X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

Accueil » ISJPS - Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne - (UMR 8103) » Centres de recherche » Centre Normes, sciences et techniques » Reproduction, identité sexuelle

Reproduction, identité sexuelle

QUEL AVENIR POUR LE DÉPISTAGE PRÉNATAL NON INVASIF EN FRANCE ?

Analyse des normes et des pratiques médicales françaises au prisme du modèle belge.

Projet de recherche financé par l'Agence de la Biomedecine

 


   

Ce projet de recherche porte sur le dépistage prénatal non invasif (DPNI). Cet examen qui permet de dépister une trisomie fœtale par une simple prise de sang maternel, est généralement considéré comme un progrès notable par les femmes enceintes présentant un risque accru de porter un enfant atteint d'une trisomie, puisqu'elle leur permet avec une fiabilité très forte, d'éviter des tests invasifs comme l'amniocentèse, dont le risque de fausse couche n'est pas nul même si il est très faible.

 

L'objectif du projet est triple : d'une part, mener l'analyse comparée des normes différentes qui encadrent le DPNI et en étudier l'application dans 4 établissements qui y recourent selon des modalités différents : deux CPDPN en France, et deux établissements de santé en Belgique.

 

D'autre part le projet vise à permettre de penser plus finement les questions complexes qui sous-tendent le DPNI et, ce faisant à éclairer les décideurs publics, soignants et citoyens sur les opportunités et les risques d'en élargir le spectre.


Enfin on mettra en lumière les ressorts éthiques -, scientifiques médicaux économiques qui sous-tendent les normes notamment relatives au DPNI

 

 

 

 

 

Responsables du projet de recherche

 

Laurence BRUNET
Christine NOIVILLE