Logo assises de la recherche

Proposition/ Pascal Lebrun-Cordier et Yann Toma en partenariat avec Sorbonne Développement Durable.
Avec la participation des étudiants de Master in Arts and Vision (Master 2 MAVI) et des étudiants du Master de Projets culturels dans l’espace public.

Introduite en 1989 par le sociologue américain Ray Oldenburg, la notion de tiers-lieux se déploie internationalement et répond aujourd’hui à de nombreux enjeux où création et créativité sont indissociables de réflexion sociales et solidaires au contact des environnements qui les accueillent. Comment envisager et décrire l’émergence d’un nouveau lieu au cœur même de l’Ecole des Arts de la Sorbonne, un lieu intermédiaire, une solution hybride entre espace personnel et espace ouvert aux problématiques de recherche er de création universitaire. Il s’agira ici de réfléchir à la concrétisation d’un tiers-lieux favorisant le partage, la collaboration, la fertilisation croisée entre différents projets étudiants et enseignants en jeu dans l’EAS. Lieux propices au déploiement des imaginaires, les tiers-lieux qui émergent depuis plusieurs années dans toute la région Ile de France sont des témoignages probants. Ils réunissent un certain nombre de conditions permettant les rencontres informelles et favorisant la créativité et les interactions sociales, notamment à travers l’ouverture, la flexibilité, la viabilité, la convivialité et l’accessibilité. Qu’ils émergent aujourd’hui dans le cadre de nouveaux lieux ou bien d’anciens lieux qui se voient réinvestis par des collectifs, ce sont des lieux de circonstance qui attribuent une nouvelle histoire à l’espace et à la culture à travers les communautés qui se forment et se rassemblent, des réseaux qui se tissent et grandissent autour des usages que l’on en fait.

Cette table ronde sera l’occasion de questionner des professionnels, des acteurs de tiers lieux, des doctorants ainsi que des anciens étudiants de notre université. Il s’agira de nous projeter dans l’organisation future d’un tiers-lieu au cœur de l’Ecole des Arts de la Sorbonne.

Intervenants

Arnaud Idelon est co-fondateur du collectif curatorial BLBC à Manchester, Arnaud Idelon est intervenant dans le cadre du master travaille auprès de nombreux tiers-lieux culturels du Grand Paris (Station-Gare des Mines, le 6b, DOC...). Il a fondé Ancoats, coopérative d'entrepreneurs culturels et de consultants en fundraising, afin d'accompagner des tiers-lieux dans leur développement économique.

Pascal Lebrun-Cordier est Professeur associé, directeur du Master 2 Projets Culturels dans l’Espace Public Pascal Le Brun-Cordier. Il est le créateur et a été directeur artistique de la ZAT - Zone Artistique Temporaire, un événement artistique en plein air organisé par la ville de Montpellier. La ZAT rassemble et traverse souvent toutes les disciplines artistiques. Pascal Le Brun-Cordier est également directeur d’un programme de maîtrise «Projets culturels dans les espaces publics» de l’Université de la Sorbonne à Paris (Panthéon-Sorbonne) qu’il a créée en 2005. Dans ce cadre, il organise des débats, des conférences, des rencontres avec des artistes et des interprètes. travaille principalement dans des espaces publics. Son domaine principal est la culture dans l'espace public et tous ses projets oscillent autour de ce thème.
Alain Duplouy est chargé de mission au patrimoine mobilier et immobilier de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Maître de Conférence HDR en Archéologie. Après une double formation en Histoire et en Archéologie dans les Universités de Bruxelles et de Paris, il réalise sa thèse de doctorat sur la définition des élites grecques. Spécialiste d’histoire sociale et d’archéologie de la Grèce archaïque, il rejoint ensuite l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, d’abord en tant qu’ATER puis comme Maître de conférences en Archéologie grecque, et développe son activité dans le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Lauréat de plusieurs bourses et prix, il a en particulier effectué deux séjours de recherche à l’étranger : à l’Université de Leeds (2009) en tant que British Academy Visiting Fellow et à l’Université de Californie à Los Angeles (2011) en tant que Fulbright scholar au Cotsen Institute of Archaology.

Denis Magnin est Directeur du Patrimoine Immobilier de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Uli Seher est né à Stuttgart, Allemagne, diplômé de la Technische Universität Stuttgart et de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture Paris la Seine en 1994. Inspiré par sa double culture ingénieur et architecte il a fondé le collectif d’architecture DNA entre Paris et Cologne en 1996 et a ouvert l’agence BRS Paris. L’espace informel, les usages imprévus et la spécificité du contexte sont des thèmes important de mon œuvre architecturale et urbaine, philosophie fondatrice de tous mes projets en France et en Allemagne.  Afin de pousser plus loin la réflexion sur la mesure des forces qui alimentent et font vivre un espace à construire ou à réinventer, il a fondé avec Raphael Hoyet une entité (made-in) dédiée à la stratégie et méthodologie collaboratif de l’urbanisme. BRS et made-in appliquent au quotidien les principes de travail et d’analyse de la Dynamie. www.brs.archi.fr // www.made-in.work

Marie-Noëlle Semet est Maître de conférences Habilitée à Diriger des Recherches, agrégée d’arts plastiques et membre de l’Institut Acte. Son travail de scénographe (Théâtre National d’Athènes, théâtres antiques d’Épidaure et d’Hérode Atticus, scène à l’italienne de Patras, Athens Concert Hall, Théâtre musical de Besançon...) a orienté sa recherche universitaire sur le traitement spatial des lieux et le rapport des arts plastiques au théâtre. Elle a ainsi publié une monographie, Les plasticiens au défi de la scène (2000-2015) et de nombreux articles dans des revues scientifiques comme, parmi les plus récents : La scénographie théâtrale, un art contemporain / Scénographie et création / Le geste artistique mis en scène / Trois scénographies de Médée / Épidaure ou la question de l’espace / Le costume comme moyen d’expression politique / L’impact des pratiques plastiques sur le théâtre / Les arts plastiques en scène, vers un nouveau maniérisme / La scénographie des Bacchantes de Matthias Langhoff / L’animal en scène, une ‟ folie théâtrale” pour un retour au dionysiaque / La représentation du chœur antique sur la scène théâtrale contemporaine, etc. Elle est directrice de l’École des Arts de la Sorbonne et du centre Saint Charles de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Yann Toma est artiste-chercheur, artiste-observateur à l’ONU (New York), Professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre titulaire de l’Institut ACTE où il dirige l’équipe Art&Flux (Institut ACTE) et le master international de création (MAVI). Il coordonne de multiples projets de recherche liés aux Objectifs du Développement Durable (ONU). Son travail croise l’énergie et les réseaux, tout autant que l’éthique. En tant qu’artiste, ses projets expérimentent une redistribution de l’énergie entre l’artiste et ses publics, ce dernier dépendant du public pour produire l’œuvre de sorte qu’elle soit véritablement commune (Dynamo-Fukushima, Grand Palais, septembre 2011 - Human Energy, Tour Eiffel, décembre 2015 – Human Greenergy, Cité interdite de Pékin, octobre 2016 – Organisation des Nations Unies New York 2017). Il est président de Sorbonne Développement Durable et membre de l’Institut des Hautes Etudes pour la Sciences et la Technologie (IHEST).