X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n° 08, Chantiers, 1999 » François Durpaire, Le rôle des missions protestantes américaines dans la décolonisation de l'Afrique noire francophone

François Durpaire, Le rôle des missions protestantes américaines dans la décolonisation de l'Afrique noire francophone

Le rôle des missions protestantes américaines dans la décolonisation de l'Afrique noire francophone

 

 

 

Bulletin n° 8, automne 1999

 

 

 

 

 

François Durpaire

 

Devant une assemblée de sénateurs américains, de membres du gouvernement et de représentants d'Églises, un missionnaire américain partant pour l'Afrique exprime ses ambitions :

« Il est grand temps que notre idéal démocratique nous fasse prendre conscience des devoirs qui nous incombent envers les peuples sous dépendance de manière à devenir pour eux des émancipateurs ».

Ses propos, qui sont tenus au sortir de la Seconde Guerre mondiale, sont révélateurs d'un nouvel état d'esprit : les problèmes coloniaux ne sont plus l'affaire des seules puissances coloniales et de leurs gouvernements. Ils concernent la communauté internationale et au premier chef les États-Unis de tradition anticolonialiste. Ils intéressent tous les acteurs présents en Afrique, même si leur démarche n'est pas immédiatement politique.

 Les missionnaires constituent la majorité des Américains vivant en Afrique. Ils atteindraient le nombre de 10 500 en 1960, soit 65 % du total des missionnaires protestants! Cette importance numérique invite à se demander quelle influence réelle ces missions ont eue et quel rôle elles ont joué dans les décolonisations.

 L'espace de notre étude pose le problème de l'émancipation en des termes originaux. En effet, le protestantisme n'est pas, en Afrique noire francophone[1], dans son espace «naturel»; le protestantisme n'a pas ici de légitimité reconnue (comme en Afrique britannique). Dans le cas de l'Afrique belge, il y a une collusion évidente entre l'administration et le mouvement missionnaire catholique, le protestantisme étant clairement considéré comme une religion étrangère. La France, république pourtant laïque, ne se comporte pas différemment dans ses territoires. À l'exception peut-être du Cameroun et du Togo (anciennement allemands), les missions protestantes sont vues comme des missions étrangères dont il faut se méfier. La légitimité des missions catholiques vient, en revanche, de l'ancienneté de leur implantation et de leur caractère prétendument national. Tout se passe comme si le principe de laïcité ne s'appliquait qu'au seul territoire métropolitain. Le protestantisme en Afrique francophone subit l'opposition de l'administration coloniale qui multiplie les obstacles à son action.

  Paradoxalement, cette situation, loin de l'affaiblir, semble en faire sa force. Les relations difficiles avec les autorités ont pour contrepartie une popularité accrue auprès des Africains : si cette religion est maltraitée, c'est qu'elle est étrangère à la colonisation et qu'elle peut donc jouer le rôle de refuge politique. Le paradoxe n'est donc qu'apparent. Là où le protestantisme est «minoritaire» (Afrique francophone), il apparaît comme un moyen d'émancipation; les conversions se multiplient. Là où il est «officiel» (Afrique britannique), il semble être l'allié des autorités coloniales; son prestige est moindre auprès des populations locales.

 Cette force de la subversion apparaît dans les chiffres. En 1955, l'Afrique belge, malgré l'emprise de l'Église catholique, est le troisième grand centre de protestantisme africain (787 000 fidèles), derrière l'Afrique du Sud et le Nigéria[2]. Certes, l'Afrique belge est un vaste territoire, comptant plus de quinze millions d'habitants. Cependant, le constat est le même si l'on étudie les pourcentages.

 L'Afrique noire belge compte 5 % de protestants, le Cameroun 6 % (213 000 protestants), Madagascar 12 % (527 000 protestants), soit plus que de nombreux territoires britanniques. Le Kenya n'a que 4,5 % de protestants, le Tanganyika moins de 4 %... La vitalité, le dynamisme du protestantisme en Afrique francophone sont donc bien liés à sa situation de minorité, de même que c'est son caractère officiel qui le fait péricliter dans de nombreuses régions de l'Afrique britannique.

  

La force des missions américaines

  

La conférence d'Otterbein (19-25 juin 1942)

 La Foreign Missions Conference of North America réunit à Otterbein College (Westerville - Ohio) la première «Church Conference on African Affairs». Il s'agit de réfléchir sur l'action chrétienne en Afrique et la création d'une Église africaine. Cette conférence donne un certain nombre de recommandations allant dans le sens d'une participation de plus en plus large des Africains aux affaires publiques. (Aucun changement politique ne doit se faire dans les colonies sans tenir compte des populations intéressées).

  

Dans cette perspective, les États-Unis ont un rôle déterminant à tenir :


«Le gouvernement des États-Unis doit se préparer à se joindre aux autres nations dans une organisation internationale qui [...] veillera à ce que les articles de la Charte de l'Atlantique soient dûment appliqués, de manière à protéger les intérêts des peuples africains »[3].

 

 Les organisations protestantes américaines militent pour un régime international de tous les territoires qui ne seraient pas encore capables de se diriger eux-mêmes : mandat, trusteeship, gardianship[4]. Le système de tutelle internationale proposé par la diplomatie américaine à la fin de la guerre émanerait donc de la conférence d'Otterbein. A la veille de Dumbarton Oaks (septembre 1944), le conseil des missions américaines fait tenir à Cordel Hull et EdwardJrStettinius une série de recommandations concernant la politique d'émancipation des peuples sous tutelle. A Hot Springs (1945), la délégation américaine ne manque pas de rendre «hommage aux travaux d'approche accomplis par les organisations des Églises protestantes des États-Unis et de Grande-Bretagne».

 

 La conférence d'Otterbein préconise également que soit créée au sein du State Department, une division qui s'occuperait spécialement des affaires africaines (à l'époque, l'Afrique est du ressort de la division du Proche-Orient ou de l'Europe occidentale). Suite à ces recommandations, une division africaine (African division) est effectivement créée au State Department. Elle est composée de huit spécialistes de l'Afrique et se tiendra d'ailleurs en contact permanent avec les organisations missionnaires américaines.

  

Le symbole de ce rôle des missions dans la diplomatie américaine (et de cette interaction du religieux et du politique) est la personnalité de John Foster Dulles. Celui-ci est à la fois président du Comité protestant pour une paix juste et durable et conseiller technique du gouvernement américain à la conférence de San Francisco et de Londres. Au Congrès fédéral des Églises du Christ à Columbus (Ohio), il demande aux puissances coloniales de promouvoir le bien-être des peuples sous leur dépendance, «l'assurer leur développement économique et social et d'instaurer des essais de gouvernement par eux-mêmes en aidant le progrès de leurs libres institutions politiques». En 1953, John Foster Dulles est nommé secrétaire d'État par le président Eisenhower...

 C'est cependant leur présence massive sur la terre d'Afrique qui assure aux missions américaines leur moyen d'action le plus efficace. Le mouvement missionnaire protestant est tout d'abord d'une grande diversité. Pour le Rwanda-Urundi, territoire pourtant minuscule, on compte, en 1952, dix-huit missions américaines différentes. On imagine ce qu'il en est pour le Congo! Il est possible de dresser un tableau des missions américaines présentes dans cet immense territoire[5]. Toutes les grandes confessions protestantes y sont représentées : les missions luthériennes (United Lutheran Church in America, etc. ), les missions de «frères», les missions calvinistes (Presbyterian Church in the USA, etc.), les missions épiscopaliennes, puritaines, baptistes ou méthodistes... En marge de ces confessions classiques, on trouve des mouvements prophétiques comme les adventistes (ils seraient aussi très actifs au Rwanda-Urundi et compteraient mille deux cents fidèles au Cameroun français). Quant aux «Assemblies of God», mouvement prophétique originaire de l'Arkansas, ses dirigeants revendiquent en 1952 mille fidèles au Congo belge et plus de mille trois cents en Afrique française! Enfin, les missions libres, indépendantes de toute confession, sont particulièrement nombreuses au Congo belge. La Christian and Missionary Alliance compte dans la région du bas Congo 22015 fidèles, un personnel américain de 29 missionnaires et un personnel africain massif : 910 missionnaires. Il y aurait 6309 fidèles en AOF et 589 au Gabon. L'American Bible Society joue, elle aussi, un rôle déterminant en publiant, à la demande des missionnaires américains, des textes religieux dans les langues vernaculaires. Ainsi, des publications en lega, kikwango ou otetela existent au Congo belge; des bibles en malinké circulent en AOF...

 Le Congo belge est la colonie où les missions protestantes américaines sont les plus nombreuses; sur les 1500 missionnaires protestants présents au Congo, les trois quarts sont américains. Cependant, cette diversité, qui est l'indice d'une grande vitalité, peut aussi constituer un handicap. Ainsi, l'Africa Inland Mission, mission libre très stricte du point de vue doctrinal, s'oppose à la présence d'innovateurs tels que les adventistes. Les germes de la division existent et menacent l'efficacité du mouvement missionnaire dans son ensemble. La nécessité d'efforts dans le sens de l'unification apparaît donc de plus en plus impérieuse...

  

La conférence missionnaire protestante du centre-ouest africain (13-24 juillet 1946)

 

 Lors de la conférence missionnaire protestante du centre-ouest africain, qui se tient à Léopoldville, deux cents pasteurs, dont une majorité d'Américains, réfléchissent à l'unification de l'Église protestante. Tout doit être fait pour amener les Noirs à aimer les pays qui leur envoient des apôtres. A la suite de cette conférence est décidée la création d'une Église protestante unique du centre-ouest africain (AEF, Congo belge, Angola). Le pasteur Emory Ross, secrétaire de la conférence des missions étrangères d'Amérique du nord, préside la séance inaugurale. Il ne cache pas son admiration pour l'ONU et tout le bien qu'il en attend dans les applications de la charte de San Francisco. Le consul général de France au Congo belge, présent à la conférence, fait état de ses inquiétudes à Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères :


«Le gouvernement américain ne craignant pas d'écarter les missionnaires de leur véritable apostolat, s'en sert pour étendre son influence sur les pays du centre-ouest africain. Sans mettre en doute les bonnes intentions qui animeront les véritables pasteurs venant des États-Unis, il n'est pas douteux qu'ils disposent de fonds considérables et que les autochtones seront ainsi attirés dans l'orbite américaine »[6].

 Pour contrebalancer cette influence, le consul propose le développement en Afrique francophone de missions protestantes françaises et britanniques.

 L'événement principal de cette conférence est cependant le scandale suscité par le discours inaugural du consul Buell (consul général des États-Unis au Congo belge). Celui-ci affirme que chaque missionnaire est un «représentant de son pays à l'étranger». Il laisse de côté les aspects religieux et spirituels de la mission pour n'insister que sur son aspect politique et économique. Il évoque les «responsabilités qui incombent à tout missionnaire dans le domaine politique». Au Congo belge, 90 % des résidents américains sont missionnaires. Les connaissances que les Africains peuvent avoir sur les États-Unis dépendent donc uniquement des missionnaires. Il faut opérer une plus grande sélection dans le choix des missionnaires envoyés au Congo belge, établir des inspections plus fréquentes et veiller à la mise à la retraite des missionnaires trop âgés. Le relèvement du niveau des missionnaires doit permettre d'augmenter leur prestige :

« Le rôle du missionnaire dépasse le besoin sentimental de faire du bien à son prochain; c'est une profession dans laquelle il faut devenir expert ».

Ce discours est très mal reçu. Les consuls français et britannique reprochent au consul américain de ne pas les avoir consultés sur le texte du discours qu'il devait prononcer comme doyen du corps consulaire. Les autorités belges envisagent de demander au gouvernement américain le rappel du consul incriminé. Cette démarche ne sera pas nécessaire. Quelques jours après ce discours, le 23 juillet, Buell est nommé consul général à Johannesburg et quitte donc le Congo belge...

 L'unité est un enjeu majeur. Elle permet aux missions de lancer des messages clairs et cohérents. Le Conseil national des Églises chrétiennes (FCCC) fait paraître en 1956 une déclaration sur la responsabilité américaine envers l'Afrique. La présence d'une minorité noire sur le sol américain ne rend-elle pas les États-Unis plus concernés que n'importe quel pays par la situation des Noirs africains ? Dans les faits, ce progressisme se traduit par la volonté de confier les nouvelles Églises aux Africains. Le 4 mai 1960, le révérend méthodiste Gerald Kennedy déclare que «l'église chrétienne doit être indigène ou elle sera rejetée comme une foi étrangère». En avril 1952, les autorités du Cameroun se plaignent des pasteurs africains de la mission protestante américaine de la région d'Edea. Ces derniers auraient «soutenu ouvertement la candidature à l'assemblée territoriale du leader de l'UPC, Um Nyobé, dont «l'attitude anti-française est bien connue»[7]. Ruben Um Nyobé, fondateur de l'Union des populations du Cameroun (UPC), lié tout d'abord au RDA, n'a pas suivi son revirement. Il est resté sur une ligne intransigeante, réclamant l'indépendance du Cameroun unifié et l'élection immédiate d'une assemblée législative au suffrage universel. Les encouragements donnés à Um Nyobé par les pasteurs américains sont donc significatifs. Un rapport préparé par le ministère de la France d'outre-mer attribue la responsabilité d'incidents constatés en 1949 et 1950 au nord de la Fédération à l'influence néfaste des établissements protestants locaux :


«Francophobes ou candides rêveurs, la plupart des pasteurs anglo-saxons contrecarraient volontairement ou par maladresse tout acte de commandement de l'administration».

 

Le rapport s'en prend plus particulièrement aux Églises réformées noires :


«Ces Églises, conservant quelques pratiques apprises des pasteurs américains, sont surtout orientées vers l'émancipation et le racisme noir [...]; des slogans anti-français et anti-européens sont souvent propagés par les évangélistes»[8].

 

En avril 1958, un spécialiste de l'Afrique au Quai d'Orsay, Paul Marc Henry, déplore la difficulté qu'il y a à combattre la propagande qui s'exerce en faveur des agitateurs du Cameroun, «compte tenu des liaisons étroites qui existent entre les nationalistes et les Églises presbytériennes noires des États-Unis»[9].

 

Le statut difficile des missions protestantes

 

En Afrique française

 

Ce dynamisme des missions protestantes se fait dans un contexte d'hostilité des autorités coloniales. La présence en territoire français d'institutions étrangères est considérée par ces derniers comme une atteinte au principe de la souveraineté absolue. On dénonce le fait que de nombreux Africains affiliés à des groupements nationalistes ont été formés par les missions américaines ou sont eux-mêmes des pasteurs.

En juin 1945, l'agitation nationaliste à Madagascar est attribuée à trois pasteurs hovas. Dans la nuit du 29 au 30 mars 1947, les nationalistes malgaches reprennent l'offensive, en massacrant des colons et en opérant des sabotages. Le Quai d'Orsay demande au département d'État d'inviter le consul général des États-Unis à Tananarive à «démentir les allégations des rebelles qui voudraient faire croire à une complicité morale et même matérielle des États-Unis avec eux»[10]. Le gouvernement américain, au grand dam des Français, refuse de prescrire à son agent consulaire une attitude qui pourrait être interprétée comme «le désaveu des aspirations d'un peuple vers la liberté».

 Les autorités coloniales rappellent le passé de l'île. En 1869, les révoltes nationalistes malgaches, qui conduisirent les Français à la conquête, n'avaient-elles pas été les conséquences de la conversion au protestantisme de la reine Ranavalona II et de plusieurs de ses ministres ?

 On s'inquiète également du soutien financier dont bénéficient les missions américaines, une grande partie de leurs subsides provenant de l'institution Rockfeller. Pour contrebalancer ce soutien, les autorités françaises entendent favoriser les missions catholiques au détriment du principe d'égalité de traitement défini par le décret du 16 janvier 1939[11].

  

En Afrique belge

  

L'action des missions américaines rencontre plus de difficultés encore dans les colonies belges. La convention de 1906 donnait une influence presque exclusive aux missions catholiques belges. Ces derniers se voyaient octroyer des concessions foncières à perpétuité : des subventions leur étaient allouées pour leur activité scientifique, enseignante et religieuse.

 Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l'administration coloniale continue à accorder sa préférence aux institutions catholiques en tant qu'agent d'éducation. L'entrée du territoire n'est pas refusée aux missions américaines. Cela serait contraire à la convention de Saint-Germain et à la charte des Nations Unies. Cependant, elles n'ont pas le droit de recevoir des subventions du gouvernement colonial. Ces privilèges sont réservés aux missions dites «nationalistes»[12]. Il s'agit bien de la reconnaissance d'une religion d'État au sein de la colonie.

 Malgré cette inégalité de traitement, il y a plus d'élèves dans les écoles des missions protestantes anglo-saxonnes que dans celles des missions nationales (on sait pourtant que le gouvernement belge considère que l'éducation des Noirs doit être confiée aux institutions religieuses). Après la guerre, l'arrivée de missionnaires américains est massive. Ils forment donc un groupe de pression influent, rendant le maintien d'un statut inégalitaire de plus en plus difficile. Les demandes américaines se multiplient et conduisent les autorités coloniales à réviser leur politique à l'égard des missions étrangères.

  

Le cas des YMCA

 

 En marge du mouvement missionnaire, on trouve les YMCA[13], qui cherchent aussi à s'implanter en Afrique. En mai 1947, George Haynes, président de l'organisation, accompagné du pasteur Gaillard, secrétaire général de l'Union Française des jeunes gens se rend en AEF et au Congo belge. Ce voyage suscite les plus grandes méfiances de la part des autorités coloniales. Il faut dire que George Haynes est un fervent militant anti-colonialiste. En 1954, il est l'un des fondateurs de l'American Committee in Africa, qui se donne pour but de lutter contre «le colonialisme sous toutes ses formes» et d'aider les peuples africains à acquérir leur indépendance. L. Petillon, gouverneur général du Congo belge, reçoit G. Haynes en lui déclarant nettement que «si l'YMCA entendait exercer son activité en territoire belge, elle ne devait favoriser sous quelque forme que ce fût aucune propagande»[14].

 En avril 1949, Overgaard, un autre représentant des YMCA, fait un voyage d'étude au Congo belge. Les autorités coloniales le préviennent que si les groupements sont créés, ils seront suivis de très près afin que ne s'y exerce aucune influence néfaste. Overgaard tente de rassurer ses interlocuteurs, en insistant sur le fait que les cadres de l'YMCA, «certes constitués par une majorité de protestants, comportent également des éléments catholiques, notamment à Bruxelles»! Les autorités belges prennent comme prétexte à leur réticence le fait que de nombreuses associations de jeunesse «pro-indigènes» sont déjà présentes au Congo belge (notamment les scouts catholiques) et que les YMCA feraient alors double emploi. Mais le problème est bien politique : les autorités coloniales craignent que cette installation donne lieu à «l'arrivée au Congo belge de nouveaux éléments américains, pourvus de fonds considérables»[15].

 L'organisation américaine tente également de s'implanter en Afrique noire française, plus particulièrement au Cameroun[16]. Des foyers sont fondés à Douala, à Foumban (ville à majorité musulmane mais qui comprend une église protestante). Des camps de jeunesse sont organisés et ont une orientation très civique. «Être chrétien n'exclut pas être citoyen», précise l'un des programmes[17]. Il ne semble pas exagéré de dire que ces actions participent à la formation politique et civique de la jeunesse africaine. Le mouvement s'étend très rapidement au cours des années 1950. Les sections se multiplient dans le pays bamoun, dans la région Bamiléké, dans la région du Mongo, à Douala, à Yaoundé où les YMCA sont en étroite collaboration avec la Mission presbytérienne américaine. Le succès du mouvement auprès des jeunes Africains s'explique par la réponse qu'il semble apporter à leurs revendications.


«Depuis plusieurs années, nous vivons au Cameroun un volcan politique et social, dont le feu est régulièrement alimenté par les incompréhensions et les actes de ségrégation qui séparent Blancs et Noirs, écrit l'un des dirigeants du mouvement en avril 1957. Nous nous enfonçons toujours plus dans une impasse, qui sera bientôt aussi grave que celle d'Algérie».

 C'est ce type de discours, bien plus politique que spirituel, qui trouve un écho dans la jeunesse camerounaise, qui répond à l'attente des jeunes élites africaines. En 1955, CharlesD.Sherman, un Noir du Libéria, devient président de l'Alliance universelle. Cet événement confirme bien la stratégie africaine des YMCA.

  

L'amélioration du statut des missions américaines

  

Les concessions belges

 

 En novembre 1944, une manifestation de missionnaires américains a lieu à New York. Ils dénoncent les subsides considérables alloués aux écoles catholiques. Les protestants, qui paient également les taxes d'où ces subsides sont tirés, n'en retirent aucun bénéfice. On peut lire dans le New York Times du 25 novembre 1944 :


«dans de nombreuses régions du Congo, on ne trouve que des écoles catholiques quoique la population catholique ne soit pas dense; et les protestants sont obligés ou d'aller à ces écoles, ou de ne pas aller à l'école».

 

Un rapport de l'OSS juge sévèrement l'attitude de l'Église catholique :


«These practices which favor the catholic church reflect the strength of that church at home and its aggresive missionary spirit in the African field»
[18].

 

Et de réclamer pour les missions protestantes le respect des accords internationaux qui prévoient une égalité totale entre les différentes religions.

 Le docteur Emory Ross, cheville ouvrière des groupements missionnaires protestants au Congo, fait un voyage à Bruxelles en mars 1945 pour défendre auprès des autorités belges les intérêts de ses missionnaires. Les Belges reconnaissent volontiers qu'il y a une différence de régime entre les missions catholiques et les missions protestantes. D'une part, les missions catholiques reçoivent par poste plus de terre que les missions protestantes (les uns reçoivent cent hectares, les autres vingt-cinq). D'autre part, de nombreuses écoles de missions catholiques reçoivent des subsides du gouvernement, les écoles de missions protestantes pas. Cependant, ils justifient cette inégalité par le fait que «la Belgique est un pays de religion, de tradition, d'habitudes catholiques»[19]. Pour se faire accepter, les Américains insistent sur les aspects strictement religieux et apostoliques de leur mission. Ils se défendent d'être un danger politique pour les autorités coloniales. C'est cette attitude conciliante qui parvient à débloquer la situation. En novembre 1945, un décret finit par accorder aux missions protestantes «les mêmes droits que les missions nationales dans la mesure où elles se soumettent aux mêmes obligations». Cette restriction n'est pas négligeable. Pour contourner le côté libéral de ce décret, on met en place un certain nombre de contraintes : la nécessité pour les écoles protestantes de respecter un programme officiel, l'obligation de se soumettre à des inspections régulières, etc. Le consul général des États-Unis à Léopoldville ne veut cependant retenir que les progrès accomplis, affirmant que «cette grande décision politique signifie pour nous un accroissement de responsabilités»[20].

  

L'amélioration des relations avec les autorités françaises

  

Des efforts sont également faits en Afrique française afin de rapprocher les points de vue. Les Américains créent à Brazzaville un centre d'études des méthodes coloniales françaises. Ils sollicitent aussi l'adjonction de protestants français à leurs stations de missionnaires. Ces derniers doivent leur servir de conseillers et constituent un lien entre les missions et l'administration française.

 Dans le cas français, les obstacles posés au travail des missions sont principalement de type linguistique[21]. Pour résoudre ces difficultés, le capitaine Marcel Brun, aumônier militaire protestant, propose d'instituer auprès des gouvernements généraux d'AOF, d'AEF et de Madagascar, un service administratif des missions étrangères. Ce service aurait pour objectif d'établir une coopération plus complète entre l'administration et les missions. Marcel Brun veut aussi créer à Paris une institution destinée à former les missionnaires américains avant leur départ pour l'Afrique. Cet enseignement porterait sur la langue française et sur les principes de la colonisation française.

 Ces projets, même s'ils ne se concrétisent pas, sont l'indice d'une volonté réciproque de conciliation et d'un réchauffement des relations. Les organisations protestantes, dans un souci de conciliation avec les autorités coloniales, montrent de plus en plus de modération sur le plan politique. Lors de la conférence missionnaire protestante du centre-ouest africain, un évêque protestant noir du Libéria, d'origine américaine, se plaint de l'attitude des puissances européennes en Afrique. Il réclame en particulier le développement de l'instruction et la création d'une université dans son pays. Les pasteurs protestants français et étrangers mettent rapidement fin à une revendication qu'ils jugent «inopportune» (seules l'évangélisation et la moralisation restent le but du congrès). C'est ce type de réaction qui va provoquer une déception croissante des élites africaines à l'égard du protestantisme officiel et qui entraînera l'émergence de formes plus radicales de contestation politico-religieuse...

 

 

Les sectes américaines à l'assaut de l'Afrique noire francophone

 

 La politique du «juste milieu» réduit l'influence des missions américaines

  

Au cours des années cinquante, les missions américaines connaissent une normalisation de leur position vis-à-vis des autorités coloniales. Elles sont progressivement mieux acceptées et voient s'atténuer leur caractère subversif. Paradoxalement, cette évolution coïnciderait avec un affaiblissement progressif de leur position jusqu'au début des années soixante.

 Du temps des difficultés, les missions pouvaient apparaître comme un refuge politique. En étant acceptées par les autorités locales, elles cessent d'être un lieu de contestation et perdent ainsi leur influence sur la population africaine. Cette évolution des missions est à l'image de la diplomatie américaine en Afrique noire. Celle-ci adopte une «politique du milieu» qui ne veut pas choisir entre le soutien aux puissances coloniales - qui sont ses alliées - et le soutien aux mouvements d'émancipation. C'est ce dilemme qui conduit le gouvernement américain à tenir une position modérée qui va finalement conduire de nombreux nationalistes africains à se rapprocher de l'URSS. De même, sur le plan religieux, certains Africains, déçus par l'attitude modérée des missions, rejoignent les rangs des sectes. Celles-ci sont, pour la plupart, issues du monde protestant américain. Elles en sont comme le prolongement radicalisé. Pour les autorités coloniales et catholiques, l'émergence de sectes en Afrique noire est de la responsabilité du protestantisme qui abuserait du principe du libre examen. Certains vont même jusqu'à penser que les missionnaires américains soutiennent les sectes politico-religieuses. «Il nous semble que dans les régions où ces sectes déploient leurs activités, il ne serait pas sans intérêt de suivre d'une façon discrète l'action des missions protestantes locales», peut-on lire dans un rapport de l'administration de la sûreté belge en 1957[22].

  Ces interprétations semblent tout à fait injustifiées car les missions protestantes sont les premières à pâtir du phénomène en voyant partir un nombre croissant de leurs membres. Celles-ci ne s'y trompent pas : elles se montrent très sévères à l'égard des sectes qu'elles jugent subversives. Les Adventistes du septième jour, par exemple, ne sont pas invités à la conférence missionnaire protestante du centre-ouest africain.

 C'est donc bien au détriment du protestantisme officiel et du fait même de sa modération à l'égard des autorités qu'émergent les sectes. Dès 1946, les témoins de Jéhovah, les sectes kimbanguistes et l'Église des Noirs sont d'ailleurs nettement condamnés par le conseil protestant du Congo.

  

De nombreux Africains, déçus par les missions, rejoignent les sectes

  

Le kimbanguisme, créé par Simon Kimbangui, et la Mission des Noirs, créée par M'Padi Simon, connaissent une audience croissante auprès des Africains. Dans les textes de M'Padi Simon, on trouve l'idée qu'un royaume des Noirs sera bientôt fondé grâce à l'aide du «gouverneur général des Américains». Les Américains seraient des «Noirs blanchis» tandis que les Noirs du Congo n'auraient pas encore eu le temps de se blanchir. Les Américains sont les frères des Africains. Sur l'étendard de M'Padi Simon, on peut lire cette inscription, écrite en Kikwango : «Minsion amerika nzila ya m'pulusu ja Jesus Kristo Kimbango Simon» (Mission américaine, chemin du sauveur, de Jésus-Christ, Simon Kimbangu). Les autorités belges surveillent de très près ce mouvement, ainsi que ses possibles liens avec le Father Divine, secte noire américaine qui a pour leitmotiv le retour à la terre d'Afrique.

  La secte la plus puissante en Afrique francophone reste cependant la Watch Tower, qui a son siège à New York. Les fidèles - dits témoins de Jéhovah - sont organisés en «compagnies» qui se réunissent dans les «salles du royaume». Ils développent leur action en AEF, propagent les idées anticolonialistes du juge Rutherford par l'intermédiaire de sa revue La Tour de la garde. Le chef de la sûreté en AEF regrette de ne pas pouvoir réprimer ces mouvements qui «pétrissent les cervelles africaines d'idéologies étrangères et sapent les fondements de l'Union française»[23].

 Les témoins de Jéhovah, en 1955, attirent l'attention de la sûreté du Dahomey, en raison de l'introduction sur ce territoire de nombreux tracts et livres. Ces envois sont de provenance américaine. En fait, on découvre qu'il y a à Porto-Novo une filiale de la secte, connue sous le nom d'«Association internationale des étudiants de la Bible» et dirigée par un Africain, David Godonou Dossou.

C'est au Congo belge que la secte - connue sous le nom de Kitawala (traduction en bantoue de Watch Tower[24]) - connaît sa plus forte extension. Selon les autorités coloniales, ce mouvement part de New York et s'étend, par l'intermédiaire de succursales, jusqu'au dernier village indigène. Les régions d'Elisabethville dépendent de l'agence de N'Dolor, laquelle relève de Cape Town qui communique directement avec New York. En fait, loin d'être un mouvement discipliné et organisé, le Kitawala est multiforme. Il est en outre spécifiquement africain et n'a que très peu de liens directs avec le siège américain. Les dirigeants du Watch Tower se désolidarisent d'ailleurs très fréquemment des positions politiques du Kitawala. Les Kitawalistes annoncent qu'un jour, «au son de la cloche, il y aura ralliement des membres du Watch Tower et que cela sera le commencement de la ruine des Blancs». Le mouvement prend dans les années cinquante une ampleur véritablement impressionnante; il touche des milliers de Congolais; les compagnies se multiplient dans tout le territoire; dans certaines régions, c'est plus de la moitié de la population qui est concernée! En 1949, dans le territoire de Ponthierville, «si l'on excepte les Nituku jusqu'ici indemnes, toute la population du territoire adhère ou a adhéré peu ou prou au Kitawala». Or, le territoire concerné compte 81 568 personnes ![25] Le succès considérable du mouvement vient de ce qu'il répond bien plus à des attentes politiques qu'à des attentes spirituelles. Dans le territoire d'Isangi, l'administration territoriale découvre en janvier 1953 une compagnie prônant «le renversement de l'autorité actuelle pour la mettre aux mains des Noirs». Dans la province orientale, une des plus touchées par le phénomène, les sabotages et les meurtres se multiplient. Un rapport de 1956 insiste sur le fait que des «éléments extrémistes se servent des cellules du Kitawala pour créer le nationalisme[26] africain parmi les populations congolaises, occasionner des troubles graves et semer du désordre dans les territoires d'outre-mer». En effet, derrière de nombreuses révoltes, grèves ou émeutes nationalistes précédant les indépendances, se trouve la marque du Kitawala.

 La nécessité de lutter contre ce mouvement politico-religieux apparaît donc très tôt aux autorités belges. Dans une première période, le mot d'ordre est la répression. On pratique la relégation. Ceux qui sont considérés comme les meneurs de l'organisation sont retirés de leur région d'origine et exilés dans des lieux où ils sont surveillés. Loin de freiner l'évolution du mouvement, ce procédé contribue à son extension géographique. Les régions calmes deviennent des lieux d'accueil pour ces chefs nationalistes. Dans une deuxième période, il est question d'encadrer le phénomène et d'en limiter le caractère subversif. Le Kitawala est en effet devenu trop puissant pour être extirpé. Une tolérance officieuse est pratiquée. On examine le recours à des Européens belges appartenant aux témoins de Jéhovah. Quand on sait le poids de l'Église catholique en Belgique, il faut vraiment que le phénomène soit considérable pour que de telles mesures soient envisagées! L'expérience consiste à autoriser quelques membres belges des témoins de Jéhovah à se rendre au Katanga, à entrer en contact avec les dirigeants et les adeptes du Kitawala et à «voir s'il y a moyen de les reprendre religieusement en mains, comme cela a été réalisé avec succès en Rhodésie et au Nyasaland».

 Il s'agit donc d'accepter le mouvement religieux pour en limiter le caractère de subversion politique. Ainsi, de nombreuses sectes issues du protestantisme américain deviennent des points de ralliement pour les nationalistes africains. L'acte religieux se change alors en action militante. A l'occasion des enterrements Kitawala, par exemple, on fait entrer symboliquement les morts dans la terre des Américains, terre de liberté[27]. Ces enterrements sont fréquemment suivis de grandes manifestations réprimées par l'administration territoriale. A la mi-décembre 1955, dix-huit membres du Kitawala sont condamnés suite à un enterrement dans le clan Ilanga.

 Toutes ces sectes accueillent les déçus du mouvement missionnaire que l'attitude conciliante vis-à-vis des autorités coloniales prive du rôle politique qu'il semblait pouvoir tenir au sortir de la guerre. Le succès des sectes serait le résultat d'une demande non satisfaite par les missions, à moins qu'il ne faille considérer ces deux formes de protestantisme - l'une officielle, l'autre plus radicale - comme plus complémentaires que concurrentes. Le kimbanguisme, le Kitawala se nourrissent du travail préparatoire opéré par les missions officielles. Les chefs charismatiques de ces sectes, qui cristallisent le mouvement pour l'indépendance, ont quasiment tous été formés par les missions. Ils en ont rejeté la modération politique mais ils s'inspirent de leur idéologie, foncièrement hostile à l'oppression coloniale.

 Il y a donc une influence réelle des missions dans l'émergence du sentiment national. En poussant à la formation d'un clergé indigène, elles participent à la prise de conscience de la part du peuple africain de sa «maturité religieuse et politique»[28]. Le rôle des missions auprès de l'opinion publique ne doit pas non plus être négligé. Neuf Américains sur dix en Afrique noire sont des missionnaires : ils ont un rôle essentiel dans la compréhension que leurs compatriotes ont de la colonisation. Enfin, il ne faudrait pas oublier l'influence des missions sur la politique extérieure des États-Unis. En février 1960, la conférence de l'Église presbytérienne unie demande au gouvernement américain qu'il se prononce clairement pour l'égalité raciale et l'autodétermination des peuples d'Afrique[29]. On peut affirmer que les religions américaines au sens large - sous la forme classique des missions ou dans leur prolongement sectaire - ont joué un rôle déterminant dans l'émergence du sentiment national africain et dans l'indépendance de l'Afrique noire francophone.

 



[1]     Dont le dernier territoire, le Rwanda-Urundi, accède à l'indépendance en 1962.

[2]     Dans ces deux territoires, c'est la reconnaissance d'Églises locales très autonomes qui a permis de maintenir le mouvement nationaliste au sein du christianisme.

[3]     Archives du ministère de la France d'outre-mer (ci-après AMFOM), Aix-en-Provence, carton 2190, dossier 1, Rapport du capitaine Brun sur les missions protestantes, 1945

[4]     Le motgardianship(placé sous la garde) pour désigner le statut des territoires coloniaux marque bien que leur état présent n'est pas permanent, qu'un territoire est remis à une nation pour l'amener à se gouverner lui-même dès qu'il en sera capable

[5]     Les chiffres qui suivent sont extraits de l'article :«Les missions protestantes américaines en Afrique», Zaïre.Revue congolaise, vol VI, n°4, avril 1952, p.273-280.

[6]     AMFOM, Affaires politiques, carton 2190, dossier n°6, 27 juillet 1946, M.de Saint-Martin, consul général de France au Congo belge à Georges Bidault, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères

[7]     AMFOM, Affaires politiques, carton 2224, dossier n°3 : Les États-Unis et l'Afrique 1947-1953, «Activités des sectes protestantes anglo-saxonnes en Afrique noire française».

[8]     AMFOM, ibid., «Le commissaire de police, chef de la Sûreté, à Monsieur le directeur de la Sûreté d'AEF, Brazzaville»

[9]     Archives du ministère des Affaires étrangères (ci-après AMAE),Relations des États-Unis avec l'Union française, Rapport de Paul Marc Henry sur la tournée qu'il a faite aux États-Unis, 26 avril 1958

[10]    AMAE, série Amérique, sous-série États-Unis, microfilm 127, Bonnet à Bidault, 17 octobre 1947

[11]    Ce décret reconnaît la personnalité aux circonscriptions missionnaires, sans aucune condition de nationalité et sans contrôle ni prévention contre les activités étrangères.

[12]    Celles dont le conseil d'administration est belge par les deux tiers et dont l'activité est autorisée

[13]    Les Young Men's Christian Associations - la fameuse organisation américaine - se donnent pour mission de fonder en Afrique des foyers destinés à encadrer et à former la jeunesse africaine.

[14]    AMFOM, Carton 2190, dossier n°2, «19 avril 1949. L'YMCA et le Congo belge».

[15]    Ibid.

[16] Le Cameroun étant un ancien territoire allemand, il a une empreinte protestante marquée et les YMCA décident d'y implanter un délégué fraternel

[17] Nous remercions M.Claude Alain Danthe, archiviste à la World Alliance of YMCA à Genève qui nous a fourni ces archives

[18]    OSS. State Department Intelligence and Reserved Reports Africa, Reel III, 0593 : American Protestant Religions, Interests and difficulties in the Congo Basin, 19 juillet 1944

[19]    Archives du ministère des Affaires étrangères, Bruxelles (ci-après AMAE-Bruxelles), AF 1/1, 1945, Visite de E. Ross à Bruxelles.

[20]    Ibidem, Le ministre des Colonies au ministre des Affaires étrangères, 26 juillet 1946.

[21]    In the case of France, the vernacular problem is the only serious issue. French authorities generally insist on a policy of native instruction through the use of French as a medium». Rapport de l'OSS. Ibid

[22]    AMAE-Bruxelles, AI (4746), Adventistes du 7ème jour dans le Bas Congo. 13 septembre 1957.

[23]    AMFOM, Le commissaire de police, chef de la Sûreté à Monsieur le Directeur de la Sûreté d'AEF, Brazzaville.

[24]    Une des raisons du succès du Watch Tower provient de son adaptation à la réalité africaine, en particulier de l'usage qu'elle fait des langues vernaculaires : publications de journaux en langue kikwango, etc.

[25]    AMAE-Bruxelles, AFI / 1-6-1956. Dossier sur le Kitawala au Congo belge

[26]    Souligné dans le texte.

[27]    Attribuer la terre aux Américains est une manière d'en retirer la propriété aux colonisateurs belges.

[28]    MERLE (Marcel), « Les Églises chrétiennes et la décolonisation », Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, n°151, p. 27.

[29]    MC KAY (Vernon), Africa in World Politics, New York, Harper and Row, 1963, p. 254