La semaine #P1PS Droits des femmes

Depuis 2018, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne organise, en collaboration avec les associations étudiantes, la semaine #P1PS Droits des femmes. À cette occasion, conférences, expositions ou encore workshop sont organisés pour permettre à toutes et tous de s’interroger et de s’exprimer autour des droits des femmes.

Fort de son succès, l’université reconduira cette semaine thématique pour sa 4e édition en 2021. En attendant, découvrez les précédentes éditions !

Retour sur l’édition 2020

Paris 1 Panthéon-Sorbonne s’engage pour les droits des femmes

Du 2 au 13 mars 2020, Paris 1 Panthéon-Sorbonne s’est engagée une nouvelle fois pour les droits des femmes avec la semaine thématique #P1PS. Lever les tabous et laisser libre cours à la parole, telle était l'ambition de cet évènement porté par les étudiants.

Pour ouvrir la danse, c’est Inna Shevchenko, figure majeure du mouvement FEMEN depuis 2012, qui s’est exprimée au cours d’un échange avec l’association Débattre en Sorbonne. Cette rencontre fût l’occasion pour elle de présenter son ouvrage intitulé Héroïques – Amazones, pécheresses, révolutionnaires, dans lequel elle décide de rendre hommage à toutes les femmes, figures historiques ou fictionnelles, qui l'ont inspirée.

Une réflexion à l’échelle mondiale

Conférence sur le patriarcat, workshop sur les violences obstétricales, stand de sensibilisation ou encore atelier de découverte des études sur le genre, l’université a pour ambition de permettre à chacun de s’interroger et de s’exprimer autour de la question essentielle du droit des femmes.
Ces quinze jours ont rassemblé également des professionnels du droit, dans les différents centres de l’université, et ont permi d’apporter un éclairage juridique sur les conditions des femmes dans notre siècle. L’édition 2020 a apporté une réflexion à l’échelle mondiale, avec l’intervention de Sara Kamoun et Yağmur Hortoglu, toutes deux doctorantes en droit international. Leur objectif ? Rendre accessibles des questions parfois techniques à un large public, et ouvrir le débat afin de susciter l'intérêt pour les aspects internationaux des droits des femmes.