X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n° 16, Sports et relations internationales » François Durpaire, Sport et colonisation

François Durpaire, Sport et colonisation

Sport et colonisation

 

 

Bulletin n° 16

 

 

 

François Durpaire

 

 

Le sport ne doit pas être « conçu comme une simple pratique ludique. [...] Il est un moyen d'affirmation de l'identité nationale et de l'appartenance sociale »[1].

Cette phrase de Stefano Pivato, historien spécialiste du phénomène sportif, prend tout son sens dans le cas de l'Afrique noire. Le sport de masse, après avoir été introduit par le colonisateur européen, y est devenu dans les années 1950 l'un des vecteurs essentiels de l'identité des futures nations. Le Congo belge, de ce point de vue, peut être considéré comme un précurseur.

 

 

Le sport participe de la « mission civilisatrice » du colonisateur

 

 En effet, les Belges introduisent très tôt la pratique sportive à l'intérieur de leur immense colonie. L'ARSC (Association royale sportive congolaise) est créée dès 1919. C'est dans les années 1950 cependant qu'une véritable politique sportive est définie dans la colonie. Le 1er juillet 1952 est inauguré le grand stade de Léopoldville, symboliquement baptisé « stade Roi Baudouin » pour marquer l'attachement de la colonie à son souverain. À cette occasion, un groupe d'athlètes belges de l'université de Louvain est invité au Congo. Ils sont selon les autorités coloniales les « ambassadeurs sportifs de la Belgique au Congo belge »[2]. Il s'agit de « rehausser le prestige de la Mère patrie auprès de la masse des Congolais », qui assistent pour la première fois à ce type d'exhibition.

 

 Contrairement à ce que certains affirment aujourd'hui[3], les colonisateurs s'efforcent de promouvoir l'éducation physique auprès des « indigènes ». L'un des objectifs de l'ARSC est « la promotion du football autochtone au Congo belge et au Rwanda-Urundi ». Est également créé un « Institut physique pour Congolais ».

 

 Cette politique n'est pas l'apanage des pouvoirs publics. Les missions religieuses, très influentes au Congo, encouragent également la pratique sportive. L'Immanuel Mission organise de nombreux matchs de football avec des « évolués » d'Irumu, de Mambasa et de Bunia. En 1948, cette mission protestante construit un terrain d'athlétisme à Nyankunde afin de « donner de la récréation pour tous les Noirs du poste »[4]. En outre, c'est à l'initiative d'un prêtre, le Père de la Kéthulle, qu'est organisé le premier centre de formation africain.

 

 Il reste à se demander quel est le but de cette promotion du sport : en quoi s'inscrit-elle dans la politique du colonisateur ?

 

D'une part, organiser les loisirs est un moyen de contrôler la population. Le sport apparaît comme une activité saine qui doit permettre de canaliser les énergies. Dans un article au titre évocateur, « Nécessité de bonnes distractions » (20 juin 1953), La Dernière heure insiste sur la nécessité de trouver un dérivatif aux problèmes d'alcoolisme et à l'ennui supposé des masses congolaises. Cependant, le journal de Bruxelles affirme avec un racisme certain que les Africains sont incapables de comprendre le football : « Qui n'a pas vu quatre ou cinq douzaines de négrillons jouer contre cinq autres douzaines de négrillons [...] ne sait pas ce que c'est qu'une corrida ».

 

 D'autre part, le sport a pour but de servir la propagande des autorités coloniales. À l'invitation des fédérations de football de la colonie, les plus grandes équipes belges viennent au Congo pour jouer contre des sélections locales. Ils suivent en cela l'exemple des troupes théâtrales qui multiplient les tournées dans la colonie (les représentations théâtrales sont nombreuses dans les années 1950). Ces voyages sont en grande partie financés par le ministère des Colonies. En 1953, le Beerschot Athletic Club d'Anvers se rend au Congo. En 1955, c'est au tour du Sporting d'Anderlecht, l'équipe championne de Belgique. En 1956, le Standard de Liège est le premier club wallon à venir dans la colonie. En retour, une sélection composée de joueurs africains est invitée en Belgique pour rencontrer les équipes de cinq des plus grands clubs métropolitains. Pour l'ARSC, cette visite doit « prouver l'existence d'une réelle communauté belgo-congolaise »[5].

 

 Il est intéressant d'étudier la première visite du Beerschot qui a eu un retentissement particulier au Congo comme en Belgique.

 

 En juin 1953, les joueurs anversois font une tournée de vingt et un jours au Congo belge et au Rwanda-Urundi. Leur capitaine, le populaire Rik Coppens (surnommé « élombé » - l'homme fort - par les Congolais) est reçu par le gouverneur général Pétillon. Le clou de cette tournée est la rencontre qui oppose à Léopoldville l'équipe belge à l'équipe eurafricaine du « pool ». Pour la première fois de l'histoire, une équipe blanche joue contre une équipe composée pour moitié de Noirs (six Noirs, cinq Blancs). Devant plus de 70 000 personnes, le Beerschot ne l'emporte que 5 à 4 ! D'après un observateur de l'époque, Robert Van Brabant (un Belge entraîneur de football à Léopoldville), le club anversois aurait eu encore plus de mal à gagner s'il avait joué contre une équipe composée exclusivement de Noirs. Et d'ajouter : « Ce n'était pas une expérience à tenter non plus. Si le Beerschot avait été battu, sa défaite serait peut-être sortie du cadre sportif »[6].

 

 Le métissage « photogénique » de l'équipe locale (lors de la présentation des équipes, les joueurs noirs sont intercalés entre les joueurs blancs - on a ainsi un Blanc, un Noir, un Blanc, un Noir, etc. - cette mixité étant censée symboliser le métissage idéal de la population de la colonie) ne parvient cependant pas à dissimuler la ségrégation réelle de la société congolaise : dans les tribunes, Noirs et Blancs sont séparés. En outre, les joueurs du Beerschot, interrogés à leur retour, affirment avoir été surpris de constater que les Noirs de l'équipe n'avaient pas accès aux vestiaires des Blancs. Ils devaient se préparer dans leurs propres vestiaires.

 

 Ce type de rencontre fait l'objet de débat. Certains affirment que le sport peut « servir au rapprochement des races ». D'autres soulignent le danger de telles rencontres. En outre, la grande presse belge juge la pratique sportive des Noirs avec une certaine condescendance :


« Les Noirs sont souples, rapides, adroits et possèdent du souffle. Mais ils jouent sans tête... et ils devraient pour pouvoir s'améliorer être placés entre les mains d'entraîneurs qui seraient chargés de les dégrossir »[7]
.


« Les Noirs sont dépourvus du sens du jeu d'équipe et n'ont des règles fondamentales du jeu que des notions imprécises. Ils commettent nombre de fautes que les arbitres laissent passer avec le sourire ».

 

 Et d'ajouter à propos du public :


« Leur exubérance est immense et leur naïveté est touchante. Ainsi, interprétèrent-ils comme autant d'incantations bizarres aux dieux du football les gestes de certains joueurs anversois indiquant tout simplement la marche à suivre à leurs partenaires ».

 

 Pourtant, les formidables progrès du sport congolais auraient dû suggérer aux commentateurs plus de modestie. Depuis 1927, un challenge de la Force publique (l'armée indigène) réunit chaque année les meilleurs athlètes congolais. Ces manifestations permettent de constater que les résultats réalisés par les Noirs sont de plus en plus proches des résultats des Blancs. Depuis 1951, le record de Belgique de lancement de javelot appartient même à un Noir : Masi-Masi bat le jet de Herremans avec 62,99 m[8].

 

 En juillet 1953, lors des championnats internationaux militaires d'athlétisme, les athlètes noirs de la Force publique viennent pour la première fois à Bruxelles et peuvent enfin se confronter aux sportifs de la métropole.

 

 

Le sport devient au cours des années 1950 un instrument d'émancipation pour le colonisé

 

 

Ces manifestations sportives interraciales, au cours desquelles des Noirs ont pu se confronter à des Blancs (et même battre des Blancs), ont eu des conséquences politiques que l'on a trop longtemps sous-estimées. Lors de ces rencontres, la supériorité supposée des Blancs, qui légitimait la domination coloniale, s'est trouvée contestée. Ainsi, par un étrange paradoxe, la politique sportive du colonisateur s'est retournée contre lui ; le sport a cristallisé les velléités d'indépendance en devenant l'un des vecteurs essentiels de l'identité nationale.

 

 En 1957, un match de football oppose au stade « Roi Baudouin » les Belges de l'Union saint-gilloise aux Congolais de la sélection de l'ARSC. À la suite de cette rencontre, des émeutes éclatent dans le public africain : une quarantaine de blessés sont à déplorer (dont le directeur général à l'enseignement très gravement atteint) ; plus de cinquante voitures sont lapidées. À l'origine de ces incidents, il y a une erreur d'arbitrage : deux buts congolais ont été annulés par l'arbitre... belge (les organisateurs regretteront par la suite de ne pas avoir choisi un corps arbitral neutre) ! Cependant, le mécontentement va bien au-delà du simple incident de jeu. La presse coloniale, d'ailleurs scandalisée, ne s'y trompe pas en attribuant ces événements à l'émergence d'un « chauvinisme congolais », voire à un « racisme anti-blanc ». D'après Le Courrier d'Afrique, « ces rencontres ne sont pas opportunes parce qu'elles prennent un caractère d'oppositions beaucoup plus profond qu'un simple jeu de ballon »[9].

 

 À la suite de ces émeutes, des bruits circulent au sujet d'éventuels événements qui doivent se produire le 1er juillet 1957, date à laquelle, selon les services de la sûreté belge, des Congolais pourraient demander l'indépendance. En fait, aucun incident ne survient. Cela aurait été la première fois qu'un pays serait né suite à une confrontation sportive...

 

 Ces événements sont révélateurs d'une évolution qui se fait jour au cours des années 1950 : le sport, implanté par le colonisateur, se retourne contre lui en favorisant l'émergence d'un nationalisme congolais. Comme l'écrit Hélène d'Almeida Topor, « plus qu'en tout autre occasion, la fierté nationale s'est souvent exprimée en Afrique lors de rencontres sportives »[10]. L'exemple du Congo peut nous aider à comprendre pourquoi le sport a contribué à la constitution du sentiment national. En fait le sport est, dans des territoires souvent très hétérogènes, le seul phénomène qui puisse cristalliser les désirs d'unité et de libération nationales, en étant l'expression d'une solidarité.

 

 En l'absence d'unité religieuse (catholiques, protestants, kimbanguistes, etc.), ethnique (Bantous, Bakoubas, Batékés, etc.) ou linguistique (plus de 400 langues vernaculaires), le sport reste le seul élément en mesure de souder la nation. La rencontre sportive se présente comme une confrontation simple. En s'opposant à un adversaire sportif (qui a d'abord été le colonisateur blanc), des populations très différentes ont pu se réunir autour d'une même équipe nationale et s'identifier à ses joueurs. Ainsi, les Congolais se sont-ils dotés d'une équipe de football avant même d'avoir un État ou un drapeau. Cette situation a été celle de nombreux autres pays colonisés. Avant même que l'Algérie ne soit indépendante, l'équipe du FLN (composée d'Algériens qui avaient quitté les clubs français dans lesquels ils jouaient) représentait déjà le pays à l'étranger lors de tournées internationales (on peut se rappeler également que le président Ahmed Ben Bella est un ancien joueur de l'Olympique de Marseille). On comprend donc aisément pourquoi le football a conservé après les indépendances une place privilégiée au cœur des nationalismes congolais ou algérien. Dans des États qui ont connu des velléités de sécession (comme au Congo avec le Katanga), le sport a continué d'être un facteur d'unité nationale. Les dirigeants des États en cours de formation n'ont pas négligé ce phénomène ; ils l'ont utilisé pour renforcer la cohésion nationale autour de leur propre pouvoir.

 

 

Conclusion : le sport comme instrument de propagande pour les autorités post-coloniales

 

 Le Congo conserve dans la période post-coloniale son rôle de précurseur : en 1974, trois ans après sa création, le Zaïre de Mobutu devient le premier pays d'Afrique noire à participer à la coupe du monde de football. Peu de temps avant ce Mondial, le Zaïre remporte au Caire la neuvième CAN (Coupe d'Afrique des Nations). Le 15 mars 1974, les « Léopards » sont accueillis en héros nationaux ; les scènes de liesse se multiplient dans tout le pays. Mobutu Sese Seko prend la mesure du phénomène. Sa nation n'a jamais été aussi forte et unie ; les velléités de sécession sont bien loin. À Kinshasa, le chef de l'État, aux côtés des joueurs, se retrouve à la tête du cortège qui se fraye avec difficulté un chemin dans la foule[11].

 

 Même si notre attention s'est portée sur le seul Congo, le phénomène est général dans toute l'Afrique. Après avoir été introduit par les autorités coloniales puis être devenu un des facteurs de l'indépendance, le sport permet aux autorités post-coloniales de faire l'union de la nation autour de leur pouvoir. De 1963 à 1966, l'équipe de football du Ghana - le Black Star - est le porte-drapeau du panafricanisme de Kwame Nkrumah. En Guinée, de 1958 à 1984, l'équipe du Syli national est le support de la révolution menée par le président Sekou Touré. Comme l'écrit Issa Hayatou, « avec le Syli, le peuple guinéen se soudait »[12]. Plus récemment, en 1996, lors de la défaite de l'ASEC d'Abidjan en coupe africaine, les supporters ivoiriens attribuent la responsabilité de la défaite au chef de l'État, aux cris de « Bédié le malheur ! », « Bédié la poisse ! ». Il est vrai que Henri Konan Bédié était dans la tribune d'honneur, espérant qu'une victoire de l'ASEC légitimerait son pouvoir et renforcerait sa popularité[13]...

 

 

 



[1]     PIVATO (Stefano), Les enjeux du sport, Paris, Casterman, 1994, p. 45

[2]     Nous remercions Mme Dekais et Mlle Peemans, conservateurs au ministère des Affaires étrangères belge, qui nous ont permis de consulter les archives du ministère des Colonies et en particulier le portefeuille « Info Presse (57) » concernant le sport.

[3]     Ainsi, Issa Hayatou, président de la CAF (Confédération africaine de football) écrit : « Au sud du Sahara, dans les anciennes colonies où la ségrégation était plus tenace [...], les indigènes n'avaient pas accès à la pratique sportive ». HAYATOU (Issa), « L'importance du football dans les pays africains », in BONIFACE (Pascal) (s.d.), Géopolitique du football, Paris, Complexe, 1998.

[4]     Ministère des Colonies, Bruxelles, Info Presse (57) : « Rapport annuel de l'Immanuel Mission ».

[5] Ibid. : « Lettre de l'ARSC au ministère des Colonies »

[6] Ibid. : « Le Beerschot sur le chemin du Congo », Le Moustique (21 juin 1953)

[7]     La Nation belge, le 27 juin 1953

[8]     Ministère des Colonies, Bruxelles, Info Presse (57) : « Un record aux Noirs et les autres aux Blancs », Le Moustique (28 juin 1953).

[9]     Ibid. : extrait du Courrier d'Afrique (17 juin 1957).

[10]    ALMEIDA TOPOR (Hélène d'), Naissance des États africains, Paris, Casterman, 1996, p. 63

[11]    « De 1934 à 1994 : l'histoire des Africains au mondial », Afrique football, hors-série n°2, juin-juillet 1998, p. 11.

[12] HAYATOU (Issa), op. cit., p. 66.

[13] BRIE (Christian de), « Football en Afrique », Manière de voir-Le Monde diplomatique, mai-juin 1998, n°39 (« Football et passions politiques »), p. 65-66.