Affiche colloque Women who matter

Faire l’histoire, c’est faire l’histoire des hommes et des femmes. En rendant accessibles, de façon raisonnée, les contextes d’apparition des noms des femmes des sociétés grecque et  romaine, la base de données Eurykleia a pour fonction d’offrir aux chercheurs les moyens méthodologiques et les outils numériques permettant de mener une histoire mixte.

Dans quels domaines sociaux, économiques, politiques les femmes interviennent-elles ? Quelles sont les pratiques qui les rendent visibles et celles, où, bien présentes, elles sont cependant moins visibles ? En quittant la problématique trop globale de « la domination masculine », l’enquête choisit de mettre l’accent sur le lien entre la pratique discursive et la mention du nom des femmes pour mettre au jour les logiques propres à chaque contexte.

En  fournissant un outil de comparaison par rapport à  ce que l’on sait des hommes mais aussi par rapport à ce que l’on sait d’autres femmes, parfois plus connues, il s’agit de construire un corpus équilibré et représentatif des sociétés antiques et d’ouvrir la voie à de nouvelles analyses.

Les Rencontres Women who matter ont cet objectif : par la présentation des logiques argumentatives de discours moraux, d’une part, et par l’étude de corpus épigraphiques, de l’autre, l’ensemble des communications s’appuie sur la méthode de la base de données Eurykleia pour mieux saisir la complexité des relations sociales.

La Rencontre internationale a lieu sur le site du Carré Colbert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 6 rue des Petits-Champs, Salle Vasari. Elle succède à une journée, la veille, qui réunit les partenaires français et brésiliens du Projet de Coopération Internationale (PICS) du projet en salle 216, site Panthéon

Télécharger le programme
► Carnet Hypothèses "Eurykleia"