X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n° 09, Chantiers 2000 » Martine Lemaître-Demarquay, Le secteur audiovisuel de la BDIC

Martine Lemaître-Demarquay, Le secteur audiovisuel de la BDIC

Le secteur audiovisuel de la BDIC

 

 

Bulletin n° 9, printemps 2000

 

 

 

Martine Lemaître-Demarquay

 

 

 

Le colloque sur «les archives du cinéma pédagogique et scientifique à l'heure du multimédia» qui s'est tenu à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud a rappelé que: «L'intégration des images et du son, du cinéma, puis de la vidéo et du multi média dans l'enseignement et la recherche est une pratique beaucoup plus ancienne qu'on ne le croit communément, comme en témoignent l'importance et la diversité des archives existantes.»[1]

La Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, bibliothèque de recherche en histoire des relations internationales et du monde contemporain, située sur le campus de l'Université de Paris-10-Nanterre[2], acquiert justement, et depuis le début des années vingt, des documents audiovisuels d'importance pour l'étude de l'histoire culturelle, économique, politique et sociale du XXe siècle. Elle met à la disposition des étudiants et des enseignants-chercheurs de nombreux documents dans les langues d'origine (allemand, anglais, espagnol, hongrois, italien, polonais, russe...).

 

 La BDIC a pour mission, notamment, de fournir des sources primaires (archives privées, littérature grise, documents rares), à la communauté universitaire et aux étudiants avancés, notamment dans le domaine des relations internationales au XXe siècle.

 

Au moment où s'ouvrent à Paris de grands centres de consultation audiovisuelle (comme le Département de l'audiovisuel de la BNF ou l'Inathèque de France), rappelons l'originalité du fonds audio-vidéo de la BDIC, qui rassemble des documents français ou étrangers ainsi que des archives privées.

 

 Créées au début du siècle, les collections de la Bibliothèque et Musée de la Guerre (devenus en 1925 la BDIC) recueillent, dès les origines, tous les types de supports disponibles (imprimés, images, sons et objets porteurs d'un message idéologique), comme par exemple des compilations sur disques de discours d'hommes politiques ou des chants engagés (partisans ou militaires).

 

 Il faut attendre cependant l'immédiat après-guerre (1949) pour que ces collections s'enrichissent, notamment avec la donation de la Direction des domaines de la Seine. Centralisant les opérations de la Confiscation «Pétain», la Direction a fourni 800 disques et textes écrits des discours et audiences du Maréchal Pétain, de 1917 à 1944. Toute la période du gouvernement de Vichy (1940-1944) y est présente de façon exhaustive.

 

 Si la vocation première de la BDIC est de recueillir non seulement des sources documentaires nationales sur la vie intérieure et la politique extérieure de la France, son effort de collecte s'est porté également sur la documentation étrangère et, plus particulièrement, sur le regard extérieur porté sur la France tout au long du XXe siècle. Les trois-quarts de la documentation audiovisuelle d'aujourd'hui sont ainsi de provenance étrangère, dans les langues d'origine. Les pays les plus représentés sont l'Allemagne, l'Espagne, la Grande-Bretagne, la Hongrie, l'Italie, la Pologne. Quant à la production française, la veille documentaire se fait autour des deux guerres mondiales, des conflits contemporains, des génocides, des massacres de population, des luttes sociales, des migrations politiques (exilés, déplacés...), des Droits de l'Homme et, enfin, sur la perception des relations internationales à travers les portraits d'hommes politiques (comme, par exemple, de Gaulle, Churchill, Lénine, Mussolini, Staline, Mao Tsê-tung, Che Guevara, Gandhi, ...).

 

 Le fonds audiovisuels de la BDIC compte aujourd'hui plus de 3.000 documents répartis entre 1.500 documentaires (sur l'histoire du monde contemporain dont la plupart sont des documentaires étrangers), 800 vidéogrammes d'archives (plus axés sur la politique intérieure française et relatifs à des témoignages de Français ou de personnalités ayant été témoins ou acteurs de la vie politique française), 600 documents sonores (témoignages ou émissions de radio enregistrés sur cassettes audio, comme par exemple l'émission Laissez-passer réalisée par les Associations «France terre d'asile» et «Documentation réfugiés» relative à l'exil et aux Droits de l'homme, déposée dans son intégralité à la BDIC en 1998), 150 disques (discours d'hommes politiques français et étrangers), quelques cédéroms ...

 

 

Parmi cette vaste documentation, quelques points forts

 

 Les exilés polonais en France, avec la revue Kontak, publient en 1982des textes et des vidéos sur Solidarnoscet sur la clandestinité. Par une politique de dons doublés d'achats, ces documents sont entrés dans leur quasi totalité à la BDIC.

 

 Les opposants au régime politique hongrois, à la fin des années 1980, réalisent des Chroniques télévisuelles hongroises, publiées par la Fondation «Fékété Doboz». Ces documentaires relatifs à la vie politique, économique et sociale en Hongrie, entre 1989 et 1993, diffusés d'abord clandestinement, vont révéler mois par mois le changement de tendance politique et la mise en place du nouveau régime en Hongrie. Dans ce fonds, se trouvent également des portraits vidéo de témoins et d'acteurs du soulèvement populaire de 1956 à Budapest, ainsi que des documents portant sur l'organisation du parti politique FIDESZ[3], et des interviews du philosophe et politologue Bibo.

 

 Un fonds important mérite également d'être signalé ici, portant sur l'émigration espagnole à la fin de la Guerre civile en Espagne (1936-1939), avec de nombreux témoignages sur l'exil vers la France de la population espagnole et sur la vie dans les camps d'internement dans le Sud-Ouest de la France, avec de nombreux témoignages d'anciens des Brigades internationales (notamment les entretiens réalisés pour le documentaire Brigadistas). Des films réalisés avec les archives télévisuelles espagnoles retracent l'histoire de la transition politique espagnole, du général Franco à Juan Carlos[4]. Sans oublier un don récent de la production cinématographique de la Confederación general del trabajo (CGT espagnole)[5].

 

 Citons les documentaires américains sur l'opposition à la guerre du Vietnam et sur l'anti-conformisme de la jeunesse américaine et la contestation des campus, réalisés à partir des chroniques de la télévision américaine dans les années soixante. Ils peuvent être utilisés dans le cadre de travaux comparatifs et d'études de cette période, à travers une série, de six heures d'archives, intitulée Making sense of the sixties (PBS), que viennent compléter les vingtaines de vidéogrammes d'archives et de documentaires sur Mai 68 en France.

 

 Deux études américaines évoquent l'histoire de la Chine communiste, Mao years, 1949-1976 et China in Revolution, 1911-1949.

 

 Notons le regard des États-Unis porté sur les musulmans et le fondamentalisme islamique avec quatre documentaires: Islam is the Answer, Jihad in America, Islamic Fundamentalism and Democraty, Muslims in Bulgaria; ainsi que l'étude du conflit à l'est du Timor qui vient de faire l'objet d'un récent documentaire, Agression and self-determination: massacre in East Timor.

 

 Enfin, signalons l'entrée, en 1998, des archives filmiques italiennes de l'Instituto Luce et de l'Archivio nazionale cinematografico de la Resistenza, sur le fascisme, la Résistance, la guerre d'Éthiopie, les colonies italiennes, les Italiens engagés dans la Guerre civile espagnole,... ou bien encore l'acquisition des actualités cinématographiques italiennes de 1922 à 1940, ainsi que tous les discours de Mussolini.

 

 C'est dire l'étendue des champs de recherche possibles à partir de cette documentation spécifique qui suit l'orientation générale des collections de la BDIC.

 

 

Sauvegarder la mémoire

 

 

Le service audiovisuel de la BDIC a axé, depuis peu, son effort sur la sauvegarde de la mémoire et recueille des témoignages, sur support vidéo, autour d'événements historiques d'importance pour l'étude de l'histoire de ce siècle et plus particulièrement portant sur la seconde moitié du XXe siècle. Le service audiovisuel devient donc, à son tour, producteur de portraits vidéo de témoins ou d'acteurs de l'histoire. L'objectif est de fournir de nouvelles sources d'études autour de la mémoire et de transmettre aux générations à venir, des matériaux pour analyser les faits culturels, économiques, politiques et sociaux de notre époque.

 

 Ces témoignages sont regroupés dans une série intitulée Mémoires vivantes. Une centaine d'entretiens ont déjà été réalisésà l'occasion de grandes expositions à thème qui se sont tenues au Musée d'histoire contemporaine[6] ces dernières années. Trente portraits vidéos de pionniers de la télévision française (Georges de Caunes, Daisy de Galard, Pierre Dumayet, Raymond Marcillac, Jacques Poinsignon, Marcel Bluwal, Claude Santelli, ...)ont été recueillis ainsi que trente portraits de personnalités de nationalités diverses, du monde des lettres, des arts, du sport, installées en France et ayant connu l'exil (Alfredo Arias, Tahar Ben Jelloun, Michel Jazy, Deva Koumarane, Saly Nyolo, Antonio Soriano, Tran Van Khê,...), des témoignages d'hommes politiques (André Chandernagor, Claude Cheysson, Hubert Védrine, ...), des témoignages sur la déportation, notamment ceux livrés par les anciens déportés au camp de Dora, et ceux sur la Résistance, recueillis au cours des dernières années.

 

 

Des groupes de recherche partenaires

 

Ce travail de sauvegarde de la mémoire s'inscrit dans le prolongement de travaux déjà effectués par des groupes de recherche qui déposent leurs enregistrements, sonores ou filmés, à la BDIC.

 

· La Mémoire grise à l'Est: 250 interviews effectuées dans les pays communistes avant 1989 (Albanie, Bulgarie, Hongrie, Pologne, RFA, ex-RDA, Tchécoslovaquie, URSS, Yougoslavie, Lituanie,...)[7].

 

 

· Le Césame[8] : travaux d'enquête sur la mémoire en Amérique latine qui alimentent régulièrement les collections audiovisuelles de la BDIC. Ces enregistrements portent sur la Bolivie (autour du Movimiento nacionalista revolucionario, 1942-1977), sur Cuba (autour de l'histoire de la Révolution cubaine, avec des entretiens du colonel Dariel Alarcon Ramirez dit «Benigno», aujourd'hui en exil en France, ancien compagnon de Ernesto «Che» Guevara), ainsi que sur le Pérou (autour de la Federacion nacional de trabajadores mineros).

 

· Mémoires de 68 : nombreux documents relatifs aux «événements» de mai-juin 1968 en France.

 

 

Les archives privées de journalistes

 

Aux côtés des acquisitions de documentaires historiques français et étrangers, des contributions de chercheurs ou encore de ses propres productions, le secteur audiovisuel reçoit également de nombreux dons sous forme de dépôts d'archives privées de journalistes et réalisateurs (rushes, scripts, ...). Plus de 800 vidéogrammes constituent des sources inexplorées et inédites, appropriées au public de chercheurs qui fréquentent une bibliothèque spécialisée.

 

 

Parmi les principales archives privées audiovisuelles, les fonds suivants méritent d'être signalés:

 

 Les archives du réalisateur Mosco: 370 vidéogrammes, déposés en 1992, relatifs aux interviews des membres exclus ou démissionnaires du Parti communiste français, de 1920 à nos jours, comme Jules Fourrier, ex-député du Front Populaire, Fosco Foscardi, membre de l'Organisation spéciale du Parti, Lucien Hérard, Adrien Langumier, Roger Pannequin, Auguste Lecœur, André Pierrard, Pierre Juquin, dont les entretiens ont été réalisés pour les besoins de son film documentaire «Mémoires d'ex» diffusé sur France 3, en 1991.

 Les archives du journaliste Fernando Malverde et de France3-IDF: 150 vidéogrammes, entrés en 1998, correspondent à des interviews de Résistants retrouvés après appel à témoin sur la Libération de Paris. Ces interviews ont donné lieu à une série intitulée «L'Été de la liberté»[9], dont un certain nombre de témoins deviendront des figures marquantes de la vie politique française d'après-guerre et qui sont aujourd'hui décédés: Daniel Mayer, Edgar Pisani, Maurice Schumann,...

 Toujours de Fernando Malverde, d'autres sujets «infomag»[10], comme les interviews réalisées en octobre 1996, à l'occasion des cérémonies de commémoration des Brigades internationales à Madrid, avec des témoignages de Henri Rol-Tanguy, Lise London, André Pieplu et Louis Bilézy, pour l'émission «Retour à Madrid, le temps des brigadistes».

 Des interviews de témoins sur la Résistance et la déportation: Maurice Rajfus, Henri Bulawko, Adam Rayski, André Tollet, ancien président du Comité de Libération de Paris, syndicaliste, qui livrent, à l'occasion de l'évocation de leurs vies, leurs souvenirs sur le Front Populaire (11 cassettes).

 

 Les interviews sur Mai 68 à l'ORTF, avec des témoignages d'Édouard Guibert, responsable du Syndicat national des journalistes, Michel Honorin, grand reporter à «Cinq colonnes à la une», François de Closet, journaliste aux «Actualités télévisées», Édouard Sablier, directeur de l'information, ainsi qu'une copie du sujet Infomag: «Un pavé dans l'écran», diffusé le 24 mai 1998 (20 cassettes).

 

 Enfin le dépôt d'archives du reporter Philippe Lobjois relatif à un reportage sur la guerre en ex-Yougoslavie «Mourir pour Dubrovnik» et sur la chute de Vukovar en 1991.

 

 Tous ces travaux journalistiques correspondent à la totalité du matériau filmé pour la réalisation d'un documentaire construit, et non à la part conservée dans le film ou l'émission, c'est dire l'intérêt et la masse d'informations contenue dans ces documents audiovisuels bruts. Sources inexplorées, elles permettent d'étudier l'écriture filmée de l'histoire et donc des points de comparaison dans l'analyse de faits historiques contemporains.

 

 Très respectueux du travail d'enquêtes et de l'intérêt historique pour les informations contenues dans les interviews que réalisent les étudiants de 3e cycle pour la rédaction de leur thèse[11], le service audiovisuel de la BDIC invite les étudiants et les universitaires qui ont utilisé ces formes d'enquêtes (témoignages, entretiens, ... autour de la politique française et/ou étrangère, réalisés sur support vidéo ou support audio), à déposer leurs travaux dans les collections audiovisuelles de la BDIC[12], afin qu'ils servent à nouveau à d'autres historiens, demain.

 

 



[1] Colloque européen - 21 et 22 octobre 1999 - ENS de Fontenay-Saint-Cloud.

[2] BDIC, 6 allée de l'Université - 92001 Nanterre cedex

[3] Créé en1989

[4] La transicion espanola, trez capitulos, de décembre 1973 àjuillet 1977

[5] Acquis en octobre 1999

[6] BDIC/MHC (Musée d'histoire contemporaine), Hôtel des Invalides, Paris (Département conservant toute l'iconographie et la partie Musée (affiches, objets, photographies, tableaux...) de la BDIC).

[7] Inventaire des documents collectés de 1985 à 1995. BDIC

[8] Centre pour la sauvegarde de la mémoire populaire.

[9] Série diffusée du 1er au 28 août 1994, sur la chaîne de télévision France 3

[10] Émission régulièrement diffusée sur France 3 abordant des sujets différents à chaque fois, mais toujours liés à l'histoire sociale et politique française

[11] Cela s'adresse bien entendu à ceux qui utilisent ce type d'enquête enregistrée (audio-vidéo).

[12] Service audiovisuel, BDIC, 6, allée de l'université 92001 Nanterre-cedex, 1erétage. Ouvert le lundi à partir de 14 h à 17 h, du mardi au vendredi de 10 h à 17 h. Pour le Fonds d'archives, prendre rendez-vous, tél. 01.40.97.79.63, e-mail: Martine.Lemaitre@u-paris10.fr