colloque  Identité et identification par l'ADN : Enjeux sociaux des usages non médicaux des analyses génétiques

Si la grande majorité des études en sciences sociales dans le domaine de la génétique sont relatives à la santé, ce colloque s’en distingue par le fait qu’il concerne les usages non médicaux de l’ADN. Ceux-ci se développent depuis une vingtaine d’années, dans des domaines aussi divers que les enquêtes policières et judiciaires, les demandes de regroupement familial en cas de migration, les recherches en parenté ou l’identification de victimes. L’identification des personnes par rapprochement d’ADN a conduit notamment à la constitution de vastes fichiers dits d’empreintes génétiques qui se développent dans de nombreux pays. En outre, de nouvelles approches visent à établir des corrélations entre d’une part des séquences d’ADN, d’autre part l’origine géographique et/ ou des traits caractéristiques de l’apparence physique des personnes. C’est dire qu’au-delà de l’identification des personnes, leur identité même peut se trouver influencée par ces approches qui sont au cœur des biopolitiques contemporaines. Plus généralement, les diverses techniques qui visent à l’identification des personnes agissent sur leur identité sociale.

Certaines de ces techniques suscitent des débats moraux et politiques, voire des controverses, alors que d’autres n’en provoquent pas ou peu. Dans certains cas, l’ADN semble apporter des solutions à certains problèmes sociaux, alors que dans d’autres, il interroge de nouveau. Dans tous les cas, ces pratiques posent à nouveaux frais des questions classiques des sciences sociales. Elles contribuent en effet à reconfigurer un ensemble de frontières, ou pour paraphraser Ian Hacking, de « nœuds » sociaux, autrement dit de tensions résultant de tendances contradictoires : entre régimes de vérité et incertitudes, entre sécurité et liberté, entre identification et catégorisation des populations, entre souveraineté nationale et échanges internationaux.

Comité scientifique / Comité d'organisation

  • Pascal   Beauvais (Pr   Université   Paris   Nanterre,   CDPC),
  • Florence  Bellivier (Pr  Université  Paris  Nanterre,  CDPC/CRNST),
  • Elisabeth Fortis (Pr Université Paris Nanterre, CDPC),
  • Gaëlle  Krikorian   (post-doctorante  Inserm,  Iris),
  • Christine Noiville (DR CNRS, CRNST),
  • Florence Paterson (IGR ARMINES, CSI),
  • Vololona  Rabeharisoa (Pr  PSL  MINES  ParisTech,  CSI), 
  • Joëlle Vailly (DR CNRS, Iris).

NB : Le présentations seront faites en français ou en anglais.
Une traduction simultanée sera assurée.

Télécharger le programme