X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n° 11, Chantiers 2001 » François Durpaire, Les États-Unis face aux indépendances en Afrique noire francophone, 1945-1962

François Durpaire, Les États-Unis face aux indépendances en Afrique noire francophone, 1945-1962

Les États-Unis face aux indépendances en Afrique noire francophone, 1945-1962

 

 

Bulletin n° 11, printemps 2001

 

 

 

 

François Durpaire

 

 

Le triangle Afrique/Europe/Amérique

 

 

Une nouvelle approche de la décolonisation...

 

 

L'étude de l'historiographie révèle que la question des relations entre les États-Unis et l'Afrique noire francophone n'a été que très peu étudiée. Certains historiens de la décolonisation ont considéré ce problème sous l'angle du seul rapport bilatéral entre la métropole et ses colonies. Aussi la décolonisation a-t-elle été trop souvent pensée comme un psychodrame national, comme une crise interne aux empires coloniaux.

 

Il faut cependant se dégager de la sentimentalité qui obscurcit la recherche historique pour considérer la décolonisation dans un cadre plus vaste. La décolonisation ne met pas seulement en jeu l'ancienne puissance européenne sur le déclin et l'Afrique en quête de liberté. Elle est à penser dans le cadre plus vaste des relations internationales. En 1945, Nehru, à New Delhi, affirme cette évidence: «Europe is no longer the center of world affairs». En effet, les États-Unis sont devenus le nouveau géant. La guerre a changé les termes du rapport de force entre la vieille Europe colonialiste et le Nouveau Monde.

 

L'un des objectifs de notre étude est de montrer en quoi l'Afrique est un révélateur des nouvelles relations qui se tissent entre la France et les États-Unis. Avant la guerre, les deux pays semblaient pouvoir parler d'égal à égal. Désormais, on est en présence d'un géant, les États-Unis, qui par vocation est anticolonialiste, et de la France, une nation meurtrie qui est atteinte dans ses aspirations à la grandeur. Dans cette perspective, l'empire colonial fonctionne comme un «mythe compensateur»[1] que l'on exalte pour faire oublier le déclin réel de la métropole. Le problème colonial n'est donc pas strictement national. L'empire est une arme dans les relations avec les autres nations, une arme qui sert à cacher son affaiblissement et à continuer à se faire percevoir comme une grande puissance. Cette illusion du «mythe compensateur» est d'ailleurs partagée par les Anglais, comme le montrent les propos du ministre des Affaires étrangères britannique, Ernest Bevin, en 1948:

  

«We have the material ressources in the colonial Empire, if we develop them, and by giving a spiritual lead now we should be able to carry out our task in a way which will show clearly that we are not subservient to the United States of America or to the Soviet Union».

  

Un de ses adversaires du parti conservateur, Geoffrey Wilson, ne dit pas autre chose en 1949:

 

 «Singly we are each of us weak, but together we form a potential unit of political and economic strength more powerful then either the United States of America or the USSR»[2].

  

En 1945, les deux nouveaux géants sont les États-Unis et l'Union soviétique. Pourtant, les vieilles puissances, la France et la Grande-Bretagne, veulent continuer à se penser comme des puissances, maîtresses de leur destin, qui n'appartiendraient à aucun des deux blocs. L'empire colonial, symbole de leur grandeur passée, doit permettre de conserver l'illusion. On comprend que le problème colonial soit alors entre les trois puissances-les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne-le lieu des tensions, des amertumes et des malentendus. Car ce qui est en jeu, c'est le prestige entre des puissances devenues inégales. Pour le petit pays qu'est la Belgique, la thématique de la puissance est encore plus prégnante. Depuis LéopoldII, l'immense Congo est le seul moyen d'accéder à un statut que ni la superficie du pays, ni son niveau économique, ne lui permettrait d'envisager.

 

 

...dans la continuité de certaines études récentes

 

 

Cette internationalisation du problème colonial fait l'objet d'une étude de John Kent: The Internationalization of colonialism-Britain, France and Black Africa. 1939-1956[3]. Les rapports entre les deux puissances européennes et les États-Unis y sont analysés. Les Américains n'ont en effet pas du tout la même attitude vis-à-vis des deux pays. Ils ont une idée assez défavorable de la politique des Français, s'attendant toujours de sa part à beaucoup de conservatisme et de rigidité. En revanche, les Anglais sont de bons élèves, beaucoup plus réceptifs aux conseils américains. Face au géant anticolonialiste, la solidarité des vieux empires devrait primer.

 

 Pourtant, il y a entre eux une vraie concurrence pour attirer la sympathie des Américains. Kent définit ainsi l'objectif de son étude:

  

«My first aim in this book is to examine the reasons for British and French policy makers seeking to achieve common goals and agree on common policies».

  

Le mélange de solidarité et de défiance qui existe entre les deux diplomaties apparaît dans une phrase de l'ambassadeur de France aux États-Unis, Henri Bonnet, le 25 avril 1952:

  

«Les Américains jugent bien la colonisation britannique dite progressive et mal la colonisation française dite attardée. Il ne saurait faire de doute que, depuis la guerre, la position adoptée par la Grande-Bretagne dans sa politique coloniale nous a causé ici de plus grands dommages en contribuant puissamment à renforcer les convictions naturelles des Américains, favorables comme on le sait, à la marche rapide vers le self-government. Peut-être n'est-il pas interdit de penser que les Britanniques sont aujourd'hui mieux disposés qu'ils ne l'étaient il y a quelques années à collaborer avec nous en matière coloniale»[4].

  

La décolonisation ne peut donc plus être comprise dans un cadre strictement national. Elle doit faire l'objet d'une étude comparative. William Roger Louis inaugure]. cette nouvelle historiographie qui se propose d'étudier l'internationalisation du problème colonial. Il publie en 1977 Imperialism at Bay, The United States and the Decolonization of the British Empire 1941-1945[5]. Des études françaises s'engouffrent dans cette voie nouvelle de l'histoire de la décolonisation. Sur l'Indochine, on peut citer la thèse de Laurent Césari soutenue à l'université ParisIV en 1991 sur le thème de La France, les États-Unis et l'Indochine, 1945-1957. Sur l'Algérie, on trouve un mémoire de maîtrise d'Emmanuelle Abitbol de l'université ParisI sur L'indépendance de l'Algérie vue par les États-Unis, ainsi que des articles de Guy Pervillé et de Pierre Mélandri[6]. Sur les protectorats d'Afrique noire française, une thèse en cours de François Poher[7] se propose de réviser le travail par trop idéologique de Annie Lacroix-Riz.

  

Sur l'Afrique noire et les États-Unis, la recherche n'en est qu'à ses débuts. En 1984, paraît l'ouvrage de Marc Aicardi de Saint Paul, La politique africaine des Etats-Unis[8].Il n'aborde pas cependant la période de la décolonisation. Une thèse de Noraogo Kinda, intitulée La pénétration américaine en Afrique occidentale francophone (Burkina Faso, Côte d'Ivoire) entre 1960 et 1985, est aussi en cours sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch. Du côté de l'historiographie américaine, un intérêt certain pour l'Afrique noire semble également se dessiner, comme en témoignent l'ouvrage de Thomas Noer et celui de Thomas Borstelmann[9].

  

À travers ces études récentes, on constate l'intérêt nouveau que suscite l'Afrique dans le cadre des relations internationales. Les recherches africanistes en France ont trop longtemps négligé les sujets proprement politiques. Notre travail se propose de combler un vide: l'étude du rôle des États-Unis dans la décolonisation de l'Afrique noire française et belge. Le Congo est depuis longtemps le centre d'intérêt des Américains intéressés par l'Afrique, en partie pour ses nombreuses ressources minérales. Il devient en 1960 le premier pays du continent à être un enjeu de la guerre froide.

 

 

Diversité des acteurs: diversité des sources

 

 

Sources et acteurs gouvernementaux

 

 

L'état actuel des sources rend désormais possible cette étude. Le premier type de sources provient des acteurs politiques. Elles sont extrêmement diversifiées. La diplomatie d'un État démocratique ne doit pas en effet être vue comme l'émanation d'une prise de position unique. Elle est bien souvent la synthèse de points de vue différents, voire contradictoires. Le discours, ou la décision en résultant, émerge après de nombreux échanges et va-et-vient entre les acteurs concernés (le président, le Premier ministre, les différents ministères). Ainsi, pour la France, on constate une différence d'approche à la lecture des archives entre le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la France d'outre-mer. Le premier se montre plus soucieux de ménager l'allié américain et adopte une attitude mesurée même lorsqu'il s'agit de défendre l'empire. Le second a pour vocation naturelle de préserver les colonies contre les ingérences extérieures, d'où qu'elles viennent.

  

L'ouverture des archives du département «Amérique» du Quai d'Orsay offre de nombreux éléments pour mieux comprendre les réactions françaises face à la politique africaine des États-Unis. Les archives «économiques» (de la direction des Affaires économiques et financières, service de coopération économique) donnent d'importantes informations concernant les investissements américains et les différentes aides américaines, du programme d'assistance technique et économique aux pays sous-développés de Truman (point IV) au Peace Corps du président Kennedy. Elles permettent également de déterminer le rôle du plan Marshall dans la pénétration américaine en Afrique noire: l'aide attribuée aux colonies n'est-elle que du ressort des Français ou résulte-t-elle de négociations? Enfin, les archives de l'Afrique noire au Quai d'Orsay commencent à être déclassées pour la période 1945-1960. Les archives concernant les relations entre la France et le Liberia, pays considéré à tort ou à raison comme la tête de pont américaine en Afrique occidentale, sont en cours de déclassement.

  

À Aix-en-Provence, se trouvent les archives de l'ancien ministère de la France d'outre-mer, ainsi que celles de la haute administration qui ont été transférées des anciennes colonies au moment des indépendances. La comparaison de ces archives avec les sources américaines sont très révélatrices de l'attitude paranoïaque des autorités françaises. En juin 1951, le secrétaire d'État adjoint George C. Mac Ghee déclare que l'indépendance immédiate n'est pas la panacée pour résoudre les problèmes coloniaux, que l'Afrique relève de la responsabilité européenne. C'est la thèse de l'indépendance prématurée:

 

 «Donner l'indépendance à des peuples non préparés contre la subversion peut mettre en danger la sécurité du monde libre»[10].

  

Malgré cette évolution très nette de la politique américaine, les susceptibilités françaises restent fortes, comme en témoignent certains rapports qui fustigent l'anticolonialisme américain:

 

 

«Les Américains sucent depuis leur plus tendre enfance le lait de l'anticolonialisme. Les écoliers américains lisent les récits de la lutte des treize colonies américaines contre la politique coloniale britannique. Ces récits enflamment leurs sentiments de révolte et de liberté. Nous supportons ainsi les fautes de GeorgeIII»[11].

 

 Les sources belges sont regroupées au centre d'archives du ministère des Affaires étrangères à Bruxelles (y compris les archives de l'ancien ministère des Colonies). On y retrouve la même différence de ton entre les deux ministères qu'en France. Le ministère des Colonies est invité par le gouvernement général à Léopoldville à adopter une attitude méfiante et ferme à l'égard des États-Unis.

  

Bien évidemment, la diversité des acteurs se retrouve aussi du côté américain. C'est le président qui effectue les choix en matière de politique extérieure américaine. Les archives de la Truman Library et de la Eisenhower Library doivent donc être privilégiées. Les National Archives à College Park (les archives du département d'État) sont aussi une étape obligée de la recherche. L'élaboration des grandes orientations définies par le département d'État est le résultat du travail du secrétaire d'État, de ses collaborateurs et des bureaux spécialisés. Jusqu'en 1958, l'Afrique ne dispose pas d'un bureau régional indépendant au sein du département d'État. Les questions relatives à l'Afrique sont traitées par la division européenne et par un bureau africain dépendant de la division du Proche-Orient à partir de 1947. Le 10 juillet 1958, le Congrès vote la loi qui crée le poste de secrétaire d'État chargé des Affaires africaines. L'événement est d'importance. Ainsi, Robert Cummings, professeur d'Histoire à l'université Howard de Washington, écrit: «La création de cet organisme a constitué pour les États-Unis la première reconnaissance officielle de l'Afrique en tant qu'entité politique»[12].

  

Une troisième instance est aussi cruciale en matière de politique étrangère: le Congrès[13]. C'est au sein des Foreign Relations Committees (commissions des relations extérieures) que se définit la politique étrangère au Congrès. Le Sénat a un rôle plus important que la Chambre en matière de politique étrangère. Le Senate Committee on Foreign Relations est lui-même subdivisé en sous-commissions, dont l'une d'elle traite de l'Afrique. A la fin des années 1950, le sénateur John F. Kennedy est l'un des membres les plus dynamiques de ce Senate Subcommittee on African Affairs. Bien sûr, il ne faut pas oublier dans l'étude de ces sources le rôle des acteurs locaux et en particulier des consuls américains en poste en Afrique. Certains d'entre eux sont d'ailleurs accusés par les puissances coloniales de se comporter en véritables ambassadeurs, de rencontrer et de soutenir certains groupes d'Africains jugés subversifs.

 

 La multiplicité et la richesse de ces sources ne doit pas cependant nous faire perdre de vue que l'Afrique noire n'est pas au premier plan des préoccupations américaines. Les territoires d'Asie et d'Afrique du Nord, où la guerre froide est une réalité plus forte, font l'objet de beaucoup plus de rapports, de notes et d'échanges.

  

Les archives concernant les Nations unies sont également importantes. Les discussions au Conseil de tutelle à propos du Togo et du Cameroun permettent de percevoir les divergences existant entre les États-Unis et la France. Les territoires du Togo et du Cameroun sont placés sous contrôle des Nations unies par l'intermédiaire de ce Conseil de tutelle créé par le chapitreXIII de la charte de l'ONU. Les États-Unis, qui ont reçu sous leur tutelle des territoires du Pacifique, sont membres permanents du Conseil de tutelle. Cette position leur permet d'intervenir sur la gestion des territoires sous tutelle française. Sur les autres territoires non autonomes qui ne relèvent pas de la compétence du Conseil de tutelle, un article de la charte[14] accorde à l'Assemblée générale, et donc aux États-Unis, un droit d'information sur les «conditions économiques, sociales et de l'instruction» dans ces territoires. En ce qui concerne l'empire belge, le Rwanda-Urundi, ancienne partie de l'Afrique orientale allemande, est également à la Belgique en mandat par la SDN (1923) puis en tutelle par l'ONU (1946). Les interventions américaines par le biais du conseil de tutelle ont notamment contribué à abolir le travail forcé dans ces territoires.

 

 

Les sources et les acteurs non gouvernementaux

 

 

L'histoire des relations internationales ne se limite pas cependant à l'histoire diplomatique. D'autres protagonistes jouent un rôle sur le continent africain, indépendamment de la politique officielle définie à Washington. Certains de ces acteurs interviennent directement sur le terrain alors que d'autres agissent au Congrès sous la forme de groupes de pression.

  

Notre recherche doit tout d'abord s'intéresser à la communauté noire américaine. De nombreux Afro-Américains font le voyage en Afrique. Ainsi, Martin Luther King est présent aux cérémonies d'indépendance du Ghana en 1957. Certains mouvements tentent de promouvoir le retour en Afrique de Noirs américains, comme le Pacific Movement de Chicago, le Peace Movement of Ethiopia ou l'African Nationalist Pionneer Movement. L'étude de la presse noire américaine permet de prendre la mesure de l'intérêt croissant des Noirs américains pour l'Afrique. Ainsi, au milieu des années 1950, lorsque le magazine Ebony demande à ses lecteurs de classer par ordre d'importance une série de dix sujets, l'Afrique apparaît au dernier rang. Au début des années 1960, un autre sondage fait apparaître que l'Afrique est désormais au premier rang.

  

Notre étude se consacre également au développement des études africanistes dans les universités américaines au cours des années 1950. Le professeur Herskovits est un exemple de ces universitaires qui promeuvent les échanges éducatifs. Chef du département d'anthropologie de la Northwestern University de Chicago, Herskovits y a créé un des premiers Instituts d'études africaines. Ce sont cependant les universités noires qui, les premières, établissent des liens entre la communauté américaine et les peuples d'Afrique. La petite université noire Lincoln, par exemple, a eu pour élèves N'Krumah et Azikiwe. Progressivement, d'autres universités développent des liens entre les États-Unis et les jeunes élites africaines. Elles invitent des étudiants et des administrateurs africains à venir étudier aux États-Unis. Cette politique d'échanges reçoit l'appui du département d'État et l'aide financière de fondations, comme l'Institute of International Education ou l'Institute of African American Relations. Depuis 1953, la fondation Ford envoie ainsi une vingtaine d'étudiants américains par an en Afrique.

 

 Les archives des syndicats américains doivent également retenir toute notre attention. Théoriquement indépendants du gouvernement américain, leur but semble être de contrer l'influence des syndicats communistes et de mettre du côté du syndicalisme «libre» les leaders de la future Afrique indépendante. L'AFL-CIO développe des activités en son nom propre, en étant, par exemple, représentée à la conférence de tous les peuples d'Afrique à Accra en 1958. En août 1957, Joseph C. Satterthwaite, adjoint au secrétaire d'État pour les Affaires africaines, recommande d'utiliser les sentiments anticolonialistes des Africains pour les rallier au monde libre. Cette action doit être menée «par l'intermédiaire des correspondants que l'AFL-CIO possède dans le monde du travail africain»[15]. Il serait intéressant de pouvoir consulter les archives des services de renseignement afin de définir les liens exacts entre les activités des syndicats et le gouvernement des États-Unis.

  

En dernier lieu, on s'attardera sur les sources les plus importantes pour notre étude, celles du mouvement missionnaire. Les missionnaires constituent en effet la majorité des Américains vivant en Afrique (sur 1000 Américains vivant au Congo en 1960, 900 sont des missionnaires). Ils atteindraient le nombre de 10500 en 1960, soit 65% du total des missionnaires protestants. Pour le Rwanda-Urundi, territoire pourtant minuscule, on compte 18 missions américaines différentes en 1952. Toutes les grandes confessions protestantes y sont représentées, les missions luthériennes (United Lutheran Church in America), les missions calvinistes (Presbyterian Church in the USA), les missions épiscopaliennes, puritaines, baptistes ou méthodistes... Or, la majorité de ces missionnaires sont très hostiles à la colonisation, ce qui provoque des difficultés avec les autorités française et belge. Il leur est reproché de ne pas se contenter de leur mission religieuse mais d'être des agents politiques du gouvernement américain. Dans les années 1950, les missions tentent de s'entendre avec les autorités coloniales. Cette politique du juste milieu, si elle permet d'améliorer le statut des missions et de faciliter leur travail, réduit leur influence et leur audience auprès de la population africaine qui voyait jusqu'alors en elles un moyen de se démarquer de la religion des colons. De nombreux Africains, déçus par les missions, rejoignent alors des religions différentes, venues, elles aussi, des États-Unis. C'est au détriment du protestantisme classique qu'émergent alors des sectes dont le message politique est beaucoup plus radical, puisqu'il va dans le sens de l'émancipation. Ainsi, les témoins de Jéhovah, désignés en Afrique sous le terme de Kitawala, progressent dans de nombreux territoires (au Congo, en AEF). La consultation de leur archives peut permettre de définir le rôle politique jusque-là ignoré de ces sectes[16], ainsi que la manière dont elles se sont implantées et surtout adaptées à l'Afrique. À la fin des années 1950, la direction américaine du mouvement cesse en effet de reconnaître sa branche africaine.

 

 

Des enjeux politiques

 

 

Les aléas de la recherche...

 

 

Les premiers aléas de notre recherche résident dans le fait que l'ouverture des archives peut poser problème. En effet, pour cette période récente, de nombreux acteurs sont encore vivants. De nombreuses blessures restent ouvertes. Cette présence du passé est surtout très nette pour la Belgique où la crise congolaise est pour certains un souvenir aussi fort que la guerre d'Algérie en France. Cette situation est encore plus prégnante quand les événements présents rappellent le passé. Depuis dix ans, la crise au Zaïre ne vient pas faciliter l'apaisement nécessaire à une étude objective des faits. Les acteurs internationaux sont les mêmes: cette fois, les États-Unis soutiendraient Laurent Désiré Kabila[17]. La France serait quant à elle du côté du maréchal Mobutu. En fait, une même menace pèse sur l'unité du pays trente ans après.

 

 Quand la lecture du passé devient un enjeu d'actualité, c'est l'objectivité de la recherche qui est menacée. L'archive-et en particulier l'archive diplomatique-peut alors être une arme, qu'elle soit offensive ou défensive. Une arme que les gouvernements préfèrent parfois ne pas divulguer. Ainsi, les archives concernant «les ingérences américaine et soviétique au Congo» ne s'ouvrent pas, malgré la fin de la guerre froide.

 

 De même, un grand nombre de sources relatives à l'assassinat de Patrice Lumumba restent indisponibles. L'enjeu est de taille. En effet, c'est la responsabilité du gouvernement belge dans la mort du Premier ministre congolais qui est ici en question... L'ouverture limitée de certaines de ces archives a permis au sociologue flamand Ludo De Witte de démolir la thèse du règlement de compte entre politiciens noirs; thèse qui était avancée jusque-là par les autorités belges. Son étude s'appuie sur une dépêche envoyée par le ministère des Colonies au consulat belge de Brazzaville le 5 octobre 1960. On peut y lire que «L'objectif principal à poursuivre dans l'intérêt du Congo, du Katanga et de la Belgique est évidemment l'élimination définitive de Lumumba»[18]. Ces révélations prennent une importance d'autant plus grande que la guerre civile redevient d'actualité au Zaïre. Elles obligent d'ailleurs le ministre des Affaires étrangères, Louis Michel, à accepter la constitution d'une commission d'enquête parlementaire. Celle-ci est chargée de faire la lumière sur le rôle de la Belgique dans la mort de Lumumba. C'est au politique, et non à l'historien (dont c'est pourtant la vocation), que l'on confie la mission d'enquêter sur un sujet aussi brûlant!

 

 Cette affaire nous montre par ailleurs que l'ouverture ou non des archives est plus conditionnée par les contingences politiques que par les besoins des historiens. Deux autres exemples nous le prouvent. Le premier va dans le sens de la fermeture des archives. Les événements au Rwanda ont en effet bloqué l'ouverture en cours d'archives[19]. Deux enjeux d'actualité contribuent à la fermeture de ces archives. Le premier concerne la rivalité franco-américaine. Chester Croker, ancien secrétaire d'État adjoint pour les Affaires africaines dans l'administration Reagan, constate que

  

«la fin de la guerre froide a multiplié les malentendus entre les États-Unis et la France (...). Il y a une fixation anti-française quasi idéologique dans certains quartiers de l'administration Clinton, pour qui la France, en Afrique, est devenue le problème».

  

Le diplomate va même jusqu'à évoquer en Afrique la naissance d'une nouvelle guerre froide entre une zone francophone et une zone anglophone! Ainsi, au Rwanda, les Français sont accusés de soutenir l'ethnie hutue, celle des génocideurs. À l'inverse, à la fin de l'année 1996, il y aurait entre 60 et 100 conseillers militaires venus épauler l'armée rwandaise et la dissidence tutsie du Zaïre. Il s'agirait d'anciens instructeurs des forces spéciales, qui ont été recrutés par des sociétés privées aux États-Unis sans que le Pentagone y trouve à redire. Au Burundi voisin, ils aident la fondation que le président Buyoya dirige depuis 1993. On peut noter d'ailleurs que ce dernier a reçu une formation politique aux États-Unis.

  

Le second enjeu concerne la responsabilité de l'ancienne puissance coloniale dans l'actuel génocide. Ce sont les Belges qui les premiers ont inscrit sur les papiers l'appartenance ethnique des «indigènes». Les autorités coloniales ont joué sur les rivalités pour maintenir leur domination selon le bon vieux principe «diviser pour mieux régner»! L'historien cherche à identifier dans la période coloniale les racines politiques du génocide alors que les journalistes présentent le plus souvent ce dernier comme un simple déferlement de haine sauvage. On constate une nette différence de traitement avec la guerre en Yougoslavie qui fait elle aussi l'actualité dans la même période. Dans le cas européen, on présente des «peuples» qui se battent pour des raisons historiques, des raisons presque légitimes puisqu'il s'agit de défendre leur identité. En revanche, dans le cas africain, il s'agit d'«ethnies» et non plus de «peuples». La différence de terminologie (pourquoi ne pas utiliser le terme «ethnies» croate ou serbe?) suffit pour suggérer que ces massacres relèvent plus du biologique, de la sauvagerie incompréhensible, que de l'historique (qui permet de rationaliser les pires horreurs). Tout se passe comme si l'Afrique avait le monopole de la bestialité alors que l'on donne un sens aux horreurs européennes dont le XXe siècle a été le témoin. Or les archives montrent les racines politiques du mal. Elles permettent par conséquent de lutter contre un traitement raciste des conflits africains. Leur rôle est fondamental car elles donnent à l'historien les outils pour replacer les peuples d'Afrique dans l'histoire et pour leur redonner une dignité dont ils étaient privés jusque-là[20].

  

Les événements politiques peuvent à l'inverse favoriser l'ouverture des fonds diplomatiques. En effet, ces derniers peuvent constituer une arme pour répondre à une attaque provenant d'un gouvernement étranger. C'est le cas notamment des archives des années 1950 concernant les accords belgo-américains sur la vente d'uranium. Elles étaient fermées jusqu'à ce que la Commission diplomatique du ministère belge des Affaires étrangères marque son accord pour la consultation de ces documents par un chercheur américain, M.Helmreich. Ce dernier peut ainsi publier en 1983 un article sur The Uranium negotiations of 1944[21]. Mlle Peemans, directrice des archives, nous a expliqué les raisons qui font que la Commission a rendu ces archives accessibles. Au début des années 1980, le maréchal Mobutu lance une campagne hostile à la Belgique, laissant entendre que l'argent américain provenant de l'uranium ne devait pas aller à la colonie et avait été confisqué par la métropole. L'ouverture des archives est pour le gouvernement belge un moyen de prouver que Mobutu ment et de rétablir la vérité. En effet, à la lecture des sources, l'historien peut démontrer que les accords entre les États-Unis et la Belgique prévoyaient que l'argent de l'uranium devait servir au développement du Congo.

 

 

Le primat de l'échelle locale

 

 

L'utilisation des archives par l'historien permet en fait d'aller à l'encontre d'un certain nombre d'idées reçues; et notamment de celle qui réduit l'Afrique à une terre de conflits entre les grandes puissances, un simple enjeu de leurs rivalités politique ou économique. Dans cette perspective, les acteurs africains ne seraient que des pantins entre les mains des grands pays. L'Afrique serait constamment manipulée, dépendante, incapable de maîtriser son destin: elle serait «agie» et non actrice. Ainsi, les nouveaux pays indépendants sont souvent perçus dans le contexte de la guerre froide comme des proies faciles pour les deux Grands qui se divisent le monde. Prenons l'exemple du Congo. C'est là qu'a lieu en 1960 la première guerre africaine au cœur de la guerre froide. On lit souvent que les Soviétiques et les Américains s'y faisaient la guerre par l'intermédiaire des dirigeants congolais. Patrice Lumumba aurait été l'homme des Soviétiques, Moïse Tchombé l'homme des Belges et Cyrille Adoula (Premier ministre à partir de juillet 1961) l'homme des Américains. Cette vision est simpliste et pour tout dire fausse. En effet, les grandes puissances composent le plus souvent avec des dirigeants qu'ils sont loin de maîtriser. Elles doivent tenter de comprendre la complexité du terrain et s'y adapter. Parfois même, ce sont les acteurs locaux qui mènent le jeu et qui imposent leurs conditions. N'est pas toujours manipulé qui l'on croit.

 

 L'exemple de la Guinée illustre bien ce phénomène. La Guinée est le premier pays d'Afrique noire francophone à obtenir son indépendance en votant «non» au référendum de 1958. Ce pays est donc le premier à devoir établir des liens directs avec les deux grands, sans l'intermédiaire de l'ancienne puissance coloniale. Dans cette perspective, le dirigeant guinéen Sekou Touré adopte une politique particulière, qui vise à se vendre au plus offrant. De 1958 à 1961, la Guinée est dans la sphère d'influence soviétique. De 1961 à 1965, elle passe du côté américain. 1965, nouveau changement de cap de la part de Sékou Touré, au grand dam des Américains. Le 1er octobre 1959, un mémorandum destiné au président américain, et visant à préparer le voyage de Sékou Touré aux États-Unis, juge avec méfiance le dirigeant guinéen. Il évoque sa «tactique du pendule» («pendulum tactic»). Il s'agit d'un mouvement de va-et-vient entre les puissances dont il rechercherait l'aide et le soutien. Les Américains sont convaincus que le voyage de Sékou Touré aux États-Unis sera suivi d'un geste en direction de l'Union soviétique (sous la forme d'une visite d'État à Moscou ou dans une capitale de l'Est). Ils ont compris qu'ils ne sont pas maîtres du jeu.

 

 Cette conclusion, que l'on peut tirer à la lecture des archives, permet de comprendre avec plus de justesse la période récente. Aujourd'hui encore, il convient de se méfier de cette vision paranoïaque qui décrit une Afrique dépecée que chercheraient à se partager les grandes puissances. Derrière chaque crise (guerre civile ou coup d'État), se cacherait un complot ourdi par l'ancienne puissance coloniale ou par le géant américain qui chercherait à la concurrencer.

 

 Ainsi, au Zaïre, les États-Unis et la France mèneraient une lutte d'influence pour conserver ou conquérir des marchés. Mobutu, soutenu par la France, et Kabila, soutenu pas les Américains, seraient manipulés en fonction d'intérêts qui les dépasseraient. Certaines déclarations étayent ces hypothèses. En décembre 1996, Daniel Simpson, ambassadeur des États-Unis à Kinshasa, s'en prend vivement au Zaïre et à la France: «La France n'est plus capable de s'imposer en Afrique, dit-il. Le néocolonialisme n'est plus supportable, l'attitude française ne reflète plus la vérité des faits». Selon lui, la France continue d'appuyer des régimes «décadents[22].

  

Cependant, cette interprétation de la crise zaïroise est sans doute trop schématique. Jacques Godfrain, ministre de la Coopération, dénonçait en 1997 «le cliché: Kabila égale États-Unis et Mobutu égale France». Pour ce qui est du soutien français à Mobutu, il faut noter que les intérêts économiques français au Zaïre restent très faibles. Ce qui amène certains diplomates à déclarer «qu'en perdant le Zaïre, la France ne perd pas grand chose». Quant au nouveau dirigeant congolais, il semble échapper aux Américains. En effet, les États-Unis appellent Laurent Désiré Kabila à s'engager sur la voie d'une plus grande démocratisation à plusieurs reprises. «Il est important que le président Kabila continue d'avancer sur la voie d'une plus grand liberté» déclare par exemple le conseiller de Bill Clinton pour les Affaires de sécurité nationale, Sandy Berger. Le 19 mars 1998, la secrétaire d'État Madeleine Albright adresse à son tour un rappel à l'ordre à Kabila. Elle l'appelle à démocratiser son régime d'urgence et exige la libération immédiate des opposants politiques détenus arbitrairement ou placés en résidence surveillée comme Etienne Tshisekedi. Ces mises en garde restent lettre morte, bien qu'elles émanent de la première puissance politique et militaire du monde. Le géant doit assumer des alliés qui ne l'écoutent pas...

  

Il en est de même au Nigeria. Washington doit modérer sa dénonciation des atteintes aux droits de l'homme. Ce pays n'est-il pas son cinquième fournisseur de pétrole? L'intervention américaine en Somalie est un exemple encore plus marquant du primat des réalités locales. En octobre 1993, les téléspectateurs américains découvrent avec horreur le corps du marine Michael Durang piétiné après l'assaut raté contre le QG du général Aïdï. Un petit chef de guerre contraint les États-Unis à plier bagage, les obligeant à reconnaître qu'ils ont été dépassés par une situation dont ils avaient négligé la complexité.

 

 

Cette réflexion sur les méthodes, les sources et les enjeux de la recherche nous conduit à quelques conclusions temporaires. Tout d'abord, les archives nous permettent de replacer l'Afrique et les Africains au centre géographique des échanges diplomatiques; un enjeu crucial pour le temps présent. En outre, les archives permettent à l'Afrique de s'approprier son Histoire, de se concevoir comme actrice et créatrice de son passé, de ses luttes, de son identité. Enfin, la lecture des archives dans une perspective non bilatérale et la diversification des sources font naître de nouveaux questionnements.

 

 Quelle est l'influence de la guerre froide dans l'élaboration de la politique africaine des États-Unis? Comment s'élabore cette politique? Quelle en est la genèse? Quels en sont les acteurs? Il convient de dresser une évolution des rapports de force au sein du département d'État entre ceux que l'on appelle les Africanistes et les Européanistes. De l'autre côté, comment les diplomaties française etbelge tentent-elles de modifier ce qu'elles ne cessent de nommer «l'anticolonialisme traditionnel des Américains»? Au-delà de la réalité des politiques, quelle est la part des représentations et des préjugés dans les relations entre les deux pays?

 

 Quel est le poids réel des acteurs non gouvernementaux? L'existence d'une forte minorité noire aux États-Unis influe-t-elle sur la politique africaine des États-Unis? Quel est le rôle des acteurs de terrain: missionnaires, chercheurs, agents économiques? Pour répondre à ces questions, la consultation de nouvelles sources s'impose; des sources que les spécialistes des relations internationales n'ont jusque-là guère utilisées. Par exemple, les archives sportives ont trop souvent été négligées dans les études sur la décolonisation de l'Afrique. Le sport de masse, après avoir été introduit par le colonisateur européen-les Belges implantent le football au Congo dès les années 1920-, est devenu pourtant dans les années 1950 l'un des vecteurs essentiels de l'identité des futures nations africaines.

 

 L'étude de la période des indépendances africaines, telle que nous l'avons entreprise, nous offre par ailleurs l'occasion de mieux analyser la situation actuelle du continent africain. N'est-elle pas la clef qui permet de comprendre les crises actuelles en Afrique noire francophone, et notamment les rivalités franco-américaines? On l'a vu récemment lors des élections en Côte d'Ivoire: le gouvernement français s'empresse de reconnaître la légitimité du président Laurent Gbagbo alors que les Américains soutiennent le candidat évincé Alassane Ouattara. Plus largement, ce thème de réflexion nous permet de saisir la complexité des relations qui existent entre les gouvernements africains et les grandes puissances mondiales.

 



[1]    L'expression est de Charles-Robert Ageron. Voir son article «La survivance d'un mythe: la puissance par l'empire colonial (1944-1947)» dans Girault (R.) et Frank (R.), La puissance française en question (1945-1949) Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

[2]    Cité par Parker (R.A.C.), «British Perceptions of Power. Europe between the Superpowers» in Becker (J.) et Knipping (F.), Power in Europe? Great Britain, France, Italy and Germany in a Postwar World. 1945-1950, Berlin, Walter de Gruyter, 1986, VIII, p.583.

[3]    Kent(John), The Internationalization of colonialism-Britain, France and Black Africa. 1939-1956, Oxford, Clarendon Press, 1992.

[4]    Archives du ministère des Affaires étrangères, série Amérique, sous-série USA, volume 29, «Henri Bonnet à Robert Schuman 25 avril 1952».

[5]    Louis (William Roger),Imperialism at Bay, The United States and the Decolonization of the British Empire 1941-1945, Oxford, Oxford University Press, 1977.

[6]    Pervillé (G.), «La révolution algérienne et la guerre froide», Études internationales, mars 1985. MÉlandri (P.), «La France et le double jeu des Etats-Unis», in RIOUX (J.-P.) (dir.), La guerre d'Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

[7]    Poher (F.), La politique américaine et les nationalismes marocain et tunisien de 1942 à 1956, mémoire de DEA, université de ParisX Nanterre, 1991.

[8]    Aicardi de Saint Paul (M.), La politique africaine des États-Unis, Paris, Economica, 1984.

[9]    Noer (T.J.), Cold War and Black Liberation: The United States and White Rule in Africa 1948-1968, Columbia, University of Missouri Press, 1985; Borstelmann (T.), Apartheid's Reluctant Uncle: The United States and Southern Africa in the Early Cold War, New York, Oxford University Press, 1993.

[10]   Mac Ghee «Africa's rôle in the Free World Today», Department of State Bulletin, volume 25, n°625,16 juillet 1952.

[11]   Centre des archives d'outre-mer, Aix-en-Provence, «Rapport du comité central de la France d'outre-mer sur l'anticolonialisme américain: péril pour l'Europe», 1952.

[12]   Cummings (R.), «La politique américaine à l'égard de l'Afrique: continuité et changement, 1958-1988», Politique étrangère, IFRI, mars 1988, p.693-705.

[13]   Ses archives sont déposées au Center For Legislative Archives.

[14]   Charte des Nations unies, article 73, alinéae, in chapitre XI, «déclaration relative aux territoires non-autonomes».

[15]   Aicardi de SAINT PAUL (Marc), La politique africaine des États-Unis, Paris, Economica, 1984, p. 92.

[16]   Cette terminologie de «secte» est proprement francophone. Aux États-Unis, la Watch Tower (les témoins de Jéhovah) est classée parmi les Églises.

[17]   Un article paru en septembre 1997 dans le numéro 307 de Africa International s'intitulait «Ex-Zaïre: la CIA était bien dans le coup». Ce titre de journaliste peut paraître bien léger quand l'historien n'arrive pas encore à déterminer le rôle des agences de renseignement dans la crise de 1960!

[18]   De Witte (L.), L'assassinat de Lumumba, Paris, Editions Karthala (Traduction).

[19]   Une doctorante, Christine Deslaurier, travaille actuellement sur l'indépendance du Rwanda-Urundi sous la direction du professeur Jean-Pierre Chrétien.

[20]   Voir à ce sujet CHRÉTIEN (J.-P.), Prunier (G.) (dir.), Les ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, 1989.

[21]   Helmreich (M.), «The Uranium negotiations of 1944», in Le Congo belge durant la seconde guerre mondiale, Bruxelles, Académie royale des sciences d'outre-mer, 1983

[22]   «Rude critique américaine contre Paris et Kinshasa», Le Monde, 3décembre 1996