X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Institut Pierre Renouvin » Les revues » Le bulletin de l'Institut Pierre Renouvin » Tous les bulletins » Bulletin n°48 Polars/Thrillers et relations internationales » Catherine Horel - Le Troisième homme : un thriller au début de la Guerre froide

Catherine Horel - Le Troisième homme : un thriller au début de la Guerre froide

Bulletin IPR  n°48 –  Polars/Thrillers et relations internationales 
 
AUTOMNE 2018

 

Le Troisième homme :
un thriller au début de la Guerre froide

Catherine Horel

 

 

Résumé

Considéré par son auteur Graham Greene comme un simple thriller, Le Troisième homme n'est-il pas plutôt un récit profondément ancré dans le contexte du début de la Guerre froide ? Cette hypothèse est confirmée par le choix de Vienne, occupée par les quatre puissances alliées, comme lieu de l'intrigue, ainsi que par la caractérisation de certains des personnages. En outre, les variations entre la version littéraire et le film permettent de proposer une analyse plus fouillée d'une œuvre qui a contribué à créer le mythe de Vienne comme capitale de l'espionnage Est-Ouest.

Mots-clés : Vienne – Occupation – Guerre froide – Espionnage – Cinéma.

 

Abstract

The Third Man: A thriller at the beginning of the Cold War

Seen by its author Graham Greene as a mere thriller, doesn't The Third Man rather tell a story that is deeply rooted in the context of the beginning of the Cold War? This hypothesis is confirmed by the choice of Vienna, occupied by the four allied powers, as its location, as well as by some of its characters. Moreover the differences between the book and the film give us the opportunity to propose a more detailed analysis of a work that has contributed to the creation of the myth of Vienna as the capital of East and West intelligence.

Keywords: Vienna – Occupation – Cold War – Intelligence – Film.

 

 

 

Dans sa préface au livre The Third Man, son auteur Graham Greene, donne sa propre définition[1] du genre « which in England we call a thriller[2] », en somme un divertissement relativement léger dont la portée symbolique ne doit pas aller au-delà d'une certaine dose d'angoisse et de suspense.




[1]    Catherine Horel est directrice de recherche CNRS à l’UMR SIRICE. Elle est également Secrétaire générale du Comité international des Sciences historiques (CISH).

[2]    Graham Greene, The Third Man, New York, Penguin Books, 1999, p. 9.

 

Initiates file downloadLa suite sur le PDF en ligne