Visuel de l'événement

L’Allemagne de la République de Weimar et de l’après Seconde Guerre mondiale est le lieu d’une production théorique importante de la part de juristes de gauche dont l’objectif est de réformer le droit à des fins sociales et plus démocratiques. Cette manifestation scientifique s’intéressera à trois figures majeures : à Hermann Heller et – à ceux qui sont en partie héritiers de sa pensée – Franz Leopold Neumann et Otto Kirchheimer. Du fait de circonstances historiques et personnelles, les voix de ces auteurs ont été moins entendues en leur temps que celles d’autres juristes dans le champ juridique ; pourtant elles restent marquantes à bien des égards pour leurs théories de l’Etat de droit, leurs pensées constitutionnelles, leurs réflexions sur la fonction de la justice, leurs réflexions sur les droits sociaux.

Sur le plan biographique, Heller meurt prématurément dans les années trente et Neumann et Kirchheimer passent la deuxième partie de leur vie en exil. D’un point de vue théorique, ces juristes de gauche ont toujours été au centre de débats importants ; mais la politique du national-socialisme n’a pas laissé de place aux adversaires de Carl Schmitt, et après-guerre, la notoriété de Hans Kelsen se fera au détriment aussi bien de Heller que des juristes de l’école de Francfort.

L’objectif des journées est de dégager l’actualité de ces pensées, que l’on qualifiera provisoirement de « critiques du droit » s’inspirant de Marx (les théoriciens critiques) ou au contraire s’en détachant (Heller), et dont la visée est d’orienter les développements du droit en direction d’une démocratie sociale et d’un Etat de droit plus assuré. 

 

► Télécharger l'affiche

 

► Plus d'informations