X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n°51 - Meilleurs mémoires - juin 2020 » Fanny Bousquet - Les objets de l’exil russe à Paris, 1920-1990. Étude d’un itinéraire entre appartements, antiquaires et maisons de ventes

Fanny Bousquet - Les objets de l’exil russe à Paris, 1920-1990. Étude d’un itinéraire entre appartements, antiquaires et maisons de ventes

Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin n°51 - Meilleurs mémoires

 

 

Les objets de l’exil russe à Paris, 1920-1990

Étude d’un itinéraire entre appartements, antiquaires
et maisons de ventes

Fanny Bousquet

 

 

Résumé

Dans les années 1920, de nombreux émigrés, fuyant la guerre civile en Russie, s’installent en France, notamment à Paris. Dans leur exil, ils emportent quelques objets et souvenirs rangés au fond des valises. La circulation de ces objets lors de l’installation des émigrés crée une nouvelle cartographie de l’émigration russe. Cet article vise à analyser les circulations multiples des objets afin d’étudier les symboles et les imaginaires qu’ils véhiculent.

Mots clés : Émigration russe – Objets de l’exil – Marché de l’art – Patrimoine culturel matériel – Mémoire.

 

Abstract

Objects of Russian Exile in Paris, 1920-1990.

Study of an Itinerary among Apartments, Antique Dealers and Auction Houses

In the 1920s, many emigrants who fled the civil war in Russia settled in France especially in Paris. During the exile, they packed up a few objects and souvenirs. The circulation of these objects through the emigrants’ settlement has created of a new cartography of the Russian emigration. This article aims to analyse the multiple circulations of objects in order to study the symbols and imaginaries that they convey.

Keywords: Russian emigration – Objects of exile – Art market – Cultural heritage – Memory

 

 

 

Année 1917, Russie : l’abdication du tsar Nicolas II, puis la prise du pouvoir par les Bolcheviks, plongent le pays dans l’incertitude[1]. Ceux qui ne trouvent plus leur place dans le nouveau régime s’exilent bientôt : nobles, fonctionnaires, soldats de l’armée blanche, membres de l’intelligentsia… Si les parcours sont multiples, environ 150 000 réfugiés se retrouvent en France dès 1921 et particulièrement à Paris[2].

 

Initiates file downloadLa suite sur le PDF en ligne.



[1]     Le présent article, issu du mémoire « Pour une histoire des objets qui ont accompagné l’émigration russe des années 1920 en France : conservation, transmission, dispersion » a été réalisé dans le cadre d’un Master 1, sous la direction du professeur Marie-Pierre Rey et soutenu en 2019 à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

[2]     Marina Gorboff, La Russie fantôme : l’émigration russe de 1920 à 1950, Lausanne, L’Âge d’homme, 1995, p. 18-19.