X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

Accueil » ISJPS - Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne - (UMR 8103)

Actualité de l'ISJPS

LA FRAGILITE DE L'ORDINAIRE CHEZ WITTGENSTEIN

3 décembre 2016 programme

Sabina LOVIBOND

SABINA LOVIBOND Oxford University

 

Un locus classicus de ‘l’ordinaire’, comme objet de respect, se trouve dans les Recherches philosophiques de Wittgenstein, qui nous recommande – à la suite de Tolstoï – d’accepter de plein gré la forme (ou les formes) de vie humaine.  Vue de manière abstraite, cela pourrait conduire à une attitude de positivité décontractée à l’égard de la pratique (sociale et linguistique) ‘ordinaire’ – à propos de laquelle on doit comprendre qu’elle manque de fondement rationnel, mais aussi qu’elle n’en a pas besoin.  La notion de ‘fragilité’ indique quand même un ‘terrain anxiogène’ que Wittgenstein nous obligerait de traverser pour arriver à cet aperçu: idée que je développe par rapport au traitement wittgensteinien du ‘suivre une règle’.  Cette partie de mon intervention, où j’examinerai quelques possibilités ‘apocalyptiques’ d’effondrement communicatif – possibilités que nous sommes pourtant, la plupart du temps, contents d’ignorer – se servira de considérations internes au texte de Wittgenstein.  (Les pratiques réglées, comme nous ‘rappelle’ le philosophe, peuvent toujours déraper de façon inexplicable et imprévisible, ce qui nous laissera bientôt sans ressource dialectique pour contraindre l’individuel déviant de se conformer à la norme.)  Mais je me hasarderai aussi à prendre un point de vue plus externe sur le naturalisme linguistique, pour lequel la ‘fragilité’ de l’ordinaire – c’est-à-dire, maintenant, sa susceptibilité à la rupture – comporterait non seulement une menace de désordre brut, mais en même temps une créativité potentielle: à savoir, l’occasion d’agir autrement.