Étudiant

Suivi et écoute : le mentorat à L’École de droit de la Sorbonne

Pour la deuxième année consécutive, l'École de droit de la Sorbonne propose du mentorat à tous ses étudiants de licence. Le programme offre la possibilité d’un encadrement et le suivi d’un enseignant « mentor », soit une écoute attentive et personnalisée.

Le mentorat pendant le confinement

Sylvain Bollée, directeur du Département des masters de droit international, européen et comparé, et Ruth Sefton-Green, maîtresse de conférences en droit comparé et droit privé, co-dirigent le programme de mentorat depuis l’année dernière. Les premiers retours sont particulièrement positifs : « Ce programme s’est avéré particulièrement utile et demandé au moment du confinement, lorsque les étudiants ont dû faire face à de nombreuses difficultés et imprévus. Certains étudiants avaient besoin de discuter des difficultés d’organisation face aux changements et des contraintes tant matérielles que temporelles. Il s’agissait parfois de questions sur la gestion du temps et sur la quantité du travail. Parfois, il était question de savoir comment adapter son mode de fonctionnement en prenant en compte les spécificités de l’enseignement en ligne. D’autres se posaient beaucoup de questions quant à leur avenir et à leur orientation, notamment les étudiants en L3. »

Un programme humain

Au-delà de l’accompagnement organisationnel, ils ont pu constater que les étudiants avaient besoin de soutien et d’écoute : « Souvent, ils avaient plus besoin d’une oreille que d’un conseil, car ils cherchaient à tester et mieux formuler leurs idées avec nous, ayant plus d’expérience de la vie, à pouvoir s’entendre à travers le dialogue. Parfois, il suffit simplement de savoir que quelqu’un d’extérieur nous écoute pour confirmer nos intuitions, nos orientations et nos choix. Cet échange était bénéfique dans les deux sens, permettant ainsi aux enseignants, certes expérimentés, mais pas toujours conscients de certaines difficultés rencontrées par les étudiants, tel le manque d’encadrement à l’université vu les effectifs, de mieux comprendre les facteurs de stress, de motivation et le cas échéant, les raisons derrière la démotivation, les attentes, les préoccupations et les obstacles auxquels les étudiants font face. À l’écoute des étudiants, il nous est apparu que divers dysfonctionnements pouvaient être signalés par l’enseignant mentor à sa hiérarchie afin de résoudre le problème, sans rompre la confidentialité. Ce constat n’a fait que confirmer l’intérêt et l’utilité du programme : les étudiants nous ont montré leur reconnaissance à avoir une personne identifiée et attentionnée avec laquelle ils pouvaient partager leurs difficultés et leurs choix d’orientation afin de prendre des décisions pesées et rationnelles concernant leurs projets professionnels, leurs parcours universitaires et leur organisation du travail quotidien ». C’est cette volonté de dialogue avec ses étudiants qui a poussé Ruth Sefton-Green à mettre en place ce programme de mentorat. Ainsi, elle explique : « Après avoir constaté le besoin des étudiants de se confier et d’avoir une écoute impartiale et expérimentée, nous avons voulu monter ce programme pour favoriser le dialogue en dehors de la salle de cours entre enseignants et étudiants. Rares sont les occasions quand les étudiants peuvent nous parler d’eux. Ainsi, il nous a semblé utile d’instaurer un cadre pour permettre les étudiants d’échanger librement et en toute confidentialité afin de profiter de nos expériences et savoir-faire professionnels »

► Pour plus d’informations, visitez l’intranet étudiant : programme du mentorat en licence à l’EDS

Vie étudiante