, il ne sera plus nécessaire de faire enregistrer le contrat auprès d'une chambre consulaire mais directement désormais auprès d'un des onze nouveaux opérateurs dits de compétences (OPCO, qui succèderont aux actuels OPCA).

 

2. Une publication annuelle requise d'indicateurs de qualité:

 

Ces indicateurs ne surprendront pas, car ils sont déjà connus et utilisés par les universités: taux d'obtention des diplômes, poursuite d'études ou insertion professionnelle de l'apprenti, nombre de ruptures de contrats ou d"interruptions en cours, valeur ajoutée de l'établissement, etc.

 

3. Des contrats plus courts et plus flexibles:

 

La durée minimale du contrat d'apprentissage passe à 6 mois (et non plus 12). L'embauche pourra se faire tout au long de l'année, ce qui pourrait parfois poser quelques problèmes en termes d'organisation logistique.

Quant à la durée de formation, elle devra au moins être égale ou supérieure à 25% de la durée totale du contrat. Elle devra dès lors être adaptée selon les contenus de formation déjà acquis. Ce qui impliquera qu'en théorie du moins, l'apprenti pourra ne suivre qu'un seul module.

On notera par ailleurs que le législateur n'impose plus formellement le principe de périodes d'alternance, mais celles-ci pourraient toujours être requises par l'entreprise ou l'OPCO.

 

4. Des ruptures de contrats facilitées:

 

L'apprenti aura la possibilité de rompre unilatéralement son contrat via la saisine d'un médiateur. Il pourra toutefois être maintenu au sein de la formation suivie avec, pendant 6 mois, une  rémunération et une protection sociale en tant que "stagiaire de la formation professionnelle", lesquelles semblent devoir être prises en charge a priori par la nouvelle agence nationale "France Compétences", même si un certain flou prévaut encore à ce sujet.

 

5. Une mobilité internationale encouragée:

 

Il convient de préciser enfin que l'apprenti pourra passer 12 mois maximum à l'étranger, auquel cas, toutefois, son contrat pourrait être suspendu par l'entreprise, ce qui entraînerait alors la suspension de la protection sociale et de la rémunération. On peut s'interroger sur l'obstacle que cela ne manquera de constituer pour sauter le pas de la mobilité internationale.

 

Stéphane Rodrigues, Directeur du Pôle


Les nouveaux recrutés à l'honneur

 

  •  Kamalia Mehtiyeva, Maître de conférences en droit privé

    Kamalia Mehtiyeva a soutenu en 2017 une thèse sous la direction du Professeur Loïc Cadiet, intitulée « La notion de coopération judiciaire » (LGDJ, à paraître), récompensée par le prix de la Branche française de l’International Law Association. Elle a effectué l’ensemble de ses études de droit à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est titulaire du Master 2 recherche Théorie et pratique du procès de l’École de droit de la Sorbonne. Kamalia Mehtiyeva a par le passé été ATER à l’École de droit de la Sorbonne (2014-2015).

    Les principaux champs de recherche et d’enseignement de Kamalia Mehtiyeva sont la procédure civile, la procédure pénale, l’arbitrage et le droit judiciaire européen. Les écrits et enseignements qu’elle dispense sont en langue française, anglaise, russe et turque.

  • Barbato Jean-Christophe, Professeur en droit de l'Union européenne et en droit de la culture

    Après avoir soutenu à l'Université Nancy 2 une thèse portant sur la diversité culturelle en droit communautaire, j'ai occupé un poste de Maître de conférences à l'Université de Corse puis, brièvement, à celle de Rouen. Lauréat du concours d'agrégation en 2010, j'ai exercé mes fonctions de Professeur des Universités d'abord à l'Université d'Angers puis à celle de Nantes où j’ai notamment dirigé l’Ecole doctorale et ai été à l’origine de la création de trois diplômes. Nommé à l'Ecole de Droit de la Sorbonne en septembre 2018, je travaille au sein de l’IREDIES et suis associé au DReDIS. Je dirige le Master 2 Droit et gouvernance des affaires internationales et européennes localisé à Bucarest. Mes enseignements et mes recherches portent sur le droit de l'Union européenne à la fois institutionnel et matériel. J’ai développé une spécialisation en droit de la culture qui m’a permis d'obtenir en 2016 une Chaire Jean Monnet sur le droit et la politique de la culture de l'Union européenne.


  • Les actualités de l’École Doctorale de Droit de la Sorbonne

     

    La rentrée solennelle de l'EDDS

    A l'occasion de sa rentrée solennelle le mercredi 16 janvier dernier, l'Ecole Doctorale de Droit de la Sorbonne accueille ses étudiants, anciens et nouveaux ainsi que l'équipe de ses enseignants-chercheurs.
    Honorée de la présence d'un invité prestigieux, l'EDDS a le plaisir cette année de recevoir Monsieur François-Guy Trébulle.  
    Actuel Directeur de l'EDS, Ecole de Droit de la Sorbonne, Monsieur Trébulle est particulièrement au fait des activités doctorales ayant présidé aux destinées de l'EDDS, dont il fut le Directeur depuis sa création en 2014 jusqu'à son élection à la tête de l'EDS.

     


    L'occasion est donnée aux quelques 120 nouveaux doctorants de faire connaissance avec les membres du Directoire, Etienne PATAUT Directeur de l'EDDS et du département de droit international et européen, Christine NEAU-LEDUC, Vice-présidente, Directrice du département de droit privé, David CAPITANT, Directeur du département de droit comparé et Olivier RENAUDIE, Directeur du département de droit public et fiscal.
    Divers intervenants seront amenés à prendre la parole : des représentant de l'EDS, de la DIREVAL (Direction de la recherche et de la valorisation), de la Bibliothèque CUJAS, du SCD (Service commun de documentation) ainsi que les représentants des doctorants élus.


    C'est Bérénice Bauduin qui est intervenue en conclusion de la cérémonie, jeune docteure doublement récompensée par un prix de thèse décerné par l'Ordre des avocats au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation et par la Chancellerie des Universités de Paris.


    FOCUS sur le changement de direction à la tête du département de droit public


    Le département de droit public et fiscal est heureux d'accueillir  le Professeur Olivier RENAUDIE, qui succède à Marie-Anne COHENDET au poste de direction.

     


     

    Elu à l'unanimité, le Professeur Olivier RENAUDIE, également Directeur du Master 2 "Contentieux Public" a pris ses fonctions en ce début d'année.
    En collaboration avec son laboratoire l'ISJPS (Institut des Sciences juridiques et Philosophiques de la Sorbonne), le département de droit public et fiscal avec plus de 200 doctorants, riche de nombreuses spécialités, œuvrera à continuer d'élargir son rayonnement national et international.

     

    Claire Scheppler, Responsable administrative de l'EDDS


    Les actualités du Pôle Relations Extérieures

     

     

    En 2019, une nouvelle coopération entre la France et les mondes Indien et euro-méditerranéen : deux accords de double diplomation, l’un de niveau licence en AES avec Pondichéry  et l’autre de niveau master en droit des affaires avec Fes (UEMF). Réjouissons-nous : l’année 2019 s’annonce comme celle de la concrétisation de deux accords longuement mûris !

    Composante de l’EDS, l’Institut d’Administration Economique et Sociale a été à l’initiative d’un programme ambitieux d’échange avec pour but d’offrir aux étudiants des deux pays un « Bachelor of Arts » et une licence AES ainsi qu’une garantie d’insertion professionnelle grâce aux partenariats tissés à Pondichéry avec les entreprises françaises et l’aide des services diplomatiques et milieux économiques présents en un lieu où sont installés le plus ancien lycée français à l’étranger,une Alliance, un Institut français et un consulat.

     

     

    Ici, en Septembre 2018, les équipes des Relations Extérieures et de l’AES, avec Madame le Professeur Nalini Thampi Doyenne de l’Ecole des Sciences Humaines à Pondichéry.,
    Madame le Professeur Nalini Thampi

    Des rencontres multiples ont par ailleurs été organisées depuis 2012 en vue d’accompagner la création au Maroc d’un « Institut EuroMed des Sciences Juridiques et Politique » et d’y développer un partenariat avec l'université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF). Créée en 2012 avec l’appui des 43 pays membres de l’Union pour la Méditerranée, l’UEMF propose des cursus en collaboration avec l'Union pour la méditerranée, les ministères et des institutions françaises, comme l'Ecole Polytechnique, l'Ecole des ponts Paristech, le CNAMet le groupe INSA. S’adressant aux étudiants du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, du Moyen-Orient et d’Europe, l’UEMF prévoit d'élargir l'offre pédagogique aux sciences sociales en complétant la formation de licence assurée par une équipe pédagogique de Fèset de l’UFR 11 : préparé sur deux ans, le cursus juridique envisagé a pour objectif de former les étudiants de la région aux métiers de juristes et d’avocats en droit international des affaires avec l’ambition d’axer une partie de leur cursus sur la professionnalisation et la mobilité.

     

     

    Ici, en Décembre 2018, l'équipe du président de l'UEMF, M. Bousmina, avec une délégation de Paris 1 : M. Julien Fretel, Vice-Doyen de l’UFR 11, Mme Joan Anfossi-Divol, Directrice des Relations Extérieures, et M. François-Xavier Lucas, directeur de l'Institut d'Etudes Judiciaires Jean Domat.
    l'équipe du président de l'UEMF

    L’année 2019 sera riche en nouvelles opportunités de coopérations transnationales. Affaires internationales à suivre ... Toute l’équipe du pôle des relations extérieures vous adresse ses meilleurs vœux de mobilité !

     
    Joan Divol, Directrice du Pôle


    Renforcement des liens de l’EDS avec ses partenaires en Asie du Sud-Est

     

    A l’invitation du Consulat de France à Canton, l’EDS a pu renforcer les liens qu’elle avait déjà noués avec des universités partenaires en Chine du sud et à Hong Kong et créer de nouveaux partenariats.

     

     

     

    Ce voyage se déroulait dans le cadre du mois franco-chinois de l’environnement. Plusieurs manifestations étaient prévues et le Consulat de France souhaitait un renforcement des coopérations universitaires portant, notamment, sur les questions d’urbanisme et de droit de l’environnement.

     

    François-Guy Trébulle et moi-même nous sommes donc rendus à Canton où nous avons pu rencontrer les collègues de diverses universités tout en intervenant dans le cadre de conférences relatives au droit de l’urbanisme et au droit de l’environnement. Nous sommes ainsi allés sur le campus de l’Université Jinan, dont le département « School of environment » est désireux d’accueillir des collègues français sur les thématiques de droit de l’environnement et de droit de l’urbanisme pour des cours en anglais.

    L’Ecole de Droit de cette même université nous a également accueillis et nous avons pu prévoir la conclusion d’un partenariat prévoyant l’échange d’étudiants. Nous avons également eu un échange fructueux avec la South China University of Technology School of Law. Il s’agit d’une université assez récente, mais très dynamique, avec laquelle nous n’avions pas d’accord international mais qui souhaiterait accueillir à la fois des étudiants et des enseignants (les cours se font obligatoirement en anglais).

    Un accord formalisant ces possibilités d’échanges est en cours de signature. Enfin, ce voyage nous a permis de rencontrer nos collègues de Sun Yat-Sen University, avec lesquels nous avions déjà des relations anciennes mais qui devaient être renouvelées. Il s’agit d’une université prestigieuse, très attachée à ses liens avec la France (grâce à une fondation montée par leur ancien Doyen, qui avait fait sa thèse à Paris sous la direction de Suzanne Bastid, des formations et échanges réguliers peuvent être financés).

    Fraçois-Guy Trébulle se rendra à nouveau à Sun Yat-Sen pour une conférence internationale portant sur « Technology and the Future of Legal Education » en octobre 2019.

     

    Après Canton, nous sommes allés à Hong-Kong où nous avons pu avoir des rendez-vous de travail dans les trois universités qui ont un département de droit. Nous avons ainsi vu nos partenaires « historiques » de City University, toujours désireux de renforcer les liens qu’ils entretiennent avec Paris I. Nous avons, aussi, rencontré des collègues de la Chinese University of Hong Kong, qui ont, notamment, des LLM dans lesquels ils seraient ravis d’accueillir des étudiants de Paris I et, enfin, le Dean et vice-dean de la University of Hong-Kong (avec laquelle un programme d’échange est en cours de finalisation). Ces trois universités ont montré un vif intérêt pour l’idée de mise en place d’une summer school avec l’Ecole de Droit de la Sorbonne et des réflexions sont en cours sur le sujet.

     

    Nous espérons que les enseignants et étudiants de l’EDS pourront ainsi bénéficier de nouvelles perspectives de coopérations internationales dans une région du monde particulièrement dynamique.

     

    Rozen Noguellou, Professeur de droit public

     

     

     



     

    Les actualités de l'Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (ISJPS)

     

    1) Prix de thèse de l'ISJPS

    Date limite pour déposer un dossier de candidature 28 février 2019

     

    Les candidats

    "1. Pour concourir, les candidats doivent appartenir à l’une des deux Ecoles doctorales rattachées à l’ISJPS :l’Ecole doctorale de droit de la Sorbonne (département de droit comparé et département de droit public et fiscal) et à l’Ecole doctorale de philosophie.

    2. Le directeur de thèse doit être ou avoir été rattaché à l’ISJPS en tant que membre statutaire au moment de l’inscription en thèse du candidat.

    3. La thèse doit avoir été soutenue au sein de l’Université Paris 1entre 1erjanvier et 31 décembre de l’année 2018.

    4.Tout candidat qui concourt à un autre prix conduisant à la publication de sa thèse doit en informer l’ISJPS à tout moment."

     

    Le dossier complet doit être déposé au centre Malher bureau 402A et comprendre les pièces suivantes en version électronique & en version papier:

    • un exemplaire de la thèse

    • le rapport de soutenance

    • un résumé de la thèse de 2 pages maximum

    • un cv

     

    Contact : Rafaele.pedersen@univ-paris1.fr

     

     

    2) Appel à projets franco-allemand en sciences humaines et sociales

    Date limite de dépôt des dossiers 15 mars 2019

     

     

    L’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft lancent la 13e édition de l’appel à projets (AAP) franco-allemand en sciences humaines et sociales.

    Cet appel à projets est ouvert à toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Il est destiné à soutenir des projets proposés conjointement par des équipes françaises et allemandes. D’un point de vue thématique, les projets de recherche communs ne sont pas tenus de concerner des objets et/ou des terrains franco-allemands.

    L’ANR et la DFG financeront respectivement les dépenses relatives aux équipes françaises d’un côté, allemandes de l’autre.

     

    TÉLÉCHARGEMENT DU DOSSIER ET SITE

     

     

     

    3) Appel à projets du réseau NORFACE : Gouvernance démocratique à l’ère des turbulences (Gouvernance)

    Date limite de dépôt des dossiers 19 février 2019

    En tant que membre du réseau NORFACE (New Opportunities for Research Funding Agency Cooperation in Europe), l’ANR participe à l’appel « Democratic governance in a turbulent age (Governance) » qui s’intéresse aux « turbulences » et aux défis auxquels sont confrontés les systèmes politiques et la gouvernance démocratiques des pays européens. Ce programme de recherche ERA-NET Cofund offre l’opportunité d’étudier la nature précise de ces turbulences et d’examiner comment les États européens peuvent les aborder et développer des stratégies pour améliorer la qualité des systèmes politiques et de la gouvernance démocratiques.

    Le programme est organisé autour de cinq thèmes correspondant à certains des défis les plus importants que rencontrent la gouvernance et les systèmes politiques démocratiques :

    1. Inégalité et redistribution

    2. L’évolution des politiques de la menace

    3. La démocratisation de l’information

    4. Mutations des identités et de la représentation

    5. Les métamorphoses de l’autorité des institutions

       

      TELECHARGEMENT ET SITE

       

       

       

      Opens external link in new windowLes autres actualités de l'ISJPS ICI

       

    À PARAÎTRE

     

    Dans la collection de l'ISJPS, Mare & Martin


    Genre et identités sexuées. Apparences, corps et pratiques, sous la dir. de Laurence Brunet, Marie-Xaviere Catto et Julie Mazaleigue


    Les revers des droits de l'homme en prison, sous la dir. de Anne Simon et Isabelle Fouchard


    Réclamer en démocratie, sous la dir. de Julie Benetti et Dominique Rousseau


    Collectivités locales et droits de l'homme, GLOCAL, sous la dir. de Catherine Le Bris


    Les sens de la privation de liberté, Acte du IVeme Colloque Jeunes chercheurs sur la privation de liberté, sous la dir. Isabelle Fouchard Jean-Manuel Larralde, Benjamin Levy et Anne Simon


    Droit constitutionnel de l'environnement. Regards croisés, sous la dir. de Marie-Anne Cohendet


    Envers et revers du consentement, sous la dir. de Marie-Xavière Catto, Julie Mazaleigue, Alicia Mornington


    Le procès pénal à l’épreuve de la génétique, sous la dir. d’Elsa Supiot


    Les limites du marché. La marchandisation de la nature et du corps, sous la dir. d’Elodie Bertrand, Alicia Mornington, Marie-Xaviere Catto


    Les principes communs de la procédure administrative. Essai d’identification, sous la dir. de Hervé Ascensio et Pascale Gonod


    Nouvelles publications des enseignants-chercheurs de l'EDS

     

     

    "Droit des obligations (Tome 2) : Droit de la responsabilité civile et des quasi-contrats".
    n° 47 de la Collection de l'ISJPS
    Lien vers l'éditeur
    n° 48 de la Collection de l'ISJPS
    Présentation PDF du livre

    Les actualités de la Student Law Review - Revue juridique des étudiants de la Sorbonne

     

    La Sorbonne Student Law Review - Revue juridique des étudiants de la Sorbonne a tenu le vendredi 25 janvier dernier sa conférence annuelle au Centre Panthéon. 

     

    La conférence portait sur le thème “droit et science” et réunissait des chercheurs de l’EDS : les Pr. Pierre Brunet (président) et Olivier Renaudie, Madame Marie Gren, maitre de conférence, et Madame Adeline Paradeise et Monsieur Brice Laniyan, doctorants. 

     

    La conférence a fait salle comble et sera publiée dans le deuxième numéro de la revue (avril 2019).

     

     

     

    Le premier numéro peut être consulté en ligne à l’adresse suivante :



    Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

     



    février
    2019

    Contact : ecole-droit-sorbonne@univ-paris1.fr