X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n°48 Polars/Thrillers et relations internationales » Claude d’Abzac-Epezy - La Seconde Guerre mondiale dans la littérature policière française. Entre transgression et conformisme mémoriel

Claude d’Abzac-Epezy - La Seconde Guerre mondiale dans la littérature policière française. Entre transgression et conformisme mémoriel

Bulletin IPR  n°48 –  Polars/Thrillers et relations internationales 
 
AUTOMNE 2018

 

La Seconde Guerre mondiale

dans la littérature policière française

 Entre transgression et conformisme mémoriel

 

Claude dAbzac-Epezy

 

Résumé 

La Seconde Guerre mondiale est un thème récurrent de la littérature policière ou d’espionnage. Dès les premiers ouvrages de George Simenon ou Léo Malet, le contexte de l’Occupation amène un changement majeur dans le genre policier : l’élucidation du crime ne marque plus le triomphe de la loi, mais bien la mise en scène d’une zone grise où les vrais criminels demeurent impunis. Cette littérature grand public véhicule une révolte sociale incarnée par le néo-polar français et témoigne d’une représentation du conflit dont l’évolution ne cadre pas toujours avec les grandes étapes mémorielles définies par Henri Rousso. Comme l’a démontré Claire Gorrara, les romans policiers peuvent être des lanceurs d’alerte, capables non seulement de refléter les étapes du récit national sur la guerre, mais aussi de le façonner en anticipant les grands changements mémoriels.

Mots-clés : Seconde Guerre mondialeRoman policierNéo-polarMémoire collectiveRécit national.

 

Abstract

The Second World War in French detective Literature. Between Transgression and Memorial Conformity

World War II is a recurring theme in French crime fiction. From the first works of George Simenon or Leo Malet, German occupation transformed the crime novels : the elucidation of crime no longer marked the triumph of the law, but the staging of a gray area where the real criminals remain unpunished. This social revolt is incarnated in French  hard boiled crime fiction. This highly popular literature also conveys a representation of the conflict whose evolution does not fit exactly with the dominant narratives of war memory  defined by Henri Rousso. As Claire Gorrara points out, some crime fictions can be whistle-blowers, with the capacity not only to invite reflections but also to shape the national narratives and collective memories.

Keywords: World War IICrime FictionsHard Boiled GenreWar MemoriesNational Narratives.

 

 


« Judas Weyl, à cinquante ans sonnés, n’avait plus d’autre but dans l’existence que celui d’enrichir diverses collections de tableaux de meubles et d’objets d’art et de les faire admirer en secret par d’imprudentes jeunes femmes… ». C’est par ces mots[1] que commence Légitime défense, un roman policier publié en Belgique en 1942 par Stanislas-André Steeman, dans la collection Le Jury créée par l’auteur pendant la guerre et interdite par l’occupant en 1944[2]



[1]    Claude d’Abzac-Epezy, professeure agrégée et docteure  en histoire, enseigne en classes préparatoires aux grandes écoles au Lycée Louis Le Grand. Elle est également chercheuse partenaire à l’UMR SIRICE. Elle a publié deux romans policiers : Opération Cyclope, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010 ; et Le réseau Constellation. Une enquête du colonel Lanvaux, Paris, Nouveau Monde éditions, 2013.

[2]    Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières, t. 1, Nantes, Joseph K., 2003. 

 

Initiates file downloadLa suite sur le PDF en ligne