X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n°51 - Meilleurs mémoires - juin 2020 » Rafaela Villacres Moralès - L’artiste équatorien (1925-1963). Rencontres, destinations, circulations et expériences artistiques

Rafaela Villacres Moralès - L’artiste équatorien (1925-1963). Rencontres, destinations, circulations et expériences artistiques

Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin n°51 - Meilleurs mémoires

 

 

L’artiste équatorien (1925-1963)

Rencontres, destinations, circulations
et expériences artistiques

Rafaela Villacrés Morales

 

 

Résumé

L’analyse se concentre sur la figure de l’artiste au-delà de son rôle créatif et artistique. Il cherche à comprendre en quoi l’artiste participe activement aux débats contemporains et quelles décisions il prend. À travers l’étude de plusieurs exemples d’artistes équatoriens, on entend reconstituer les flux, les réseaux et les échanges produits lors des voyages à l’étranger notamment aux États-Unis et en Europe. On cherche ainsi à comprendre l’importance et les effets de ces circulations à l’échelle nationale et individuelle.

Mots-clés : Indigénisme – Artiste – Équateur – Circulations – Hybridation.

 

Abstract

The Ecuadorian artist (1925-1963). Encounters, destinations, circulations and artistic experiences

The analysis focuses on the artist’s figure beyond his creative and artistic role. It tries to understand how he actively participates in the contemporary debates and what kind of decisions he makes. Through the study of several specific cases of Ecuadorian artists, we try to reconstruct networks and exchanges produced during trips abroad, especially in the United States and Europe. The aim/goal is to understand the importance and impact of these circulations at the national and individual levels.

Keywords : Indigenism – Artist – Equador – Circulation – Hybridization.

 

 

 

Au début du xxe siècle, l’Équateur connaît une série de débats sociaux en grande partie accentués par une crise économique et politique nationale et internationale[1]. Un certain nombre de ces questionnements portent sur la notion d’identité, tant nationale qu’individuelle. Ils émergent quand le modèle d’État-nation de référence est en crise et de nouvelles bases de la cohésion sociale doivent être définies. Ainsi, pendant les années 1930 et dans un contexte d’agitation populaire, on constate l’apparition de mouvements sociaux et surtout de mouvements indigènes qui revendiquent pour la première fois leurs droits.

 

Initiates file downloadLa suite sur le PDF en ligne.



[1]     Le présent article est un compte rendu du mémoire réalisé en Master 2 « Patrimoine et musées », sous la direction d’Annick Lempérière, « Art, réseaux et pouvoirs. Être artiste équatorien (1925-1963) », soutenu en septembre 2019 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.