X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n° 32, Revisiter les relations internationales au XIXe siècle » Hugues Tertrais, Le Congrès international des sciences historiques. Amsterdam, 22-28 août 2010

Hugues Tertrais, Le Congrès international des sciences historiques. Amsterdam, 22-28 août 2010

e Congrès international des sciences historiques. Amsterdam, 22-28 août 2010

 

Bulletin n° 32, automne 2010

 

 

 

Hugues Tertrais

 

 

Au « Congrès mondial » des historiens

 

Le XXIe Congrès international des sciences historiques (CISH) a réuni à Amsterdam, du 22 au 28 août 2010, quelque 1 500 participants. L'événement – qui a lieu tous les 5 ans (Sydney 2005, Oslo 2000, Montréal 1995, etc.) – est important : il offre à la fois une sorte de photographie des recherches en cours et donne le ton des tendances historiographiques.

Les spécificités du site – ville de canaux où la pluie fait quasiment partie de la vie quotidienne – ont donné à la séance inaugurale un thème, décliné sur tous les continents, celui de l'eau : « Eau et savoir », « L’eau comme facteur de l’histoire hollandaise », « L’eau et l’histoire de la Chine », « L’eau et l’imaginaire politique en Afrique », « L’eau en Amérique du Nord », le tout ponctué d'un petit film de Joris Evens, tout simplement titré… La Pluie.

Le congrès s'est décliné en multiples rendez-vous, organisés par les associations et les commissions rattachées au CISH. Trois thèmes majeurs ont dominé le début de la semaine : « La chute des empires », « La ville produit culturel » et « Religion et pouvoir ». Ensuite et parallèlement, des thèmes spécialisés faisaient l’objet de plus de vingt colloques et tables rondes. Pour notre part, la Commission d’histoire des relations internationales (chri) organisait deux rencontres à Amsterdam :

• « Sport et relations internationales : historiographie et nouveaux défis », en collaboration avec la Société internationale d'histoire de l'éducation physique et du sport, organisé par Robert Frank et Thierry Terret – ou comment, de Pierre de Coubertin à la Guerre froide en passant par les multiples usages du football, le sport offre un reflet des relations internationales, à la fois comme mode de relations, souvent instrumentalisées, et des forces profondes qui y sont à l'œuvre.

• « Migrations, transferts culturels et relations internationales » (en deux sessions), organisé pour la Commission par Alfredo Canavero. Sur un champ de réflexion relativement nouveau – le concept de « transfert culturel » ne remonte qu'aux années 1980 – ont été présentées des recherches dont beaucoup sont en cours, croisant des études de cas très divers par leurs formes, leurs localisations et leurs dimensions, la question étant d'évaluer leur impact dans l'histoire des relations internationales.

En fin de semaine, la Commission d'histoire des relations internationales – comme les autres organismes présents au Congrès – a tenu son assemblée générale. Un nouveau Bureau a été élu, qui lui-même a désigné Hugues Tertrais (Paris) comme président et reconduit Alfredo Canavero (Milan) comme secrétaire général. Rappelons que la Commission a été créée par René Girault en 1981 : elle aura donc 30 ans en 2011.

En ce qui concerne le Congrès international des sciences historiques, le CISH, son Bureau a également été renouvelé à Amsterdam, conformément aux dispositions de ses statuts. Ses nouveaux membres exerceront leur mandat pendant cinq ans, jusqu’au dernier jour du xxviie Congrès, sous la présidence de la professeur Marjatta Hietala (Finlande) et avec le professeur Robert Frank (France) comme nouveau secrétaire général.

Quant au lieu du prochain congrès de 2015, décision a été prise de l’organiser dans la ville chinoise de Jinan (province du Shandong).

 

Liens & références

- Avec le CISH et le CHRI :

http://www.cish.org/F/Membres/Orgint/CIHRI.htm

- Sur le Congrès : http://blogs.histoireglobale.com/?p=552

- Le Monde des livres, 3 septembre 2010 - Roger Chartier, « Quand les historiens refont le monde ».