X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n°50 - Alimentation et relations internationales - décembre 2019 » Jae Yeong Han - Gastronomie coréenne, élément des relations internationales

Jae Yeong Han - Gastronomie coréenne, élément des relations internationales

Bulletin IPR  n°50 –  Alimentation et relations internationales

AUTOMNE 2019

 

 

Gastronomie coréenne, élément des relations internationales

Jae Yeong Han



Résumé

La cuisine gastronomique coréenne, élément clé de l’identité nationale, a été revisitée après les Jeux olympiques de Séoul en 1988, à la suite desquels le kimchi, emblème du patrimoine culinaire coréen, a connu une diffusion mondiale. La cuisine, connue comme la « K-Food » dans la « vague coréenne », est considérée comme l’un des éléments du « soft power » dans la diplomatie sud-coréenne et la tradition culinaire coréenne est sauvegardée au niveau international par l’UNESCO.

Mots-clés : Gastronomie coréenne – Patrimoine culinaire – Identité coréenne – Diplomatie publique – Vague coréenne.


Abstract

Korean Gastronomy, an Aspect of International Relations

Korean gastronomic cuisine, a key feature of Korean national identity, was re-evaluated following the 1988 Olympic Games in Seoul. As a result, kimchi became a symbol of Korean culinary heritage. Its popularity spread in pace with globalization. Therefore, Korean culinary tradition has had to be preserved at an international level by UNESCO. Today, this cuisine – also known as “K-Food” – along with the “Korean wave”, is seen as an element of soft power in South Korean public diplomacy.

Keywords: Korean gastronomy – Culinary heritage – Korean identity – Public diplomacy – Korean wave.



Bien que, de nos jours, la Corée du Sud soit la onzième puissance économique mondiale, la gastronomie coréenne joue un rôle primordial dans sa diplomatie (1). La présence de puissances mondiales telles que la Chine et le Japon a conduit la Corée à élaborer une politique alimentaire et à sauvegarder son patrimoine gastronomique de manière à se défendre à l’égard de toute influence étrangère. La gastronomie coréenne reflète donc les interactions et les rapports de force entre la Corée et les pays qui l’entourent.

Initiates file downloadLa suite sur le PDF en ligne

 

 

 

Jae Yeong Han, chercheuse indépendante, a soutenu sa thèse de Doctorat en histoire intitulée « Division et guerre dans la mémoire coréenne depuis 1945 », sous la direction d’Hugues Tertrais, en 2014, à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.