Rencontre et discussion avec Arnaud Sorosina à l'occasion de la parution de son ouvrage Du régime philosophique : Nietzsche diététicien, Edtitions Manucius, 2019.

Cette rencontre prendra la forme d'une discussion entre Bertand Binoche, professeur de philosophie à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Eric Marquer, maître de conférences en philosophie à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Arnaud Sorosina, agrégé de philosophie, chargé de cours à l'université Grenoble-Alpes, autour de son dernier ouvrage, Du régime philosophique : Nietzsche diététicien, Editions Manucius.

Si l'on connaît l'importance de la diète dans les éthiques grecques, les considérations gastronomiques des modernes paraissent souvent dérisoires.

Le cas de Nietzsche est exemplaire à cet égard: on lit avec le sourire ses propos diététiques qui, aux papilles du lecteur contemporain, se chargent du goût rance que charrie avec elle une jactance surannée, mais au bon goût d'antan. On aurait pourtant tort de s'y méprendre: le registre gastroentérologique, chez Nietzsche, est au centre de ses préoccupations, tout à la fois quotidiennes, comme en témoigne sa correspondance, mais surtout philosophique, comme son œuvre en fait foi. En effet, le registre culinaire et diététique, chez Nietzsche, n'a pas vocation à être simplement édifiant, comme ce peut être le cas chez les penseurs antiques, mais sert de levier métonymique pour penser la nature et le devenir de la civilisation dans son ensemble.

En explorant les viscères de l'histoire culturelle, le philosophe élève la digestion au statut de matrice d'interprétation permettant de comprendre la réalité – ontologique, organique et historique – dans son ensemble, et d'évaluer les productions de la culture en fonction d'un critère fondamental: le goût et le dégoût.