International

Une journée pour préparer sa mobilité internationale

Mercredi dernier, au centre Panthéon, a eu lieu la journée des échanges internationaux.

Organisée par la direction des Relations internationales (DRI), cette journée a rassemblé environ 700 étudiants. Elle a eu pour objectifs d’orienter et d’informer les étudiants souhaitant partir à l’étranger dans le cadre de leurs études. À l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ce sont plus de 1 100 étudiants qui partent chaque année à l’étranger, la moitié en mobilité d’études et l’autre moitié en stage.

De 10 h à 17 h 30 différentes sessions thématiques d’informations se sont enchainées avec, en parallèle, des stands tenus par des représentants de la direction des Relations internationales, d'associations et composantes de l’université, de réseaux et d'organismes internationaux ainsi que des enseignants délégués aux relations internationales. À l'occasion de ces sessions, 11 pays ont pu être représentés par des étudiants de l’université ayant déjà effectué une mobilité dans les pays suivants : Allemagne, Brésil, Canada, Colombie, Espagne, États-Unis, Irlande, Liban, Pays-Bas, Royaume-Uni et Russie.

Rencontre avec trois étudiants sur le départ

Parmi les étudiants présents à cette journée de rencontre, trois d’entre eux ont accepté de partager leur parcours, leurs projets et leurs ambitions.

Rebecca Clipal – Étudiante en licence 2 d’Économie

« Mon souhait serait de partir dans un pays anglophone dans le cadre de ma L3 ou de mon M1, je ne me suis pas encore décidée. L’objectif pour moi est d’améliorer mon anglais mais également d’acquérir une expérience en dehors de la France. Étant dans la filière économie, il me semble indispensable de découvrir différents points de vue dans d’autres pays, pour mieux comprendre comment fonctionne le système ailleurs.

À l’origine, c’est l’université qui m’a envoyé un mail sur l’organisation de cette journée au centre Panthéon, donc je suis venue pour avoir des informations sur les destinations proposées, les cursus disponibles, comprendre quel profil il faut pour partir à l’étranger et surtout, connaître les démarches d’inscriptions !

Dans un premier temps, j’aimerais vraiment partir dans un pays anglophone, j’avais imaginé l’Australie, et l’université m’a proposé le Canada ou l’Angleterre, les deux pourraient me convenir plutôt bien, à creuser pour la suite. »

Eva Szego – Étudiante en master 2 Development economics (spécialisation en recherche)

« Je suis partie au Portugal en Erasmus pendant ma 3e année de licence avec Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cette année à l’étranger m’a permis de voyager et de faire énormément de rencontres, je garde un souvenir magnifique de cette année universitaire. Au-delà d’avoir été enrichissante, elle reste l’une des meilleures expériences de ma vie. J’ai conservé de nombreux amis et j’ai également perfectionné mon anglais, ce qui me sert beaucoup aujourd’hui.

Quand j’ai lancé les démarches pour m’inscrire en Erasmus, l’université m’a proposé Rome ou Lisbonne, ensuite tout a été plutôt vite, j’ai été guidée et accompagnée, tout s’est bien passé à ce niveau.

Je trouve simplement dommage que, finalement, peu d’étudiants soient suffisamment informés sur les opportunités que propose l’université, car elles sont riches et variées. Pour ma part, je savais déjà depuis un moment que je voulais partir dans le cadre de mes études, donc je suis allée me renseigner et j’ai très vite trouvé des réponses à mes questions. Mais je croise encore beaucoup d’étudiants qui n’ont pas vraiment entendu parler des programmes internationaux ou qui ne savent pas trop comment s’effectuent les démarches. De fait, je trouve que la journée des échanges internationaux est vraiment une super initiative pour mieux nous informer !

Aujourd’hui, j’ai pour projet de repartir à l’étranger après mes études. Mais pour le moment je dois me concentrer sur mon master 2 qui se fait obligatoirement à Paris. »

Pierre Barban – Étudiant en master 2 Économie du développement durable

« Après le lycée, je ne savais pas vraiment quoi faire. J’ai décidé de partir un an aux États-Unis, plus précisément en Californie. Une fois là-bas, j’ai intégré un community college, j’ai obtenu de très bons résultats, ce qui m’a permis de continuer et de faire quatre années supplémentaires sur place.

Je suis finalement rentré en France parce que je souhaitais faire un master et je savais que l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne proposait un super master, en économie du développement durable.

Je suis venu aujourd’hui à cette rencontre parce que je me suis rendu compte, pendant mes années aux États-Unis, que j’ai dû tout faire tout seul, que ce soit la recherche d’informations ou l’inscription. Ce qui est confortable avec les universités françaises, c’est que les étudiants sont aidés et orientés dans leurs démarches. Ça semble anodin, mais quand on se retrouve seul devant un écran à devoir trouver le bon site internet ou le bon contact, c’est vraiment décourageant.

J’aimerais retourner aux États-Unis pour valider un PhD (doctorat), et les journées, comme celle à laquelle j’ai assisté aujourd’hui, sont vraiment des aides indispensables, il est très agréable de comprendre que nous ne sommes pas seuls ni lâchés dans la nature. Il n’est pas évident de tout quitter, de commencer une vie différente avec d’autres codes. Alors avoir une université qui nous suit et nous soutient, c’est un énorme plus !

Je viens d’ailleurs d’échanger avec des professeurs sur un programme disponible aux USA, c’est exactement ce que je cherchais en intégrant Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je suis ravi ! »

Erasmus+

Afin d’encourager la mobilité sortante des étudiants, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a fait le choix d’augmenter le montant des bourses Erasmus+ dès la rentrée 2019/2020 (près de 40% d’augmentation du montant des bourses).

 

Crédits photo © Pascal Levy / Paris 1 Panthéon-Sorbonne