X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n°49 - Meilleurs mémoires juin 2019 » Claire Brodier - L’alliance franco-russe, ou la pérennisation du souvenir des fêtes, 1896-1897

Claire Brodier - L’alliance franco-russe, ou la pérennisation du souvenir des fêtes, 1896-1897

Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin n° 46 - Printemps 2019 - Meilleurs mémoires

 

 

L’alliance franco-russe, ou la pérennisation du souvenir des fêtes,1896-1897



Claire Brodier



Résumé

Plusieurs acteurs et stratégies furent mobilisés afin d’ancrer l’alliance dans les esprits et dans les pratiques. Ils furent d’autant plus nécessaires que le séjour de 1897 de Félix Faure ne se déroula pas en France. En outre, le peuple français contribua lui-même à la cristallisation d’une mémoire des visites officielles franco-russes de Nicolas II et du président français. Il s’agit dans cet article de déterminer le rôle de chacun dans la pérennisation du souvenir des festivités.

Mots-clés : Alliance franco-russe – Nicolas II – Félix Faure – Mise en scène – Vecteurs de l’alliance.



Abstract

The Franco-Russian Alliance or the Perpetuation of the Memory of its Process

The Franco-Russian Alliance required several historical actors and strategies in order to render it popular. These actors and strategies were all the more necessary as Felix Faure’s trip in 1897 did not take place in France. Additionally, the French public contributed towards the perpetuation of the memory of the official visits of both Nicolas II and Felix Faure. This article seeks to determine the role of each of these actors in the perpetuation of the memory of these festivities.

Keywords: Franco-Russian Alliance – Nicolas II – Felix Faure – Staging – Vectors of the alliance.



Si aujourd’hui encore on célèbre l’alliance franco-russe comme un événement majeur de la fin du XIXe siècle, on oublie souvent la construction idéologique qui fut nécessaire pour la faire accepter des Français. Nouée entre une république et une autocratie, cette alliance n’allait, de fait, pas de soi. Elle n’en était pas moins nécessaire à une France se relevant à peine des dommages causés par la guerre de 1870-1871 contre la Prusse et à un tsar de Russie décidé à s’émanciper de la tutelle allemande. Plusieurs années de négociations et une série d’emprunts furent nécessaires pour convaincre Alexandre III de s’allier à la France. Le traité d’alliance est, finalement, ratifié en 1893.

 

Initiates file downloadLa suite de l'article sur le PDF en ligne.

 

 

Cet article est le compte rendu du mémoire réalisé dans le cadre du Master 2 Histoire contemporaine des Mondes étrangers et des Relations internationales, sous la direction du professeur Marie-Pierre Rey. Il s’intitule « L’alliance franco-russe, entre construction et théâtralisation (1896-1897) » et a été soutenu en 2018 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.