Visuel de l'événement

Barbara Anna Husar présente à la Sorbonne Art Gallery une œuvre singulière (initiée en 1997) sous le label « Ticket to coordinate ». Elle questionne les flux vitaux qui nous traversent et nous interpellent.

Réalisées sur des revers de paquets de cigarettes qu’elle a recyclé pour l’occasion, l’artiste renverse les codes, appose ses propres marquages (près de 1700 tampons investis dans cette transformation) et propose de dépasser toute forme de matérialisme par l’énergie cosmique et sexuelle. Ses « Secret boxes » convoquent nos imaginaires et inspirent bien au-delà de la pensée rationaliste qui nous inonde quotidiennement. C’est un appel débridé de nos forces vitales dormantes.

Barbara Anna Husar, qui s’auto-institue ici « sage-femme du cyberespace », propose de lier l’énergie sexuelle avec l’intuition, de réactiver nos chakras et de laisser ce phénomène nous envahir où que nous soyons : dans les transports publics, lors de nos routines quotidiennes. Elle rappelle que l’œuvre et son environnement incarnent « une piste d'atterrissage intermédiale ». Il s’agit d’un vecteur de liens et d’intermédialité indispensable à la mutation des corps et des esprits.

Dans Kosmische Sexualitât, Barbara Anna Husar sublime neuf formats papiers originaux en les augmentant considérablement de taille et convoque ce qu’elle nomme « les zones-paysages entre les pensées ». Pour elle, la nudité incarne la présence indispensable de l’être au monde. Elle entend ainsi partager l'expérience et la joie vécue dans la nature, assurer dans un second temps une nécessaire réparation de certains de nos algorithmes internes, aujourd’hui fissurés. Elle prône le déploiement d’une forme de pensée noble et cosmiques sous-jacente, une pensée d'hygiène de l'information et d'écoute profonde.

L’artiste offre un cadeau destiné à chacun d’entre nous : c’est une fenêtre ouverte vers les potentialités de notre énergie vitale. Barbara Anna Husar propose que nous intégrions en nous une nouvelle forme de sexualité : la sexualité cosmique qui serait susceptible de nous sublimer via l’action de l'art et de l'artiste. Cette série in situ est une sorte d’Oasis qui entend se substituer aux médias sociaux et qui nous interroge sur la condition humaine.


Vernissage le 9 avril 2018
 

Plus d'informations sur www.sorbonneartgallery.com