Étudiant

Mobilisé•e•s pour sensibiliser aux droits des femmes

Pour sa première semaine #P1PS consacrée aux droits des femmes, l’université a pu compter sur l’enthousiasme de ses étudiants pour proposer un programme riche. Retour sur l’expérience de deux associations : Sorbonne Communication et Humans for Women.
Près de cinquante personnes ont assisté au petit-déjeuner sur le pinkwashing.

Mardi 7 mars, l’association des étudiants du master 2 Communication politique et institutionnelle a choisi d’organiser un petit-déjeuner débat sur le thème du pinkwashing. « Nous voulions évoquer la communication superficielle des entreprises sur la question de la représentation des femmes, souvent pour masquer des inégalités et des violences internes », explique Joséphine Gorel . Pour les étudiants, l’objectif était avant tout de montrer en quoi la communication a un rôle à jouer pour promouvoir une juste représentation des femmes. 

Établir un contact

De son côté, l’association Humans for Women a proposé, lundi 5 mars, un atelier d’improvisation intitulé Les Femmes et la prise de parole publique. Une question toute aussi importante que les étudiants ont choisi de traiter « avec une formule plus intimiste et moins professorale que la conférence ». Pour Zoé Paris, présidente de l’association, l’idée était de « permettre aux personnes désireuses de s'entraîner à la prise de parole en public de le faire, en proposant des solutions concrètes d'autonomisation à destination des femmes ».

Table ronde lors du petit déjeuner sur le pinkwashing

Pour les étudiants de ces deux associations, il était indispensable de se mobiliser dans le cadre de la journée du 8 mars. L’organisation de leurs manifestations était aussi l’occasion d’établir un contact avec leurs intervenants. Les étudiants du master 2 Communication politique et institutionnelle ont constitué un plateau en représentant au maximum « la diversité des acteurs concernés par la question du pinkwashing : militante, chercheuse, directeur et directrice d’agence... ». Humans for Women a pu quant à elle rencontrer Laurence Darpy, la coach vocale qui a animé l’atelier.

Prolonger le 8 mars

Le bilan est également très positif pour l’association Sorbonne Communication qui a su mobiliser « un public large (..) aussi bien virtuel que physique. Nous sommes vraiment satisfaits de la diversité des profils ainsi que des échanges entre les intervenants et le public, pertinents à tout moment dans une ambiance détendue ». Un constat partagé par Humans for Women : « Avec ce format, que nous avons testé pour la première fois dans le cadre de cet évènement, nous avons attiré un public que nous n'aurions pas touché avec une conférence classique. Les retours ont été positifs et nous envisageons de réitérer ce type d'événement. »

Les deux associations saluent d’ailleurs la mise en place de cette première semaine #P1PS destinée à fédérer et à prolonger les différentes manifestations organisées dans le cadre du 8 mars. L’association Sorbonne Communication se réjouit de cette « initiative qui porte plus loin la voix des femmes et de leurs droits ».

Pour en savoir plus sur la semaine #P1PS

Le programme détaillé du 5 mars (jour 1)
Le programme détaillé du 6 mars (jour 2)
Le programme détaillé du 7 mars (jour 3)
Le programme détaillé du 8 mars (jour 4)
Le programme détaillé du 9 mars (jour 5)
Le programme détaillé du 12 mars (jour 6)
Le programme détaillé du 13 mars (jour 7)
Le programme détaillé du 14 mars (jour 8)

Téléchargez le programme complet au format PDF

Suivez le moment sur Twitter :

 

Photo © Pascal Levy / Panthéon-Sorbonne