Photo de scientifiques réalisant des prélèvements d'ADN

L’usage des banques de données génétiques dans le monde de la police et de la justice a connu un développement spectaculaire depuis une vingtaine d’années.

Ce développement alimente (et est alimenté par) un double mouvement, d’essor des approches génétiques et des technologies de l’information d’une part, et de croissance des problématiques liées à la sécurité dans l’opinion et l’action publiques d’autre part.

Les technologies génétiques et bioinformatiques modifient profondément les enquêtes pénales et la surveillance des populations, et réciproquement. Quels sont les savoirs qui ont présidé à l’élaboration de ces innovations ? Comment influent-elles sur la manière dont les individus et les populations sont gouvernés ? Comment sont-elles amenées à circuler au sein de l’Union européenne ? À quelles conditions peuvent-elles contribuer à la sécurité tout en respectant les libertés publiques ?

L'analyse de ces enjeux croisera les réflexions issues de différentes disciplines académiques (sociologie, anthropologie, droit) et de pratiques professionnelles au plus près du terrain.


Cette conférence a vocation à éclairer un large public sur les politiques et les pratiques concernant les analyses génétiques en droit pénal afin d’aborder les défis sociétaux en matière de justice, de sécurité et de liberté.

 

Contact : iris@ehess.fr – Informations : http://fitege.hypotheses.org
Uniquement sur inscription sur : https://www.paris-iea.fr/fr/

 

Télécharger la plaquette (.pdf)

 

Logos des organisateurs