Colloque organisé par le Cespra (Anne Simonin) et l’IHMC (Pierre Serna)

Les interventions de ce colloque seront filmées par l’IHMC et mises en lignes ultérieurement.

« Chaque année, lorsque je descends de ma chaire, que je vois la foule écoulée, encore une génération que je ne reverrai plus, ma pensée retourne en moi.

L’été s’avance, la ville est moins peuplée, la rue moins bruyante, et le pavé plus sonore autour de mon Panthéon. Ses grandes dalles blanches et noires retentissent sous mes pieds.

Je rentre en moi. J’interroge sur mon enseignement, sur mon histoire, son tout-puissant interprète, l’esprit de la Révolution. »

Jules Michelet, Préface de 1847, Histoire de la Révolution française.

En ce 230e anniversaire de 1789, l’actualité, théâtrale, cinématographique, musicale, romanesque, de la bande dessinée aussi, démontre combien la Révolution française inspire encore les créateurs et pose un défi renouvelé aux historiens : l’histoire de la Révolution ne serait-elle plus qu’un récit parmi d’autres ?

De cette inquiétude, ce colloque a souhaité faire une question. Comment un artiste se documente-t-il ? Comment un historien peut-il revendiquer un droit à l’imagination (Richard Cobb), pour combler les trous, lorsqu’une fois son travail rigoureux de recherche accompli, il ou elle constate qu’il manque des liens pour relier les sources entre elles ?

Parce qu’elle favorise l’entrelacs des approches, le croisement des méthodes, le métissage des pratiques, la Révolution française reste un sujet majeur d’un présent, que la connaissance rapproche du passé ; que l’imaginaire projette dans le futur. D’où les bornes chronologiques choisies : 1787-2440. La Révolution est un temps singulier qui embrasse le réel de l’évènement et nourrit l’uchronie du xxve siècle imaginée par Louis-Sébastien Mercier (1740-1814).

Penser la Révolution appelle l’imaginaire sans jamais se défaire d’une exigence : savoir plus, toujours, en tout, pour lire, voir et entendre autrement. Entrechoc des savoirs et des fictions : là réside non pas tant l’ambition que le désir de ce colloque.

 

Programme

Jeudi 14 mars 2019 – 24 ventôse an 227

18 h – 20 h : Conférence Aulard
Jean-Claude Milner, Professeur des Universités émérite (université Paris-VII) « Narrations, rupture et révolution »

 

Vendredi 15 mars 2019 – 25 ventôse an 227

9 h : Accueil des participants et du public.

9 h 15 : Ouverture du colloque, Claire Zalc, directrice de l’IHMC

==========
9 h 30 – 10 h : Introduction
==========
Pierre Serna (IHRF-IHMC, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « Une utopie imaginée : 2440 vu par Louis-Sébastien Mercier »

Saskia Wallig (HiCSA, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « L’architecture révolutionnaire »

==========
10 h – 11 h 30 Présents de la Révolution
==========

Carte blanche à Guillaume Mazeau (CHXIXe, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « Recharger l’histoire de la Révolution française : les ateliers d’histoire partagée en classe et au théâtre »

Aymeric Peniguet De Stoutz (Monuments historiques) « Révolution, archéologie et découvertes à la chapelle expiatoire : à la recherche des corps guillotinés. Le réel au-delà de la fiction »

11 h 30 – 11 h 45 : Pause-café

==========
11 h 45 – 12 h 30 : Images fixes de la Révolution
==========

Margot Renard (université de Grenoble) « Les illustrations de l’Histoire de la Révolution française éditées au xixe siècle : décrire ou ressentir l’histoire ? »

Annie Duprat (université de Créteil) « Publicité et Deviant Art : les autres usages des images de la Révolution française »

Louis Hincker (université de Clermont Ferrand)« Claude Simon et la Révolution : écrire l’opacité et la désaffiliation »

12 h 45 – 14 h : Pause déjeuner

==========
14 h – 15 h : Classiques révolutionnaires
==========

Modérateur : Jean-Luc Chappey (IHMC, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Colin Jones (université de Londres) « Dickens entre Paris et Londres »

Anne Simonin (Cespra, CNRS-EHESS) « Le bourreau est-il un homme ? »

Stéphanie Genand (université de Rouen) « Ce que la Révolution fait à l’imaginaire : Staël et Sade ou le nouveau romanesque  »

15 h – 15 h 30 : Pause-café

==========
15 h 30 – 16 h 30 : Actualité littéraire et muséale de la Révolution
==========

Modérateur : Patrice Gueniffey (CESPRA, EHESS)

Thierry Froger (écrivain) « Danton, Robespierre. Sauve qui peut (la révolution)  »

Alain Chevalier (conservateur en chef du musée de la Révolution française – domaine de Vizille) « La Carmagnole de Gaston Doumergue, une period room du musée de la Révolution française à Vizille »

Baptiste Roger-Lacan (IHRF-IHMC) « Dramaturgies démophobes et contre-révolutionnaires dans la série de romans Le Mouron Rouge »

16 h 30 – 17 h : Pause

==========
17 h – 18 h 30 : Peut-on écrire le « roman vrai » de la Révolution ? Le cas Margerit
==========

Mathilde Harel (ENS Paris-Saclay) « Présentation de la Révolution de Robert Margerit »

Spectacle présenté par l’Association des amis de Robert Margerit « Les premiers pas vers la République. Robert Margerit et La Révolution »

Éric Fabre, comédien et lecteur

Nicole Velche, mise en espace

18 h 30 – 19 h 30 : Cocktail pour tous (ENS, rue d’Ulm, salle à préciser)

 

Samedi 16 mars 2019 – 26 ventôse an 227


9 h 15 – 10 h : Carte blanche à Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz (université de Paris Diderot)« L’objet “Olympe de Gouges” »

10 h – 10 h 15 : Pause-café

==========
10 h 15 – 11 h 15 : Fiction et science-fiction dans la Révolution
==========

Modérateur : Anne Simonin (Cespra, CNRS-EHESS)

Roman Krakovsky (université de Genève, EHESS) « HistoireS de la Révolution russe »

Ludivine Bantigny (université de Rouen) « Re-faire la Révolution, Mai 68, le vrai et le réel »

Denis Lachaud, écrivain et metteur en scène et comédien« Construire une fiction autour du sentiment révolutionnaire – Ah ! Ça ira (Actes Sud) »

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

==========
11 h 30 – 13 h : 1789 en spectacle
==========

Alain Guedé, journaliste au Canard enchaîné « Le nègre des Lumières a bien existé »

Concert sous la direction de Jean-Marie Le Gall (Association « Le concert de Monsieur de Saint-Georges »)

13 h – 14 h : Pause déjeuner

==========
14 h 30 – 18 h : La Révolution fait son cinéma
==========

14 h 30 – 16 h : Autour du film Un peuple et son roi, de Pierre Schoeller

Visionnage d’extraits, suivi d’un entretien avec le réalisateur Pierre Shoeller et Arlette Farge (CRH, EHESS)

16 h – 16 h 15 : Pause-café

16 h 15 – 17 h :

Laurent Bihl (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « Le rigolard sanglant est levé : rire de la révolution en images (cinéma et télévision) »

17 h 15 – 18 h : Débat public

==========
18 h 30 – 20 h 30 : Café-BD aux Patios et dédicaces
==========

Table ronde : La BD en Révolution

Bernard Yslaire, Le ciel au-dessus du Louvre (Futuropolis)

Florent Grouazel et Youn Locard Révolution, t. 1 : Liberté. (Actes sud)

Les Patios, 5, place de Sorbonne, Paris 5e
Consommations à la charge des participants

 

Télécharger l'affiche : la révolution en 3D

 

Illustration : Révolution, t. 1 : Liberté (2018) ; Florent Grouazel et Youn Locard, Actes Sud. Avec l’aimable autorisation des auteurs.