Recherche

Sur les traces de Peau d’âne

C’est en 1999, au cours d’une conversation avec un collègue archéologue qui évoquait ses souvenirs du tournage du film Peau d’âne qu’Olivier Weller a eu l’idée de lancer des fouilles sur les lieux de tournage du film de Jacques Demy.

L’idée se concrétise en 2012 lorsqu’il se rend, avec une équipe, dans le parc du Château de Neuville à Gambais dans les Yvelines pour commencer les fouilles. Ce projet archéologique est aussi un projet cinématographique : Olivier Weller, archéologue et chercheur CNRS à l’UMR Trajectoires, a associé le réalisateur Pierre-Oscar Lévy pour créer un documentaire retraçant cette expérience, sur fond de comédie musicale.

L’archéologie du merveilleux

Ce projet étonnant est le premier à voir le jour en Europe. L’équipe a d’abord procédé comme pour un chantier classique : elle a repéré et délimité les lieux. Cette première étape a permis de mettre en évidence l’endroit où se situait la cabane dans laquelle la princesse (Catherine Deneuve) se réfugie pour échapper à son père (Jean Marais) qui veut l’épouser. C’est dans cette même cabane qu’elle confectionne le gâteau à son prince (Jacques Perrin).

Au cours des cinq saisons de fouilles, pas moins de 4 000 objets ont été collectés. L’équipe, composée d’étudiants en archéologie et cinéma, est allée de surprise en surprise. Olivier Weller revient sur la variété des trouvailles : « des restes techniques du tournage (lampes de projecteur, bande magnétique, amorce de pellicule, marteau de tapissier, vis de projecteur), des éléments de décors et costumes du film (strass de la robe couleur soleil, strass sertis sur les objets de la princesse, mortaise en bois de la cabane et surtout un millier de clous rouillés !) et des objets de la vie quotidienne de l’équipe du film (mégots de cigarette, pièce de 10 centimes de 1964, capsules de bière…).»

Une autre histoire du cinéma

Peau d’âme, le long-métrage qui retrace cette expérience, est sorti dans les salles de cinéma au mois d’avril dernier. L’aventure n’est cependant pas finie puisqu’une dernière campagne de fouilles est prévue au mois d’août prochain si l’équipe parvient à récolter les fonds suffisants. Cette dernière étape permettra d’analyser les objets trouvés qui rejoindront ensuite les collections de la Cinémathèque française. Pour Olivier Weller, ce travail prouve qu’il est possible de « raconter une autre histoire du cinéma, non plus à travers les archives, les témoignages ou les coupures de presse de l’époque mais à travers les restes matériels ».

Le chercheur n’exclue pas l’idée de répéter cette expérience sur d’autres lieux de tournage mais rappelle que c’est bien « la dimension intemporelle du conte de fées qui fait l’intérêt archéologique.»

Les prochaines séances pour découvrir le film Peau d’âme au Nouvel Odéon : jeudi 24 mai à 20 h 30 (avec invité Jean-Paul Demoule, professeur émérite), dimanche 3 juin à 18 h 30 (soirée spéciale Jacques Demy, avec Peau d’âne de Jacques Demy à 21 h et des invités surprises) et samedi 16 juin à 16 h (avec Jean-Michel Geneste, conservateur de la Grotte Lascaux et responsable des recherches sur la Grotte Chauvet).

Pour découvrir le film Peau d’âme en vod

Pour participer à la campagne de financement participatif