« Ce qui se joue ici c’est un échange, un don et un contre-don qui dit assez la confiance faite à un ami. Chacun active chez l’autre ce qui était resté en puissance dans son travail. Gouéry emporte dans son atelier les tamis abandonnés de Conte qui deviennent comme des mantilles sur un visage de porcelaine cuit dans son four alchimique d’où sont sorties des créatures aux yeux en forme d’anus et des patères-phallus aux testitcules profilés en statues de l’île de Pâques. (…)

Mais les œuvres croisées et enrichies de leur stock d’imaginaire érotique, si le sexe est souvent présent, diffus, ouvert ou érigé, enchevêtré, pénétrant, il l’est certes sans pudeur mais sans provocation non plus. C’est une fête des sens, une cosmologie orgasmique et ludique, teintée d’humour à laquelle nous sommes conviés, et nous sentons bien que le jeu et le plaisir des artistes l’emportent sur le désir de suggérer la jouissance ou d’inviter au voyeurisme. C’est un univers marin qui nous est proposé où les algues et les coques flirtent avec les tubes de peinture étalés en pâtes lourdes dont les effets de marbrure évoquent ces glaçages qui servaient aux pages de garde des anciens livres reliés.

Tout cela produit un ensemble extrêmement dynamique : on ne peut nier que quelque chose se passe réellement entre ces deux artistes et que, quel que soit notre goût, le geste artistique impose son évidence. La complicité s’affirme chaque fois plus grande entre les deux, une œuvre retravaillée par le premier est ensuite repensée et reprise par le second et chacun suggère à l’autre de nouvelles voies pour poursuivre sa propre route. C’est sans doute cela qui nous plaît avant tout ; cette manifestation ludique et généreuse témoignant d’une possible amitié en art. Car on sent bien qu’en réalisant ces œuvres communes tout pour eux reste encore possible et que cette énergie se poursuit ailleurs en chacun de ceux qui ont su la capter si peu que ce soit. En somme une amitié plastique et communicative »

Gilles A. Tiberghien, Extraits de « Les amis de mes amis… », catalogue Richard Conte / Michel Gouéry, Entre Amis. Paris, 2018, pp. 8 à 9.

► Vernissage le 28 janvier, de 17 h 30 à 21 h.