Étudiant

Coup de projecteur sur les lauréats du Festival du film court

La séance de compétition du Festival du film court étudiant de l’université s’est tenue le 26 mars dernier au Reflet Médicis. C’est Adèle Haenel, présidente du jury, qui a remis leurs prix aux lauréats.

Les 15 courts-métrages sélectionnés ont été présentés au Reflet Médicis devant un public d’amateurs et de professionnels. L’occasion pour certains des jeunes réalisateurs et acteurs de présenter leur travail pour la première fois. À l’issue de la séance, quatre courts-métrages ont été primés :

  • Conscient de Guillaume Erbs (Prix du jury)
  • Alien Go de Valentin Juhel (Prix du jury)
  • 12 kg d'écailles de Lila Toupart (Prix du jury)
  • Le monopole du cœur de Lucas Besnier(Prix du public)

Les lauréats du Prix du jury ont reçu un chèque de 400 euros chacun ainsi qu’un bon de location d’une valeur de 500 euros, utilisable chez Loca-Images, le partenaire du festival.

La jeune création cinématographique sous tous les angles

Les quatre lauréats sont issus de différentes formations liées au cinéma et proposées à Paris 1 Panthéon-Sorbonne : double licence cinéma et gestion, licence de cinéma ou encore master professionnel scénario, réalisation et production. De leurs parcours et leurs sensibilités variés résulte une sélection éclectique qui offre un regard sur la jeune création cinématographique contemporaine.

Ainsi, Alien Go est " un faux documentaire sur un homme qui cherche des aliens invisibles dans les années 80 ", mais pas seulement selon son réalisateur : " C’est aussi un film dans lequel rien n'arrive mais tout peut arriver. " 12 kg d'écailles est un documentaire qui met en scène Claire, une jeune artiste interprète, qui s’épanouit chaque jour, en renaissant sous les traits d’une sirène. Lila Toupart l’explique ainsi : " J’avais ce désir de capter et d’observer la beauté d’un corps en mouvement et en travail qui se modifie au contact de l'eau. " Conscient est le fruit d’une collaboration entre Guillaume Erbs et Juliette Welsch : " Nous sommes tous deux originaires de Moselle et notre volonté pour le film était de parler des jeunes dans le monde rural, non seulement en conflit avec les autres générations, mais aussi avec eux-mêmes ". Quant au Monopole du cœur, Lucas Benier le décrit comme " une comédie satirique sur la conquête amoureuse qui montre que cette conquête peut très rapidement se politiser ".

Adène Haenel présidente du jury

Adèle Haenel, présidente du jury du festival du film court de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Encourager les vocations

Les lauréats sont unanimes : le prix qu’ils ont reçu représente beaucoup pour eux et leur offre de belles perspectives. Pour Lila Toupart, il est le symbole de sa transition vers le milieu professionnel ainsi qu’un moyen de continuer à créer, notamment avec le bon de location. Valentin Juhel évoque la rencontre avec le public qui n’aurait pas forcément pu être possible sans ce tremplin. Les réalisateurs de Conscient se sentent stimulés : " Avec Juliette on est vraiment contents que le propos et la mise en scène aient plu au jury, et forcément ça nous encourage à faire mieux pour la suite. " Quant à Lucas Besnier, le prix du public, il regarde vers l’avenir et espère que ce prix permettra à son court-métrage de voyager le plus possible.

► Pour voir ou revoir les courts-métrages du Festival du film court 2019, primés ou non, rendez-vous sur la médiathèque en ligne de Paris 1 en vous connectant avec vos identifiants