X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n°46 L'archéologie à l'aune des relations internationales » LAURENCE BADEL - Une discipline entre deux mondes. Entretien avec Pascal Butterlin

LAURENCE BADEL - Une discipline entre deux mondes. Entretien avec Pascal Butterlin

Bulletin n°46 L'archéologie à l'aune des relations internationales

Automne 2017

 

Une discipline entre deux mondes

Entretien avec Pascal Butterlin

Laurence Badel

 

Résumé

Dans cet entretien, Pascal Butterlin, directeur de la Mission archéologique française de Mari rapporte comment sa formation l’a conduit à s’intéresser au site de fouilles de Mari avant d’en prendre la responsabilité. Journal de bord, journal de mission, travail documentaire, contacts avec ses interlocuteurs syriens, il raconte le déroulement de cette mission en Syrie et son évolution dans le contexte de la guerre civile syrienne. Fouiller à l’étranger dans une société en guerre interroge, en retour, l’archéologue occidental confronté à ce monde « oriental ».

Mots-clés : Archéologie – Mari – Musée – Syrie – Proche-Orient.

 

 

Abstract

Discipline Between Two Worlds. Interview with Pascal Butterlin

In this interview, Pascal Butterlin, director of the French Archaeological Mission in Mari, reports how his training led him to take an interest in Mari's excavation site before assuming responsibility. Logbook, mission journal, documentary work, contacts with archeology contacts in Syria, he tells the story of this mission in Syria and its evolution in the context of the Syrian civil war. To search abroad in a society at war questions the Western archaeologist confronted with this "oriental" world.

Keywords: Archeology Mari Museum Syria Near East.

 

 

Laurence Badel. Pascal Butterlin[1], vous êtes professeur d'archéologie orientale à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne depuis 2010 et, depuis 2005, vous dirigez la Mission archéologique française de Mari en Syrie. Entre 2005 et 2010, vous avez effectué six campagnes de fouilles sur ce site qui fait l'objet d'un article du dossier de ce numéro 45 du Bulletin de l'IPR. Célia Rocaspana y présente en effet l'itinéraire d'André Parrot, l'archéologue qui authentifia les vestiges de l'antique Mari sur le site du tell[2] Hariri en janvier 1934 et devint le premier directeur de la Mission de 1933 à 1974.

 

Vos recherches de thèse sur la Mésopotamie à l'époque d'Uruk (4500-3000 avant notre ère) avaient été conduites sous la direction de Jean Margueron qui fut le deuxième directeur de ce site de 1979 à 2004. Vous êtes donc le troisième depuis son institution. Pouvez-vous nous dire, de manière liminaire, quelles furent les grandes étapes de votre formation et l'importance que l'on accorde, dans votre métier, à la transmission de l'expérience auprès d'un maître comme Margueron ?

 

Pascal Butterlin. J’ai une formation d’historien et d’archéologue, une formation d’enseignant surtout, comme mon maître Jean Margueron. La formation s’est faite essentiellement sur le terrain à partir de 1990, date de ma première mission à Mari. Je suis allé sur le site, presque chaque année, de 1990 à 2010. Margueron nous a transmis toute l’expérience acquise à Mari depuis les années 1930, un véritable esprit de mission qui se manifeste par l’unité et la continuité des archives sur les fouilles.

 

Lire la suite sur le PDF


[1]    Entretien de Pascal Butterlin, directeur de la Mission archéologique française de Mari, et de Laurence Badel, professeur d'histoire des relations internationales à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne qui s’est déroulé le 26 septembre 2017 à Paris.

 

[2]    Un tell est une « colline artificielle formée par les ruines superposées d'une agglomération ancienne », selon Larousse.